Réunion de travail sur l’Education avec l’association Zy’Va

Posté par goalexandre le 15 avril 2011

Réunion de travail sur l’Education avec l’association Zy’Va

Pendant deux heures, j’ai travaillé au sein de l’association ZY’VA de Nanterre, qui rassemble une cinquantaine de personnes encadrant 250 enfants et jeunes en soutien scolaire; il y avait là, par exemple un étudiant de sciences po, Bastien L., qui accompagne des élèves de troisième en stage d’entreprise pour qu’ils soient pris au sérieux, Nicolas F. professeur de philosophie à Neuilly et qui vient bénévolement à Nanterre, Patrick L. qui a soutenu scolairement depuis le collège Saaida O. en bac S et admissible à sciences po grâce à ce système de parrainage (tous deux témoignent dans la vidéo).http://www.dailymotion.com/video/xi84gf

Les solutions que je retiens à l’issue de cet échange :

1. Généraliser grâce à des appels à projets, les associations de soutien scolaire.

2. Leur attribuer l’équivalent de l’avantage fiscal dont bénéficient les parents qui ont recours à des soutiens payants. Car le fonctionnement de l’association doit être sécurisé.

3. Valoriser dans les notations des étudiants le temps passé dans les associations de soutien scolaire pour encourager le bénévolat éducatif.

4. Permettre la déduction fiscale des frais de déplacement des bénévoles qui donnent du soutien gratuit.
En effet, je considère que le soutien aux devoirs est un problème clef pour améliorer la réussite scolaire et donc l’égalité des chances.

Ségolène Royal
Partagez mon article

Publié dans conseil municipal, Democratie, Elles et ils chantent la Liberte, Europe, Intelligences collectives socialistes, International, Local, Poésie, Ségolène Présidente en 2012, Société, VIDEO IMPORTANTE A VOIR | Pas de Commentaire »

FRANCE NOUS AVONS UNE FEMME POLITIQUE EXCEPTIONNELLE SEGOLENE ROYAL DEFENDONS LA ENVERS ET CONTRE TOUT

Posté par goalexandre le 15 janvier 2011

http://www.dailymotion.com/video/xgk7at

n636368679121029segolene.jpg
 

Publié dans conseil municipal, Democratie, Elles et ils chantent la Liberte, Europe, Intelligences collectives socialistes, International, Local, LOGEMENT, Poésie, Politique, Ségolène Présidente en 2012, Société, VIDEO IMPORTANTE A VOIR | Pas de Commentaire »

la politique par la preuve possible en region alors nationalement aussi

Posté par goalexandre le 15 janvier 2011

http://www.dailymotion.com/video/xgk6c6]

Publié dans conseil municipal, Elles et ils chantent la Liberte, Europe, Intelligences collectives socialistes, International, Local, LOGEMENT, Poésie, Politique, Ségolène Présidente en 2012, Société, VIDEO IMPORTANTE A VOIR | Pas de Commentaire »

Diriger, c’est conduire un peuple avec son assentiment » / La force sans la justice est tyrannique »

Posté par goalexandre le 24 octobre 2010

c’est de construire ce genre de réforme grâce à la démocratie participative, par et  avec les gen

Le conflit autour de la réforme des retraites paraît dans l’impasse. Le gouvernement ne veut plus rien céder, arguant de sa légitimité, née des urnes. Le mouvement social est-il moins légitime que le pouvoir ? *

Le gouvernement actuel méconnaît ce temps de la souveraineté partagée, une valeur pourtant devenue importante.

nous visons une fabrication collective, plurielle, de la raison publique et du pouvoir d’Etat.

 

L’invention démocratique de demain est là. Elle a un antécédent fort : le serment du Jeu de paume.

Nous devons écrire un nouveau serment du Jeu de paume 6c25ef7d72bf1f6e508a84d2be5ea230.jpg

http://www.dailymotion.com/video/xfc8hh

Ségolène Royal a dénoncé ce vendredi 22 octobre 2010 au micro de France Inter la volonté de passage en force du gouvernement Nicolas Sarkozy et de la droite :

« Je dis aujourd’hui que le prochain rendez vous c’est en 2012 et qu’en 2012, si les Français nous font confiance, nous leur rendrons la retraite à 65 ans et pour ceux qui ont travaillé depuis longtemps, nous leur rendront la liberté de s’arrêter à l’age de 60 ans.

Parce que ce sont des acquis sociaux et il n’y a aucune raison de reculer sur ces acquis sociaux dès lors que l’on met en place une autre réforme : celle qui consiste d’abord à lutter contre le chômage puisque les besoins des régimes de retraite sont d’abord dus au chômage et donc au manque de cotisations . Deuxièmement, c’est de faire participer les revenus financiers au financement des retraites.

Vous savez, Blaise Pascal écrivait cette phrase dans ses « Pensées » :

« La force sans la justice est tyrannique »

On savait qu’on avait un système corrompu. On sait maintenant qu’on a un système tyrannique avec une volonté de passer en force sur une réforme brutale et injuste. »

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Serment_du_Jeu_de_paume

 

Diriger, c'est conduire un peuple avec son assentiment

 

magnify-clip dans Democratie

Le Serment du Jeu de paume
par David, Musée du Château de Versailles

Le serment du Jeu de paume est un engagement d’union pris le 20 juin 1789 à la sal

Le souverain parti, les gardes semblent vouloir disperser par la force les députés du Tiers qui refusent d’obéir. Quelques députés de la noblesse, dont La Fayette mettent la main à l’épée. C’est à ce moment que Mirabeau aurait prononcé la fameuse phrase, dont plusieurs versions existent: « Allez dire à ceux qui vous envoient que nous sommes ici par la volonté du peuple et que nous ne quitterons nos places que par la force des baïonnettes ! » [1]

Le roi capitule. « Eh bien, dit-il, s’ils ne veulent pas s’en aller, qu’ils restent ! » Le 27 juin, il ordonne aux privilégiés des deux autres ordres de se joindre au tiers, en une chambre unique.

anche 24 octobre 2010 7 24 /10 /2010 01:12
Partager    

 

Ségolène Royal sur France Inter et Cynthia Fleury dans « Le Monde »

traversées par la fulgurance d’idées communes :

 

« Diriger, c’est conduire un peuple avec son assentiment. »

 

Le Serment du Jeu de paume par David

Il est parfois des fulgurances qui éclairent le ciel d’octobre. Hier, on apprenait que Ségolène Royal, dans une interview accordée la veille à France Inter, soulignait l’importance de construire une réforme durable des retraites « grâce à la démocratie participative, par et avec les gens », citait Pascal – « La force sans la justice est tyrannique » – et concluait en martelant : « On sait maintenant qu’on a un système tyrannique avec une volonté de passer en force sur  une réforme brutale et injuste. ». Dans le même temps, Cynthia Fleury, philosophe, professeure et auteure, accordait un long entretien au journal Le Monde (édition datée du dimanche 24 octobre 2010), où elle développait sa réflexion sur la démocratie moderne et la réforme des retraites, expliquant que « le grand challenge des démocraties modernes », c’est de « structurer, organiser, ossifier la démocratie participative », car « la démocratie, ce n’est pas la réciprocité des mépris » entre les citoyens et les élites. Cynthia Fleury parlait de tyrannie, elle aussi :

« Gouverner, ce n’est pas pratiquer l’autoritarisme. Pour cela, il y a les petits chefs, les petits tyrans qui n’ont rien à voir avec l’art de gouverner. Diriger, c’est conduire un peuple avec son assentiment vers des seuils que l’on considère comme des clés pour que la démocratie se renforce. »

Et elle concluait en appelant à un nouveau serment du Jeu de paume : « L’invention démocratique de demain est là. Elle a un antécédent fort : le serment du Jeu de paume. Nous devons écrire un nouveau serment du Jeu de paume. Il ne faut pas avoir peur d’inventer. ».

Retour sur ces deux interventions traversées par les mêmes idées.

F.M.

 

 

Ségolène Royal : « Le gouvernement a voulu passer en force et  je pense  que c’est une corruption de l’esprit de la République. On avait déjà vu la corruption concrète du système Sarkozy. On  voit là  qu’il y a une corruption des mœurs politiques.
Aucun pays moderne ne conduit aujourd’hui des réformes de cette importance contre le peuple. Et  au contraire, la condition d’une réforme durable, c’est de construire ce genre de réforme grâce à la démocratie participative, par et  avec les gens parce que la retraite, c’est un patrimoine de chaque  travailleur et donc  le système qui consiste à imposer par un rapport de force une réforme qui est à la fois brutale et injuste est forcément une réforme qui ne durera pas. (…)

Vous savez, Blaise Pascal écrivait cette phrase dans ses « Pensées » : « La force sans la justice est tyrannique »

On savait qu’on avait un système corrompu. On sait maintenant qu’on a un système tyrannique avec une volonté de passer en force sur  une réforme brutale et injuste. »

-oOo-

lemonde pet

24 octobre 2010

Cynthia Fleury « Diriger, c’est conduire un peuple avec son assentiment »

 

Cynthia Fleury (Francesca Mantovani pour Le Monde)

Philosophe, professeur à l’Université américaine de Paris, Cynthia Fleury, 35 ans, enseigne également à l’Institut d’études politiques de Paris et à l’Ecole polytechnique. Auteur de plusieurs ouvrages – elle a publié ce printemps La Fin du courage (Fayard, 208 p., 14 euros) -, la philosophe travaille sur les outils de régulation de la démocratie.

À l’heure du conflit social autour de la réforme des retraites, Cynthia Fleury estime qu’il est urgent de réunir « les différents acteurs publics » afin d’« orchestrer le compromis démocratique ».

Au-delà, la philosophe juge urgent d’écrire un nouveau serment du Jeu de paume et de réinventer la République.

Le conflit autour de la réforme des retraites paraît dans l’impasse. Le gouvernement ne veut plus rien céder, arguant de sa légitimité, née des urnes. Le mouvement social est-il moins légitime que le pouvoir ?

On est dans l’erreur si l’on pense que la démocratie, c’est d’un côté un pouvoir représentatif, seul légitime, et de l’autre côté une foule. Même si le gouvernement affirme qu’il a orchestré la négociation, il ne l’a pas orchestrée jusqu’au bout, c’est-à-dire qu’il a refusé de reconnaître la valeur, la nécessité, la légitimité des acteurs publics que sont les syndicats, les partis politiques, les associations.

Dans les démocraties modernes, il y a d’un côté des citoyens éclairés, des citoyens responsables, et de l’autre des élites éclairées, des élites responsables. On peut estimer que les citoyens ou les élites ne sont pas assez éclairés et jouer à se dénigrer perpétuellement, mais cette attitude ne conduit nulle part. La démocratie, ce n’est pas la réciprocité des mépris.


« La démocratie, ce n’est pas la réciprocité des mépris » : des gendarmes forcent l’entrée de la raffinerie Total de Grandpuits (Seine-et-Marne), bloquée par des salariés grévistes, vendredi matin 22 octobre (REUTERS/Benoît Tessier)

La rue a-t-elle un rôle dans un processus de négociation ?

Qui est dans la rue ? Les syndicats, les partis de l’opposition, les étudiants, les grands corps, les services publics, ce n’est pas une « plèbe », c’est fini ça, ce n’est pas une « foule », ce n’est pas une « masse », ce sont des individus éduqués, organisés, une force de proposition.

Comme l’explique très bien Pierre Rosanvallon, à la suite de Montesquieu, il y a une asymétrie de la souveraineté : une souveraineté positive, qui renvoie au Parlement et au gouvernement, et une souveraineté que certains disent négative, c’est-à-dire la rue, qui gouverne par son pouvoir de veto, son pouvoir de sanction.

Les démocraties adultes s’organisent différemment, surtout avec l’irruption des nouvelles technologies et la part croissante de la démocratie participative.

On essaie aujourd’hui de positiver cette souveraineté dite négative, c’est le grand challenge des démocraties modernes. Elles doivent structurer, organiser, ossifier la démocratie participative, travail qui a déjà commencé. Un nouvel acte s’est ouvert dans l’histoire de la démocratie.

 

Jean Jaurès à Albi. « Jeunes gens, la vie a extrêmement resserré l’espace du rêve devant vous. » (Dessin de Plantu)

La jeunesse a-t-elle sa part dans ce nouvel acte ?

L’intervention de la jeunesse dans le débat public signe toujours un nouvel acte. Elle bénéficie d’emblée d’une prime dans l’opinion par son charisme, d’un surcroît de représentativité et même d’un surcroît de légitimité parce qu’elle incarne l’avenir et le questionnement sur la pérennité de notre modèle.

Il faut se souvenir du discours prononcé par Jean Jaurès à Albi. « Jeunes gens, la vie a extrêmement resserré l’espace du rêve devant vous. » Partant de cette constatation, il lui rappelle que le grand défi est de « défendre la puissance de l’âme », c’est-à-dire l’impératif d’inventer, en refusant tout mimétisme avec les générations précédentes.

Comment surmonter l’absence de dialogue entre le pouvoir et le mouvement social ?

Si l’on veut en sortir, il faut admettre cette exigence de pluralité et de complémentarité des légitimités. Non seulement on discute, mais on négocie, on recherche ce qu’on appelle le « compromis démocratique ». Il ne s’agit pas d’une décision « amoindrie » par tous.

C’est une décision coconstruite qui assume l’impératif d’invention démocratique. Le gouvernement actuel méconnaît ce temps de la souveraineté partagée, une valeur pourtant devenue importante.

 

« Gouverner, ce n’est pas pratiquer l’autoritarisme » : texte de La Fontaine, dessin de Chimulus : « L’Arbre tient bon ; le Roseau plie./Le vent redouble ses efforts,/Et fait si bien qu’il déracine/Celui de qui la tête au Ciel était voisine,/Et dont les pieds touchaient à l’Empire des Morts. »

Comment perfectionner le mode de gouvernement démocratique ?

Gouverner, ce n’est pas pratiquer l’autoritarisme. Pour cela, il y a les petits chefs, les petits tyrans qui n’ont rien à voir avec l’art de gouverner. Diriger, c’est conduire un peuple avec son assentiment vers des seuils que l’on considère comme des clés pour que la démocratie se renforce.

La réforme des retraites est un seuil monumental. C’est une réforme structurelle qui aurait demandé peut-être cinq ans de dialogue, la recherche d’un consensus avec les acteurs de l’opposition.

Or le gouvernement pratique une accélération délirante. Quand on entreprend une réforme, il faut toujours s’assurer du degré d’acceptabilité de cette réforme car, sinon, on travaille pour rien.

Que penser alors du durcissement de part et d’autre ?

Le gouvernement emploie les vieilles recettes : usure, déni, mépris, condescendance. Pour un gouvernement de rupture, c’est étonnamment archaïque et conservateur. Tous les pays d’Europe ont été confrontés à cette réforme.

Qu’ont-ils fait ? L’ouverture, la fameuse ouverture ! C’était le moment ou jamais de la pratiquer. On est, depuis 2007, dans un simulacre d’ouverture. Le conflit actuel exige que l’on sorte des simulacres.

Vous pensez que les récentes « affaires » ont à voir avec les protestations qui s’expriment aujourd’hui ?

La question des conflits d’intérêts est fondamentale. La démocratie est un régime de séparation des pouvoirs. C’est comme ça que l’on préserve les libertés. Le conflit d’intérêts, c’est la mort de la séparation des pouvoirs.

Non seulement le pouvoir actuel n’essaie pas de les éviter mais il les provoque. Telle personne qui est trésorier d’un parti politique va diriger le comité de soutien destiné à récolter des fonds pour ledit parti et, comme par hasard, sera également ministre du budget.

On pointe ainsi la cacophonie et l’incohérence des rythmes sarkoziens, déchaînés sur les réformes et laxistes sur les conflits d’intérêts. C’est pour cela que les gens descendent dans la rue alors qu’ils sont d’accord sur la finalité : réformer notre système de retraites.

Quels pourraient être les contours d’une réinvention de la démocratie ?

Mon travail consiste à réfléchir aux nouveaux outils de la régulation démocratique, à ces fabrications collectives de l’exemplarité. Que vise-t-on ? Pas « le pouvoir au peuple », cher aux populistes, pas la tyrannie de la majorité, chère aux conservateurs, non, nous visons une fabrication collective, plurielle, de la raison publique et du pouvoir d’Etat.

 

Sarah Palin lors d’un meeting organisé par le mouvement Tea Party à Reno, le 18 octobre 2010 (AFP/Spencer Platt)

Pourtant, on constate en beaucoup d’endroits une droitisation de la vie publique, les Tea Parties aux Etats-Unis, la montée des populismes et de l’extrême droite en Europe, qui paraît loin de cette « fabrication collective » que vous appelez de vos voeux.

Renouveau populiste, renouveau conservateur, renouveau religieux, ces faits sont réels. Mais ce n’est pas parce que ça se passe que c’est vrai, au sens platonicien du terme. Le renouveau du thatchérisme, posture politique ringarde, ridicule, vieille déjà, serait l’intelligence moderne de la démocratie ? Je tombe des nues. C’est l’antithèse de la modernité démocratique.

Qui peut réinventer la démocratie ?

Je crois aux majorités qualifiées citoyennes qui peuvent se mettre en place, par exemple, par les réseaux sociaux. La nouvelle démocratie, c’est peut-être cette apparition de majorités qualifiées dans le débat public, qu’il s’agisse de syndicalistes, de professeurs, etc.

Prenons l’exemple de l’Appel des appels, lancé par Roland Gori. Une personne seule, un psychanalyste, voit tout d’un coup que des processus délirants d’évaluation managériale sont en train de tuer les services publics.

Il prend position, construit l’Appel des appels et, avec d’autres, comme Barbara Cassin, directrice de recherche au CNRS, ou encore Jacques-Alain Miller, psychanalyste, réunit d’abord 200 signataires, puis 200 000, et, aujourd’hui, ce mouvement traverse les services publics, les hôpitaux, la justice, l’école, etc.

Nous sommes en retard sur ce que Jacques Delors avait appelé « la société civile organisée ». Cela nous force à nous interroger sur la manière de faire des montées en généralité pour construire un Etat qui ne soit pas la somme de corporatismes.

 

Le serment du Jeu de paume du 20 juin 1789, haut-relief en bronze de Léopold Morice, Monument à la République, Place de la République à Paris, inauguré le 14 juillet 1883

Comment fait-on du collectif légitime ?

C’est pour cela que je parle de majorités qualifiées citoyennes. Une caste ou une technocratie ne peut pas s’approprier la démocratie. On a beaucoup trop technicisé la démocratie. Or elle n’est pas une affaire de professionnels de la politique, elle a aussi un lien ancien avec les humanités. Il faut prendre le temps de travailler à de nouvelles méthodologies de gouvernement sans tomber dans la novlangue de la « gouvernance ».

L’invention démocratique de demain est là. Elle a un antécédent fort : le serment du Jeu de paume.

Nous devons écrire un nouveau serment du Jeu de paume. Il ne faut pas avoir peur d’inventer. Comme le disait Héraclite : « Si tu ne cherches pas l’inespéré, tu ne trouveras rien. » Je préférerais que nous ne sachions pas où nous allons parce que nous sommes en recherche d’invention plutôt que de savoir très bien où nous allons : dans le mur, parce qu’on ne produit pas d’invention.

Propos recueillis par Olivier Schmitt

 

Publié dans conseil municipal, Democratie, Elles et ils chantent la Liberte, Europe, Intelligences collectives socialistes, International, Local, Poésie, Politique, Ségolène Présidente en 2012, Société | Pas de Commentaire »

La Fête de la Fraternité aura lieu le 18 septembre à Arcueil dans le Val de Marne

Posté par goalexandre le 14 septembre 2010

La Fête de la Fraternité aura lieu le 18 septembre à Arcueil dans le Val de Marne

Cher(e)s ami(e)s,

Nous sommes heureux de vous annoncer que nous nous réunirons pour notre troisième Fête de la Fraternité le samedi 18 septembre prochain à Arcueil, ville du Val-de-Marne, toute proche de Paris.

La meilleure riposte aux provocations, à la brutalité et à la corruption d’un système qui tire la France vers le bas, c’est la construction d’un avenir commun appuyé sur les valeurs républicaines de liberté, d’égalité et de fraternité.

Dans ce contexte, la Fête de la Fraternité revêt cette année une importance toute particulière. C’est pour cela que Ségolène Royal a choisi de l’organiser dans une ville de banlieue telle qu’Arcueil.

La Fête de la Fraternité aura lieu le 18 septembre à Arcueil dans le Val de Marne  dans Democratie CP15Pour permettre au plus grand nombre d’entre vous d’être présents, elle a voulu que les dates proposées initialement soient déplacées au 18 septembre. Certains avaient en effet souligné la proximité des dates proposées à la fois avec la rentrée scolaire et le week-end de la Rochelle. Cela ne leur permettait pas d’être parmi nous, retenus par la préparation de ce moment important pour leurs familles ou ayant déjà engagé des frais pour se rendre loin de chez eux. Il était également essentiel, rappelons-le, de ne pas organiser notre Fête de la Fraternité au même moment que la Fête de l’Humanité, moment important de notre vie politique nationale. Ces dates vous permettront d’avoir plus de temps pour organiser vos déplacements depuis toutes nos régions.

Vous l’aurez compris, la saison théâtrale ayant déjà débuté, nous ne pouvions pas disposer de la Cartoucherie de Vincennes, qui avait été généreusement mise à notre disposition par notre amie Ariane Mnouchkine. Croyez-nous, ce n’est que partie remise ! Nous nous y réunirons dès le mois d’octobre pour une Université Populaire Participative sur l’éducation et la culture.

Alors que le pouvoir en place, pouvoir de la peur, confronté à ses échecs fracassants dans la sécurité, dans l’économie, dans l’éducation, dans la santé, a pris la décision funeste, pour faire diversion, de bafouer la République ; alors que ce pouvoir dépressif se nourrit du discrédit de toutes les formes de croyance et d’espérance, notre pays a besoin de se souvenir qu’il existe toujours un rêve qui s’appelle la France, le rêve d’une société fraternelle, où les femmes et les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits, sans distinction d’origine, de race ou de religion.

Face aux mensonges sarkozystes, nous nous devions de montrer à notre pays son vrai visage. C’est pour cela que nous organiserons notre Fête de la Fraternité dans une ville qui est un symbole parce qu’elle ressemble à tant d’autres villes de France.

CP15b dans Elles et ils chantent la LiberteArcueil représente le type même d’une ville populaire. Elle compte 45% de logements sociaux, ses cités les plus récentes ont été construites pour offrir un environnement harmonieux. Les plus anciennes, comme « la Vache Noire » ou « le Chaperon Vert », ont été construites dans les années 1960. Elles font aujourd’hui l’objet d’importantes reconstructions, démolitions, réhabilitations, qui impliquent l’ensemble des habitants. Ces cités côtoient plusieurs quartiers pavillonnaires, représentatifs de ce que l’on appelle souvent abstraitement « le péri-urbain », alors qu’il s’agit de la réalité de la vie de plusieurs millions d’entre nous. Arcueil témoigne ainsi d’une diversité urbaine et sociale que l’on retrouve dans tant de nos villes qui contribuent aujourd’hui à faire le visage de la France.

Sa diversité sociale s’enrichit d’une diversité culturelle. Plus de quarante-sept nationalités sont représentées dans cette ville où les habitants ont toujours été à l’avant-garde de la défense des Droits de l’Homme, de l’ouverture et de la coopération avec l’étranger. A l’époque de l’Apartheid, Arcueil s’est ainsi distinguée par ses témoignages de solidarité envers les Sud-africains en lutte. C’est ainsi que Dulcie September, qui représentait l’ANC en France, y a été accueillie et y a résidé, et que Nelson Mandela a visité Arcueil en 1996 pour rendre hommage à la solidarité de ses habitants ; beaucoup d’Arcueillais-es s’en souviennent encore aujourd’hui.

Contre la propagande éhontée de ce pouvoir qui voudrait nous faire croire que nous ne pouvons pas vivre ensemble, Arcueil est la preuve flagrante que la diversité est toujours harmonieuse quand elle se conjugue avec la fraternité, quand le respect est partagé et quand on donne à tous le pouvoir de s’exprimer et à chacun l’attention qu’il requiert.

La ville s’est par exemple illustrée ces dernières années par des initiatives démocratiques importantes : les assemblées de quartiers dotées de budgets, le droit de pétition devant le Conseil municipal, le référendum local d’initiative populaire, par exemple pour la réhabilitation des cités. C’est une ville qui démontre quotidiennement les vertus de la démocratie participative.

Pour toutes ces raisons, Arcueil a le visage de la France : des femmes et des hommes qui prennent en main leurs destins, qui agissent les uns vis-à-vis des autres en citoyens, qui pour beaucoup, comme tant d’entre nous, endurent la situation actuelle, qui comme tant d’entre nous se demandent souvent comment finir le mois, mais qui comme tant d’entre nous résistent, travaillent, espèrent et qui, coûte que coûte, luttent à leur échelle pour une France plus forte parce que plus solidaire. C’est la France où la fraternité n’est pas qu’un mot, mais une réalité et un combat quotidiens. C’est la France que ce système corrompu voudrait cacher pour mieux faire passer dans l’ombre ses mesures injustes et impuissantes. C’est la France qu’à Désirs d’Avenir nous avons décidé de regarder dans les yeux.

CP15a dans Europe

Nous remercions Daniel Breuiller, maire d’Arcueil, pour son accueil. Nous avons eu l’occasion à de nombreuses reprises d’observer et apprécier son travail remarquable en ce qui concerne le rassemblement à gauche, au-delà des étiquettes. Nous connaissons son abnégation et son engagement pour la démocratie jusqu’au bout. Et comment oublier que les efforts réalisés dans la ville ont aussi été possibles grâce à l’implication de Denis Weisser depuis plusieurs années ? Quand on connaît les qualités humaines de Denis et son engagement dans le sens de l’intérêt général, on n’est pas surpris que les Val-de-marnais aient reconnu son travail en l’élisant conseiller Régional.

Nous devrons être nombreux à Arcueil pour montrer qu’une autre France est possible et que nous refusons de nous taire et de subir.

Nous vous y attendons donc le 18 septembre, pour la troisième édition de la Fête de la Fraternité. Pour toutes les questions pratiques, ou si vous souhaitez y participer en tant que bénévoles ou en tant qu’acteurs d’une animation, nous vous encourageons d’ores et déjà à entrer en contact avec nous à l’adresse fraterniteda@gmail.comCette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. .

Nous comptons sur vous comme vous pouvez toujours compter sur nous.

Amitiés fidèles,

 

Toutes les informations sur la Fête de la Fraternité à Arcueil

Publié dans Democratie, Elles et ils chantent la Liberte, Europe, Intelligences collectives socialistes, Local, Poésie, Ségolène Présidente en 2012, Société | Pas de Commentaire »

ETRE FRATERNEL AVEC SEGOLENE ROYAL LE 18 SEPTEMBRE A A ARCUEIL 94

Posté par goalexandre le 2 septembre 2010

Parce que nous aspirons tous à une France du respect où chacun trouve sa place d’où qu’il vienne, quelles que soient ses croyances, ses convictions et sa couleur de peau .

ETRE FRATERNEL  AVEC SEGOLENE ROYAL  LE 18 SEPTEMBRE A A  ARCUEIL   94 dans Democratie banblogfrat1b

Parce que nous aspirons tous à une France réconciliée où chacun se parle, dialogue, combat et propose les solutions pour demain.

Parce que nous aspirons tous à une France unie qui crée, innove et ouvre des nouveaux chemins, ensemble avec nos différences.

Dans une fraternité retrouvée sans laquelle nul progrès humain, social, économique, écologique n’est possible.

Voilà l’esprit de la Fête de la Fraternité, crée en 2008 par Ségolène Royal .

Fraternité….plus que jamais.

toutes les créations que nous pouvons présenter dans une fête populaire seront au rendez-vous : chansons (traditionnelles, classiques, populaires…), danses, théâtre, défilés de mode thématiques, lecture de poèmes et de contes, Gospels…

Il est encore temps de faire connaître les artistes que vous souhaitez voir figurer sur le programme de notre fête populaire à cette adresse :

fraterniteda@gmail.com

Publié dans Democratie, Elles et ils chantent la Liberte, Europe, Faits et méfaits du sarkozysme, Intelligences collectives socialistes, International, Local, Poésie, Politique, Société | Pas de Commentaire »

Qui sommes-nous? Adhérer et soutenir « Désirs d’avenir »

Posté par goalexandre le 14 août 2010

 

Qui sommes-nous? b12950120.jpg

 

contactez nous  ici   http://saintdenisdavenir.unblog.fr/                            photoblog.jpgSégolène Royal est la présidente de l’association Désirs d’avenir

Désirs d’Avenir est une association créée le 13 Décembre 2005, pour réunir avec Ségolène Royal toutes celles et ceux qui souhaitent réfléchir ensemble à un projet de gauche pour la France, et agir ensemble pour le réaliser. Un projet fondé sur les valeurs de solidarité, de fraternité, de respect, d’égalité et de liberté, tel qu’il a été porté pendant la dernière élection présidentielle par Ségolène Royal.

Désirs d’Avenir est un mouvement ouvert sur la société tout entière. C’est un espace de réflexion et d’éducation populaire. Et de plus en plus, Désirs d’Avenir sera un lieu de solidarité et d’entraide, autour d’une plateforme d’échange solidaire sur notre site Internet.

Aujourd’hui plus que jamais, la bataille est d’abord celle des idées. Plus que jamais, il faut aujourd’hui, sur fond de crise globale et d’avenir incertain, penser le monde qui vient. Désirs d’Avenir a donc vocation à être ce catalyseur d’idées et de mouvement social et politique, animé par des valeurs qui s’enracinent dans l’histoire de la gauche, sans tabou sur les moyens de les rendre vivantes et de les incarner.

Ainsi Désirs d’Avenir est une association carrefour, au contact avec d’autres organisations, syndicats, associations, think tanks européens et internationaux, une association qui fait de la de la démocratie participative le moyen de révéler la vitalité, l’inventivité du corps social.

Parce que nous croyons au pouvoir de l’intelligence collective et au devoir de partager les savoirs, c’est ensemble que nous voulons réfléchir, mettre en commun nos questions, aiguiser nos regards et affûter nos raisons pour agir juste dans le temps qui est le nôtre. Nous voulons, avec Ségolène Royal, construire un nouveau projet politique, pragmatique et radical, qui donne de nouveau espoir à notre pays et à nos concitoyens.

Les Comités Locaux  » Désirs d’Avenir  » ont donc pour but de rassembler toutes les personnes de bonnes volontés afin de s’engager dans l’entraide et de réfléchir à la situation sociale, politique et économique en France, en Europe et dans le Monde, pour contribuer notamment par des propositions, à son amélioration, dans un esprit de justice sociale.

 

 

 

 

 

 

Adhérer et soutenir

 

Comment adhérer à « Désirs d’avenir » ?
Pour adhérer à Désirs d’avenir, il vous suffit de cliquer ci-dessous. Le montant de la cotisation est fixé à 5 euros minimum.

Qui sommes-nous? Adhérer et soutenir « Désirs d’avenir » dans Democratie adhererda

Si vous ne souhaitez pas adhérer en ligne, vous pouvez aussi nous retourner le bulletin d’adhésion ci-joint, accompagné d’un chèque à l’ordre de « Désirs d’avenir » et l’envoyer à Désirs d’avenir, 95, boulevard Raspail, 75006 Paris.
Paiement par chèque : Télécharger le bulletin d’adhésion

Comment faire un don à « Désirs d’avenir » ?
Si vous souhaitez faire un don à Désirs d’avenir, il vous suffit de cliquer ci-dessous.

donnerda dans Elles et ils chantent la Liberte

Si vous ne souhaitez pas faire un don en ligne, vous pouvez aussi nous retourner le bulletin ci-joint, accompagné d’un chèque à l’ordre de « Désirs d’avenir » et l’envoyer à Désirs d’avenir, 95, boulevard Raspail, 75006 Paris.
Paiement par chèque : Télécharger le bulletin de don

Finances de Désirs d’avenir
Désirs d’avenir est une association loi 1901, créée en décembre 2005.
Les adhésions et dons à Désirs d’avenir n’ouvrent pas le droit à déduction d’impôts.
Désirs d’avenir ne se finance que grâce aux adhésions (5 à 100 euros) et aux dons. Seules les personnes physiques peuvent adhérer. Le montant des adhésions tourne en moyenne autour de 25 euros.

 

Publié dans Democratie, Elles et ils chantent la Liberte, Europe, Intelligences collectives socialistes, International, Local, Poésie, Politique, Ségolène Présidente en 2012, Société | Pas de Commentaire »

DROITS HUMAINS VIDEO FAITES CIRCULER

Posté par goalexandre le 24 juillet 2010

http://www.dailymotion.com/video/xbtj09

 

DÉCLARATION DES DROITS DE L’HOMME ET DU CITOYEN DE 1789

Les Représentants du Peuple Français, constitués en Assemblée nationale, considérant que l’ignorance, l’oubli ou le mépris des droits de l’homme sont les seules causes des malheurs publics et de la corruption des Gouvernements, ont résolu d’exposer, dans une Déclaration solennelle, les droits naturels, inaliénables et sacrés de l’homme, afin que cette Déclaration, constamment présente à tous les membres du corps social, leur rappelle sans cesse leurs droits et leurs devoirs ; afin que les actes du pouvoir législatif, et ceux du pouvoir exécutif pouvant être à chaque instant comparés avec le but de toute institution politique, en soient plus respectés ; afin que les réclamations des citoyens, fondées désormais sur des principes simples et incontestables, tournent toujours au maintien de la Constitution, et au bonheur de tous. En conséquence, l’Assemblée nationale reconnaît et déclare, en présence et sous les auspices de l’Être Suprême, les droits suivants de l’homme et du citoyen.

Article premier

Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l’utilité commune.

Article II

Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l’homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté et la résistance à l’oppression.

Article III

Le principe de toute Souveraineté réside essentiellement dans la Nation. Nul corps, nul individu ne peut exercer d’autorité qui n’en émane expressément.

Article IV

La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui : ainsi l’exercice des droits naturels de chaque homme n’a de bornes que celles qui assurent aux autres Membres de la Société, la jouissance de ces mêmes droits. Ces bornes ne peuvent être déterminées que par la Loi.

Article V

La Loi n’a le droit de défendre que les actions nuisibles à la Société. Tout ce qui n’est pas défendu par la Loi ne peut être empêché, et nul ne peut être contraint à faire ce qu’elle n’ordonne pas.

Article VI

La Loi est l’expression de la volonté générale. Tous les Citoyens ont droit de concourir personnellement, ou par leurs Représentants, à sa formation. Elle doit être la même pour tous, soit qu’elle protège, soit qu’elle punisse. Tous les Citoyens étant égaux à ses yeux, sont également admissibles à toutes dignités, places et emplois publics, selon leur capacité, et sans autre distinction que celle de leurs vertus et de leurs talents.

Article VII

Nul homme ne peut être accusé, arrêté, ni détenu que dans les cas déterminés par la Loi, et selon les formes qu’elle a prescrites. Ceux qui sollicitent, expédient, exécutent ou font exécuter des ordres arbitraires, doivent être punis ; mais tout Citoyen appelé ou saisi en vertu de la Loi doit obéir à l’instant : il se rend coupable par la résistance.

Article VIII

La Loi ne doit établir que des peines strictement et évidemment nécessaires, et nul ne peut être puni qu’en vertu d’une Loi établie et promulguée antérieurement au délit, et légalement appliquée.

Article IX

Tout homme étant présumé innocent jusqu’à ce qu’il ait été déclaré coupable, s’il est jugé indispensable de l’arrêter, toute rigueur qui ne serait pas nécessaire pour s’assurer de sa personne, doit être sévèrement réprimée par la Loi.

Article X

Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public établi par la Loi.

Article XI

La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’Homme : tout Citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté, dans les cas déterminés par la Loi.

Article XII

La garantie des droits de l’Homme et du Citoyen nécessite une force publique : cette force est donc instituée pour l’avantage de tous, et non pour l’utilité particulière de ceux auxquels elle est confiée.

Article XIII

Pour l’entretien de la force publique, et pour les dépenses d’administration, une contribution commune est indispensable. Elle doit être également répartie entre tous les Citoyens, en raison de leurs facultés.

Article XIV

Tous les Citoyens ont le droit de constater, par eux-mêmes ou par leurs Représentants, la nécessité de la contribution publique, de la consentir librement, d’en suivre l’emploi et d’en déterminer la quotité, l’assiette, le recouvrement et la durée.

Article XV

La Société a le droit de demander compte à tout Agent public de son administration.

Article XVI

Toute Société dans laquelle la garantie des Droits n’est pas assurée, ni la séparation des Pouvoirs déterminée, n’a point de Constitution.

Article XVII

La propriété étant un droit inviolable et sacré, nul ne peut en être privé, si ce n’est lorsque la nécessité publique, légalement constatée, l’exige évidemment, et sous la condition d’une juste et préalable indemnité.


j’aimej’aimeje n’aime plus 

Publié dans Democratie, Elles et ils chantent la Liberte, Europe, Intelligences collectives socialistes, LOGEMENT, Poésie, Ségolène Présidente en 2012, Société, VIDEO IMPORTANTE A VOIR | Pas de Commentaire »

INTELLIGENSES SOCIALISTES quelques nouvelles de grece LETTRE DE SEGOLENE ROYAL

Posté par goalexandre le 14 juillet 2010

Lettre d'information de Ségolène Royal

 

 

Poros, le 13 juillet 2010

 

 

Chères amies, chers amis,


Quelques nouvelles de Grèce où je participe à une réunion de travail qui rassemble, quatre jours durant, des responsables politiques de premier plan et des chercheurs de haut niveau autour de la question des alternatives progressistes à la crise du système qui n’en finit pas d’ébranler le monde et, tout particulièrement, l’Europe.

J’y ai été conviée par la fondation Papandreou. Il y a ici des participants de tous les continents, venus pour échanger des idées et des expériences. Une des questions majeures versée aux débats : quel rôle pourrait jouer dans le monde qui vient une Europe capable de surmonter ses divisions et de porter un modèle alternatif de développement ?

En complément des sessions plénières, des ateliers sont plus particulièrement consacrés à la Grèce qui, comme vous le savez, a été la première cible de la spéculation des marchés financiers et a dû s’engager, en contre-partie de l’aide qui a fini par lui être apportée par l’Europe et le FMI, dans un effort draconien d’assainissement de ses finances publiques aux conséquences sociales très dures pour le peuple grec.

Nos travaux ont commencé hier lundi par une séance inaugurale consacrée à l’avenir de l’Europe dans la globalisation, au cours de laquelle j’étai invitée à prendre la parole.

Après l’allocution de bienvenue de George Papandreou, Catherine Ashton, qui est depuis novembre 2009 à la tête de la diplomatie européenne en tant que Haut Représentant de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, a lancé le débat en évoquant ce que sont, de son point de vue, les principaux enjeux d’une affirmation de la voix de l’Europe dans le nouveau monde multipolaire qui émerge.

Ivan Vejvoda, qui dirige la Fondation des Balkans pour la démocratie et a particulièrement travaillé sur les transitions démocratiques dans les pays de l’ex-Europe de l’Est, ainsi que Toomas Hendrik Ilves, Président de la République d’Estonie, nous ont fait part du regard qu’ils portent sur les atouts dont dispose l’Europe pour peser. L’Estonie est un petit pays (1,4 million d’habitants) qui a recouvré son indépendance en 1991, deux ans après la chute du mur de Berlin. Ses performances dans les domaines de l’innovation et des nouvelles technologies de la communication lui ont valu le surnom d’e-stonia. C’est en Estonie qu’a été mis au point le logiciel Skype qui permet de téléphoner gratuitement dans le monde entier, via Internet, et compte aujourd’hui des centaines de millions d’utilisateurs. Le gouvernement estonien est également pionnier de l’administration numérique et du vote électronique. L’Estonie devrait intégrer la zone euro début 2011.

Dans mon intervention, j’ai souligné combien, à mes yeux, l’Europe bousculée par la crise se trouve aujourd’hui à la croisée des chemins : soit nous nous en tenons à cette « gouvernance par défaut » qu’illustrent les limites du Pacte de Stabilité et cédons à la tentation de divisions accrues (dont a récemment témoigné le temps perdu à faire acte de solidarité avec la Grèce durement attaquée par les spéculateurs), soit nous construisons ensemble un véritable gouvernement économique capable d’anticiper, d’impulser, d’accompagner et de protéger afin de faire de l’Europe notre force commune dans un monde où de nouveaux rapports de forces se dessinent et où la finance doit être remise à sa plce. Pour moi, je l’ai souvent rappelé, les Etats-Unis d’Europe constituent l’horizon politique de l’union renforcée dont nous avons plus que jamais besoin pour rester dans la course et l’orienter dans le bon sens. La tentation du « chacun pour soi » est un mauvais calcul car elle fait le lit des populismes locaux et de notre marginalisation collective.

Il ne faut pas, disait-on en 1929, « gâcher une crise ». Cela signifie qu’il faut agir sur ses causes et y apporter des réponses de nature à prévenir de nouvelles crises. Dans les années 30, comme l’a rappelé Daniel Cohen (voir la rubrique « lu pour vous » sur le site Désirs d’Evenir), les gouvernements européens ont mis en place à contre-temps des politiques de rigueur qui ont plongé leurs pays dans la récession, avec son cortège de conséquences dramatiques sur le plan social et politique (deux ans plus tard, Hitler prenait le pouvoir en Allemagne…).

Aujourd’hui, les plans d’austérité qu’applique un grand nombre de pays européens sous la pression conjuguée des marchés financiers, de Bruxelles et du FMI, relèvent souvent d’une idéologie de l’orthodoxie budgétaire dont on peut craindre qu’elle soit non seulement très coûteuse socialement mais anti-économique.

Bien sûr, la réduction des déficits et la maîtrise des finances publiques sont choses nécessaires. Mais cela suppose qu’on ne se trompe pas de tempo et qu’on ne commence pas par écraser, au prétexte d’une doxa petitement comptable, les chances de reprise dans une Europe où la croissance est aujourd’hui la plus faible du monde.

Or tout se passe comme si, sous l’injonction arrogante des marchés financiers et des agences de notation, on était vite passé de l’autre côté du cheval : après les discours de 2008 sur le retour de l’Etat et les vertus redécouvertes du volontarisme économique, voilà que revient par la fenêtre la vieille rengaine de l’Etat minimal, des services publics budgétivores et d’une austérité particulièrement dure aux plus fragiles. Et cela alors même qu’une des causes des désordres mondiaux, ce sont les inégalités insupportables qui n’ont cessé de se creuser.

Ce devrait être à l’Europe de porter haut et fort un modèle alternatif qui fasse de la performance économique et de la justice sociale un couple indissociable, qui réhabilite le rôle de la puissance publique, qui accélère la croissance verte et la social-écologie, qui définisse les « biens publics » qui doivent être garantis à chacun à l’abri de la marchandisation à outrance, qui promeuve une démocratie plus participative comme condition de l’efficacité des politiques publiques.

Je crois profondément que le monde qui vient a besoin d’une Europe au clair sur ses valeurs, à l’écoute de ses peuples, capable de cohésion et de cohérence dans l’action, porteuse d’une parole forte en accord avec ses actes.

A Poros, où se déroulent nos travaux, c’est un point de vue partagé par beaucoup. Et notamment Joseph Stiglitz, qui intervient aujourd’hui pour tirer les leçons de la globalisation de la crise et tracer quelques pistes pour une action progressiste décidée non seulement à en sortir mais à éviter qu’on y retombe à la première occasion. Il est particulièrement scandalisé par la spéculation qui s’est attaquée aux maillons réputés les plus faibles de la zone euro et par ces lobbys financiers, renfloués sans contre-parties par les pouvoirs publics, qui mordent sans vergogne « la main de leurs sauveurs ». Partisan d’une régulation ferme de la mondialisation, d’une taxe sur les transactions financières (hélas rejetée par le G20 de Toronto) ainsi que d’une séparation des activités bancaires de dépôt et de marché (sujet apparemment tabou en Europe), Joseph Stiglitz craint, lui aussi, que l’obsession de la réduction immédiate des déficits publics ne fasse plonger l’économie. Il trouve l’Europe bien timorée dans ses réponses à la crise.

Cet après-midi, je suis impatiente d’entendre James Fishkin qui est l’inventeur, aux Etats-Unis, des « sondages délibératifs » dont la démarche, à l’opposé des sondages traditionnels, s’apparente à certains égards à celle des Jurys Citoyens que j’ai mis en place en Poitou-Charentes (panels représentatifs de la diversité sociale et surtout temps d’information et de débats permettant à des « profanes » de participer à une « délibération éclairée »). Je me réjouis que la question, à mes yeux essentielle, d’une démocratie plus participative, favorisant l’implication active des citoyens dans les décisions qui les concernent, ait pleinement droit de cité dans cette réunion de travail où il s’agit d’explorer ensemble de nouvelles réponses politiques aux problèmes du monde d’aujourd’hui.

La journée de demain sera principalement consacrée aux questions relatives à la lutte contre le changement climatique, au soutien aux énergies renouvelables et à la croissance verte comme gisements d’emplois d’avenir.

Gerd Leopold, océanographe et responsable de Greenpeace International, Joe Stanislaw, fervent partisan d’une approche globale des questions énergétiques (dans toutes leurs dimensions : locales et internationales, écologiques, économiques, de santé publique, etc.), Dimitri Zenghelis, membre du groupe qui a élaboré le « Rapport Stern » à la demande du gouvernement travailliste britannique et chiffré « le coût de l’inaction » écologique ainsi que Tina Birbili, Ministre grecque de l’Energie, de l’Environnement et du Changement climatique aborderont les enjeux du « droit à une énergie propre » et les choix qui inspirent les politiques volontaristes du gouvernement grec.

Vendredi 15, la séance plénière sera consacrée à un exercice plus prospectif autour de trois scénarios possibles pour l’Europe à l’horizon 2020, dans une perspective d’affirmation de son leadership. Les principaux intervenants seront Mary Kaldor, professeur à la London School of Economics, spécialiste de la mondialisation et partisane d’une politique étrangère mieux intégrée à l’échelle européenne, Cem Ozdemir, co-président des Verts allemands et premier Allemand d’origine turque à avoir été élu député, Alex Rondos, ancien ambassadeur des Etats-Unis en Grèce et ancien collaborateur de George Papandreou lorsqu’il était Ministre des Affaires étrangères, ainsi que Mark Medish, ancien collaborateur du Président Clinton et aujourd’hui conseiller à la Fondation Carnegie pour la paix internationale.

Voilà, chères amies, chers amis, un aperçu, non exhaustif, du programme de cette réunion de travail qui croise fort utilement les regards de chercheurs et d’acteurs qui ont en commune cette conviction : le monde change et l’action politique doit, elle aussi, changer.


Bien amicalement,


Ségolène Royal

—————————————————————————————–

 

ma contribution  mon analyse personnelle de la lettre pour comprendre

 

INTERESSANT  TRES INTERESSANT    SEGOLENE

VOYONS VOYONS    ANALYSE DU TEXTE  J’AI BESOIN DE COMPRENDRE!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! MOI LE PROFANE

 

ci dessous  souligné en rouge ou bleu ou en gras  ce qui me semble   important  puis   ma 1ere impression de lecture  active

 

des responsables politiques de premier plan et des chercheurs de haut niveau autour de la question des alternatives progressistes à la crise du système qui n’en finit pas d’ébranler le monde et, tout particulièrement, l’Europe.
J’y ai été conviée par la fondation Papandreou. Il y a ici des participants de tous les continents,

venus pour échanger des idées et des expériences.

———————————————————————————————
impression 1ere: conditionnement acceptation du mot crise comme realitée universelle  alors que ce sont l-intelligensia  capitalistes qui ont crées les conditions  de cette crise provoquée
——————————————————————————————-

Une des questions majeures versée aux débats : quel rôle pourrait jouer

dans le monde qui vient une Europe capable

de surmonter ses divisions et de porter un

modèle alternatif de développement ?


impression 1ere attention a la division entre continents  eux memes  qui constituent la terre notre maison commune
—————————————–

 

la spéculation des marchés financiers

C’est en Estonie qu’a été mis au point le logiciel Skype qui permet de téléphoner gratuitement dans le monde entier, via Internet, et compte aujourd’hui des centaines de millions d’utilisateurs. Le gouvernement estonien est également pionnier de l’administration numérique et du vote électronique. L’Estonie devrait intégrer la zone euro début 2011.

attaquée par les spéculateurs

——————————————————
impression 1ere    marchés   comme si si c’etait une seule personne humaine ( les marchés la speculation!!!!!!) —————————————————–

 

 

un véritable gouvernement économique capable d’anticiper, d’impulser, d’accompagner et de protéger afin

de faire de l’Europe notre force commune dans un monde où de nouveaux rapports de forces se dessinent et où la finance doit être remise à sa plce.    Etats-Unis d’Europe

——————————
impression 1ere 
   la finance doit:   comment peut on remmettre (la finance) qui est la finance? comme si c’etait une femme ou une personne  alors que ce sont des groupes influents et trés actifs ——————————–

 


à contre-temps des politiques de rigueur qui ont plongé leurs pays dans la récession, avec son cortège de conséquences dramatiques sur le plan social et politique (deux ans plus tard, Hitler prenait le pouvoir en Allemagne…).
———————————
impression 1ere   :  donc se sont les memes qui on crée  les conditions (recession) de la venue d’hitler  qui ont essayé  a nouveau  2009 2010(recession) leurs pratiques  sans aller jusqu’au bout
——————————–

 

Aujourd’hui, les plans d’austérité qu’applique un grand nombre de pays européens sous la pression conjuguée des marchés financiers, de Bruxelles et du FMI, relèvent souvent d’une idéologie de l’orthodoxie budgétaire dont on peut craindre qu’elle soit non seulement très coûteuse socialement mais anti-économique.

—————————– ——————————–

impression 1ere: les marchés   ont un sacré pouvoir de nuisance  a ne plus se preoccuoer des etrs humains 

—————————————————————————-

 


au prétexte d’une doxa petitement comptable,……….

(La doxa est l’ensemble – plus ou moins homogène – d’opinions (confuses ou non), de préjugés populaires ou singuliers, de présuppositions généralement admises et évaluées positivement ou négativement, sur lesquelles se fonde toute forme de communication)

les chances de reprise dans une Europe où la croissance est aujourd’hui la plus faible du monde.

……..sous l’injonction arrogante des marchés financiers et des agences de notation,

—————————- —————–

impression 1ereencore et toujours ce besoin de croissance   reprise  il me semble  que nous devrions revenir a d’autres parametres  plus humanistes

—————————————————

 

qui réhabilite le rôle de la puissance publique,

 qui accélère la croissance verte et la social-écologie, qui définisse les « biens publics » qui doivent être garantis à chacun à l’abri de la marchandisation à outrance, qui promeuve une démocratie plus participative comme condition de l’efficacité des politiques publiques.

———————————————————–

impression 1ere : puissance publique  cela doit etre  compris  comme  la puissance des peuples et des citoyens citoyennes  seuls souverains

————————————————————

 

Je crois profondément que le monde qui vient a besoin d’une Europe au clair sur ses valeurs, à l’écoute de ses peuples, capable de cohésion et de cohérence dans l’action, porteuse d’une parole forte en accord avec ses actes.

———————————————————————————

impression 1ere:( un monde une europe a l’ecoute)   il y a là  du travail a faire par nous tous et toutes  pour arriver concretement  a cette idée trés juste  il me semble aussi  qu’une analyse du( monde qui vient )  soit le fruit d’une reflexion a plusieurs  pour dire ce qu’est (le monde qui vient)   le monde  c’est quoi  ? notion monde ?   nous sommes sur une terre  planete  nous humains + tous les etres vivants   sommes dedans

cette planete( monde ) tourne sur elle meme  dans l’espace galactique

(porteuse d’une parole  forte )     EUROPE AVEC (UNE 1) :   du boulot car deja avec un quartier une ville  un pays  c’est pas evident alors  un continent !!!!!

ceci dit je pense que c’est faisable  en  y allant par etape et a long terme   ma suggestion : creer une langue commune : LA LANGUE EUROPEENNE    J’INSISTE  SUR LE MOT   CREER  et sourtout pas  l’anglais  ou tout autre langue existante en europe  qui creerait  des conflits

——————————————————————–

 

 

tracer quelques pistes pour une action progressiste décidée

la spéculation qui s’est attaquée aux maillons réputés les plus faibles de la zone euro et par ces lobbys financiers, renfloués sans contre-parties par les pouvoirs publics,

impression 1ere    etre attaqué par la speculation   des parasites  qui profitent de la sueur des laborieux  et honnetes citoyens citoyennes    meritent  une contre attaque  du peuple  qui devra leurs etres fatales

————————————————————————

impresion 1ere

en finir avec ces parasites  suceurs de sang du peuple  il faut rendre impossible  leurs influence  leurs pouvoirs de nuisances  le peuple laborieux  doit se proteger lui meme  contre celles et ceux  parmis eux  qui voudront  etre des parasites

nous devrons bien payer des individus elus par nous  elus honnetes integres  incorruptibles    pour defndre les valeurs du peuple laborieux contre tout lobby parasitaire suceur de sang
——————————————————————-

 


Il trouve l’Europe bien timorée dans ses réponses à la crise.

des « sondages délibératifs » dont la démarche, à l’opposé des sondages traditionnels, s’apparente à certains égards à celle des Jurys Citoyens que j’ai mis en place en Poitou-Charentes (panels représentatifs de la diversité sociale et surtout temps d’information et de débats permettant à des « profanes » de participer à une « délibération éclairée

————————————————————————-
impression 1ereattention segolene  quand tu dis que( j’ai mis)  tu parles a la premiere personne  moi il me semble que il faut employer le (nous avons mis)   

————————————————————————-

 


trois scénarios possibles pour l’Europe à l’horizon 2020, dans une perspective d’affirmation de son leadership.

—————————————————————————
impression 1ere:( affirmation de son leadership )   dans un mode planete  l’europe n’est pas toute seule  moi je ne veux pas la division des peuples en europe  et encore moins dans le monde  planete

par consequent en tant qu’humaniste  attention au mot anglophone leadership qui moi me convient pas

chef leader patron  directeur  manager  ce sont des termes d’usage capitaliste   je pense qu’il faut changer radicalement nos us et coutumes jusqu’au termes employés  qui nous ont conditionnés  toutes et tous  humanistes hommes et femmes simples  desireux  d’autres valeurs que celles de l’argent roi

d’autres mots comme economies solidaires  et fraternelles    scopps  entreprises cooperatives

comunautés  interet general   don de soit benevolat  desinteret  richesse du coeur   gratuitement

richesses naturelles gratuites , partage , equitable , paix , collectif , ensemble , ideal collecif , bien etre ,

———————————————————————————————-

 

Voilà, chères amies, chers amis, un aperçu, non exhaustif, du programme de cette réunion de travail qui croise fort utilement les regards de chercheurs et d’acteurs qui ont en commune cette conviction :


le monde change et l’action politique doit,

elle aussi, changer.

 

 » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » »’

impression 1ere

LE MONDE   CHANGE  :   et changera encore  d’ou une reflexion et anticipation  collective permanente

action politique doit;      Nous peuples  ne voulons plus  un hitler, un napoleon  :

le temps est venu  du seul peuple souverain  la pyramide decisonnelle doit etre inversé  le peuple est consulté  il decide  l’elu  doit etre porte parole  du peuple seul decisionnaire  de sa destinnée collective

aucune decison sensible ou pas   urgente ou pas  aucune  ne doit etre possible sans la consultation prealable du peuple  entitée indivisible

le futur ou la future presidente de la republique francaise  devra prendre en compte  d’une demande forte du peuple  suite a la non ecoute  d’un systeme sarkosyste CORROMPU   dont la base est le pouvoir  presidentiel monarchique d’un seul individu s’octroyant  des pouvoirs  pour lesquels le peuple ne l’a pas mandaté

NOUS SOMMES LES MEILLEURS EXPERTS DE CE QUE NOUS VIVONS

—————————————————————————–

 

 

 

Publié dans Democratie, Elles et ils chantent la Liberte, Europe, Intelligences collectives socialistes, International, Local, Poésie, Politique, Ségolène Présidente en 2012, Société | Pas de Commentaire »

JEUNESSE LEVE TOI PRENDS TON AVENIR EN MAIN VIDEO

Posté par goalexandre le 14 juillet 2010

http://www.dailymotion.com/video/xe0nhu

CE matin  moi le vieux de 57ans je regarde cette video de la jeunesse  et  je me suis mis a pleurer

tellement ça m’a  crée de l’emotion    interieure

merci a vous jeunes d’avenir merci  moi le vieux  je vais m’arracher  et tout donner  avec vous pour qu’ensemble   nous toutes et tous  collectis f humanistes de bonnes volontées changions   la nature des choses pour un monde plus juste plus fraternel   plus convivial …….

ou seul comptera  le bonheur de toutes et tous    VIVE  L’AMOUR  LA TENDRESSE  L’AMITIEE LA FRATERNITEE

tous mes encouragements  pour vous jeunes D’avenir

Publié dans Democratie, Elles et ils chantent la Liberte, Europe, Intelligences collectives socialistes, International, Local, Poésie, Politique, Ségolène Présidente en 2012, Société, VIDEO IMPORTANTE A VOIR | Pas de Commentaire »

12345...14
 

Yüzyıla Ağıt |
St Maximin la Ste Baume que... |
inspecteurjjc |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Erratum
| Pascal-Eric LALMY
| Association pour une Meille...