Les propos de Royal à Dakar brocardés par l’UMP, applaudis par le PS

photo123912952626370.jpgPARIS (AFP) – 07/04/09 21:13

Le pardon demandé à Dakar par Ségolène Royal pour les propos controversés sur l’Afrique tenus au même endroit par Nicolas Sarkozy en 2007 a déclenché mardi l’ire de l’UMP et obtenu le soutien du PS, à commencer par celui de sa première secrétaire, Martine Aubry.

Dans la soirée, recevant les parlementaires de l’UMP, le Premier ministre François Fillon a « invité Mme Royal à un peu plus de retenue et un peu plus de dignité lorsqu’elle évoque la France et ses autorités dans le monde ».

« Je n’ai pas le temps pour la polémique », a simplement commenté Nicolas Sarkozy, en visite dans les Bouches-du-Rhône.

La veille, à Dakar, s’exprimant au siège du PS sénégalais, Ségolène Royal avait déclaré: « Quelqu’un est venu ici vous dire que +l’Homme africain n’est pas encore entré dans l’Histoire+ ».

« Pardon, pardon pour ces paroles humiliantes et qui n’auraient jamais dû être prononcées et -je vous le dis en confidence- qui n’engagent ni la France, ni les Français », avait ajouté l’ex-candidate PS à la présidentielle, née au Sénégal, faisant référence au discours qu’a prononcé à Dakar le chef de l’Etat en 2007.

Toute la journée, les réactions d’indignation de l’UMP et du gouvernement se sont multipliées: « Attaques infantiles », « de Chine à Dakar, en passant par Washington, madame Royal ridiculise notre pays », selon le porte-parole de l’UMP Frédéric Lefebvre, « tour du monde en 80 bourdes », pour Roger Karoutchi (Relations avec le Parlement), déclarations « choquantes », pour Alain Joyandet (Coopération).

Nadine Morano (Famille) a vilipendé « un objectif, celui d’exister » et « une recette, la polémique permanente, la démagogie systématique », voire de « l’antisarkozysme souvent hystérique ».

Pour le patron des députés UMP, Jean-François Copé, les propos de Mme Royal sont « écoeurants » et elle a « humilié » la France. Mais il s’est étonné dans le même temps que le ministre des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, seule voix un peu discordante au gouvernement, ait jugé « maladroite » la phrase controversée de M. Sarkozy, tout en accusant Mme Royal de « démagogie ».

Mardi soir sur RTL, Mme Royal a expliqué avoir voulu demander « pardon pour l’ensemble des désordres et des souffrances qui ont été infligés à l’Afrique. Ce mot n’avait jamais été prononcé, maintenant il est prononcé ».

Le chef de l’Etat avait suscité une vive émotion le 26 juillet 2007 lors de son premier déplacement en Afrique subsaharienne, évoquant notamment « le drame de l’Afrique, (qui est) que l’Homme africain n’est pas assez entré dans l’histoire ».

Propos dénoncés par des intellectuels critiquant « une vision manichéenne, raciale et paternaliste » de l’Afrique.

A gauche, la présidente de Poitou-Charentes a trouvé des appuis, à commencer par la première secrétaire, Martine Aubry, « heureuse » de ses déclarations.

Ségolène Royal « a eu raison de tenir un discours qui recrée un lien pas seulement affectif mais humaniste entre l’Afrique et l’Europe, entre l’Afrique et la France », a déclaré Mme Aubry.

Le porte-parole du PS, Benoît Hamon, a été tout aussi solidaire: « Elle a raison (…) je ne vois pas pourquoi on va lui chercher querelle là-dessus, elle a d’ailleurs été ovationnée ».

Et le député Arnaud Montebourg a relevé sur Public Sénat « l’originalité de la démarche de Ségolène Royal » et l’en a « remerciée ».

 

Laisser un commentaire

 

Yüzyıla Ağıt |
St Maximin la Ste Baume que... |
inspecteurjjc |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Erratum
| Pascal-Eric LALMY
| Association pour une Meille...