• Accueil
  • > Recherche : avenir saint denis

Résultats de votre recherche

L’Organisation Internationale du Travail a tranché: Le CNE est illégal !!!

Posté par jeanluke le 18 novembre 2007

wcms087659.jpg e2179.jpg wcms082231.gif e0233.jpg

oitlogo.png L’Organisation internationale du travail (OIT) est une institution spécialisée de l’ONU. Elle est chargée de promouvoir les droits des travailleurs, d’améliorer leurs conditions de travail et de lutter contre le chômage. Elle intégra le système de l’ONU le 14 décembre 1946. Son siège est à Genève, en Suisse. Elle dispose de quarante bureaux à travers le monde.

L’OIT fut créée à l’initiative du ministre français Albert Thomas lors de la Conférence de paix en avril 1919. Sa Constitution forme la partie XIII du Traité de Versailles.

Lire la suite… »

Publié dans Société | Pas de Commentaires »

Ma plus belle histoire, c’est vous!

Posté par jeanluke le 18 novembre 2007

maplusbellehistoire.jpg

PARIS (AFP) – L’ancienne candidate socialiste à l’élection présidentielle Ségolène Royal a annoncé lundi que son livre à paraître début décembre s’intitulerait « Ma plus belle histoire, c’est vous » et reviendrait sur sa campagne et sa défaite.

« C’est à la fois un livre de rire et de larmes. Il y a des moments de grande joie dans cette campagne et de larmes parce qu’il y a la défaite au bout de cette campagne. Il faut le dire pour que cela ne puisse pas se reproduire », a déclaré Mme Royal à France 2.

Lire la suite… »

Publié dans Ségolène Présidente en 2012 | Pas de Commentaires »

Visite de Ségolène Royal en Guyane

Posté par jeanluke le 18 novembre 2007

guyane2.jpg

New Média – Jacques Costa

A l’invitation de son homologue guyanais Antoine Karam, la présidente du conseil régional de Poitou-Charentes a entamé mardi 13 une visite de 3 jours en Guyane, où elle ne s’était pas rendue lors de la dernière campagne présidentielle.

Lire la suite… »

Publié dans Ségolène Présidente en 2012 | Pas de Commentaires »

Désirs d’Avenir se relance et renforce sa direction.

Posté par jeanluke le 18 novembre 2007

01delphinebatho.bmp 01najatbelkacem.bmp domi.jpg mignardblog.jpg

Delphine Batho Najat Belkacem Dominique Bertinotti Jean-Pierre Mignard

Quatre des nouveaux membres de la direction de Désirs d’Avenir.

 

Samedi 17 Novembre, 10h

 

La salle Vianey dans le 12ème Arrondissement est pleine à craquer pour la première grande réunion de l’association Désirs d’Avenir depuis la rentrée. L’Assemblée Générale doit valider l’action de Désirs d’Avenir de l’année écoulée. Elle n’avait pu avoir lieu pendant la campagne et tout le monde comprendra pourquoi.

 

L’adoption des rapports financier et d’activité ne posa pas de gros problèmes. Le site continue, en cette période plus calme, d’enregistrer des dizaines de milliers de connexions par jour. Il y a 14.000 adhérents à jour de leurs cotisations. En fait plus du double dans les 900 collectifs locaux.

 

La question de la structuration du mouvement et de ses rapports avec le Parti Socialiste fut posée à plusieurs reprises. Un large accord se dégagea pour refuser une structuration classique, Fédérations, Sections, etc. Par contre, dans la campagne, il a fallu aller très vite. Maintenant nous pouvons réfléchir à améliorer la communication entre nous. Le site n’est pas forcément suffisant dans ce domaine et il semble possible de mettre en place des correspondants par grandes régions, par exemple. Le système de référents adopté au début de la campagne est aujourd’hui, à bien des égards, caduc. Engagement a été pris de le revoir globalement.

 

Le futur nouveau Président de Désirs d’Avenir, Jean-Pierre Mignard, rappela que Désirs d’Avenir n’est ni un nouveau parti, ni un courant du PS. Il fit la comparaison avec les nombreux « clubs » regroupant des membres du PS, parfois avec d’autres militants, afin de débattre plus précisément de sujets particuliers ou de se retrouver par affinités. Lui-même, adhérent du PS depuis quarante ans, a toujours, en même temps, fait partie d’un club.

 

La différence est le nombre. Cette salle qui n’est qu’une petite partie de Désirs d’Avenir, pourrait contenir dix fois la plupart de ces fameux clubs. La différence est le public. Au lieu de s’adresser à quelques experts, Désirs d’Avenir s’adresse à la masse des citoyens-experts. Chacun a sa pierre à apporter et il ne saurait être question de distinguer membres et non-membres du PS. Pas plus que de demander à qui que ce soit l’état du paiement de ses cotisations. Désirs d’Avenir est une organisation de débat. Et le débat, pour être le plus riche et le plus fructueux possible, doit être le plus libre possible.

 

Dans cette période de préparation des Municipales, Désirs d’Avenir devra porter, alimenter, approfondir et enrichir le débat sur le fond. JP Mignard propose de le faire dans trois directions principales :

 

- La Démocratie Participative et sa mise en place réelle au niveau des communes.

 

- Les jurys-citoyens et leur importance dans l’évaluation des actions politiques locales.

 

- La défense de l’environnement et la lutte contre le réchauffement de la planète. Cause fortement portée par Ségolène Royal pendant la campagne et rencontrant trop peu d’écho. Une prise de conscience importante semble avoir eu lieu depuis. Alors concrètement, comment on fait dans notre commune ?

 

Afin de renforcer notre mouvement, six personnes sont venues renforcer la direction de Désirs d’Avenir. La prochaine Assemblée Générale, début 2008, devrait permettre la modification des statuts de l’Association et la constitution d’une direction nationale plus large. Et maintenant, au travail…

 

Marie-Hélène, Alexandre et Jean-Luc, représentant(e)s de Saint Denis d’Avenir à l’Assemblée Générale.

 

 

Publié dans | Pas de Commentaires »

Le pouvoir au peuple!

Posté par levequecatherine le 15 novembre 2007

 

Jurys citoyens, tirage au sort et démocratie participative

D’après le livre 9782707151483.gif d’Yves Sintomer yvessintomer.jpg

Pierre Rosanvallon :

« Le propre du régime démocratique est d’être en perpétuelle réinvention. »

Notes de lecture:

En France, ce que l’on appelle aujourd’hui « démocratie participative » n’est que de la démocratie de proximité. C’est une démocratie qui se limite au micro local dans laquelle les citoyens se contentent de leurs intérêts particuliers tandis que les élus sélectionnent sans règle du jeu certaines des suggestions émises.

La démocratie participative implique l’articulation des mécanismes classiques de la démocratie représentative avec des procédures de démocratie directe permettant à des citoyens non élus de participer à la prise de décision.

La citoyenneté est une activité avant d’être un statut, elle ne constitue un droit que dans la mesure ou celui-ci est exercé.

Les jurys et autres dispositifs fondés sur le tirage au sort peuvent revendiquer sur plusieurs points une forte légitimité.

Ils contribuent à la formation d’une opinion éclairée, ils représentent mieux les citoyens dans leur diversité que les méthodes fondées sur l’élection ou la mobilisation volontaire, et bénéficient d’une présomption d’impartialité.

La Démocratie participative est un contre poids nécessaire à la représentation.

Une partie de l’avenir de ces dispositifs participatifs se jouera dans leur capacité à se faire la caisse de résonance du retour de la question sociale.

Problèmes posés par la démocratie représentative :

-une conception aristocratique de la République insistant sur la constitution d’une élite de gouvernants distincte du peuple.

- une professionnalisation progressive de l’activité politique.

Le tirage au sort : objectifs et avantages

Le couplage de la rotation et du tirage au sort est particulièrement efficace pour éviter une professionnalisation de l’activité politique, une monopolisation du pouvoir par des experts et son autonomisation par rapport aux citoyens. (p-46)

Le tirage au sort eut des applications politiques assez variées. On peut dégager trois de ses usages potentiels

1-Il a une dimension surnaturelle ou religieuse, considéré comme permettant que s’accomplissent la volonté divine ou le destin.

2-Il constitue une procédure impartiale de résolution des conflits, en particulier dans le cas d’une concurrence exacerbée pour les postes de pouvoir.

3-Il garantit l’égalité des chances d’accéder à des charges politiques ou judiciaire et favorise l’autogouvernement des citoyens.

Cette procédure se différencie des mécanismes de transmission héréditaire du pouvoir caractéristique de la monarchie, mais aussi de l’élection qui tend à sélectionner les « meilleurs ». (aristocratie élective)

Par l’usage du tirage au sort, la démocratie participative s’appuie sur des citoyens ordinaires et non sur des citoyens mobilisés ou organisés que l’on retrouve dans les démarches basées sur la participation volontaire, ou sur l’ensemble des citoyens qui sont consultés lorsque se tient un référendum.

Le jury citoyen est un dispositif fondé sur le tirage au sort.

Le tirage au sort favorise l’accès aux responsabilités de personnes qui sont moins directement « parties prenantes » (poussées par le hasard plutôt que poussées par leur motivations partisanes, elles sont plus neutres).

Les jurys citoyens :

Son coût est modeste, il est constitué d’un groupe réduit de citoyens (25 personnes en moyenne) tirés au sort sur des listes d’habitants ou les listes électorales.

Des mesures favorisent la participation des personnes tirées au sort : elles sont contactées personnellement, leur rôle est valorisé par les autorités, une indemnité leur est attribuée (30 à 60 euros jour).

Les jurys doivent chercher des solutions à un problème particulier rencontré par les politiques publiques.

La discussion en petits groupes permet l’expression de tous les participants et l’animation de ces groupes est confiée à des personnes formées à l’animation des débats (climat d’écoute mutuelle, prise de parole égalitaire …).

Les délibérations se passent à huis clos. Les jurys auditionnent des techniciens et des experts et les parties intéressées (associations, responsables politiques).

On donne une information convenable aux participants afin qu’ils se forgent une opinion « éclairée ».

Le jury rédige un avis écrit qui est rendu publique. Cet avis peut être consultatif ou lié les autorités qui ont mis en place le jury.

L’une des activités principales des jurys est l’attribution de fonds mis à leur disposition par les municipalités. Ces sommes sont destinées à permettre des aménagements de proximité.

Les sondages délibératifs :

L’objectif est de se démarquer des sondages d’opinion classiques. Alors que ceux-ci ne représentent qu’une agrégation statistique d’impressions vagues formées sans connaître réellement les argumentaires contradictoires en compétition. Les sondages délibératifs seuls permettent de savoir ce que le public penserait s’il avait véritablement l’opportunité d’étudier le sujet débattu.

Il s’agit de construire une opinion publique politiquement plus légitime que celle fabriquée par les sondages traditionnels.

On prend un échantillon national représentatif de l’électorat (plusieurs centaines de personnes) que l’on plonge dans le thème en question avec un matériel informatif, des discussions en petits groupes avec la possibilité d’auditionner des experts, des responsables politiques ayant des opinions opposées.

Ces sondages délibératifs contribuent à nourrir le débat public sur des sujets allant du social à la sécurité en passant par l’écologie.

Les conférences de citoyens (conférences de consensus) :

Cette procédure de participation citoyenne est également fondée sur le tirage au sort.

Les conférences de consensus s’étalent sur plusieurs mois et comportent deux étapes.

Première étape : le groupe se familiarise avec la thématique de la conférence et élabore les questions qui seront posées aux experts et choisis ces derniers (avec l’aide d’un animateur).

Deuxième étape : (2 à 4 jours) les experts répondent aux questions des citoyens qui peuvent se retirer pour en préparer d’autres. Ensuite les participants délibèrent à huis clos et rédigent un rapport avec l’aide d’un secrétariat.

Les orientations qui font consensus feront autorités et les avis minoritaires y figureront.

C’est un dispositif consultatif qui participe à la prise de décision. L’irresponsabilité relative des jurys citoyens et des conférences de consensus les cantonne à une fonction purement consultative.

Les responsables politiques ont une vision limitée des questions et des sujets qui peuvent être traité par ces dispositifs (des sujets locaux et peu théoriques).

Opiner, contrôler, juger, décider : quatre fonctions

Opiner et proposer :

Sondages délibératifs, jurys citoyens et conférences de citoyens favorisent la constitution d’une opinion éclairée (qui diffère de celle des sondages classiques, qui met à distance le lobbying associatif et communautaire).

Dans cette perspective, il conviendrait de multiplier les jurys citoyens et les sondages délibératifs… en amont des principales décisions. Les autorités concernées devraient être tenues de donner un compte rendu précis de la façon dont les recommandations de ces instances consultatives sont intégrées dans leur politique publique et, le cas échéant, les raisons pour lesquelles certaines propositions sont rejettées.

Contrôler et évaluer :

Des jurys citoyens chargés d’évaluer publiquement l’action des responsables politiques devraient être mis en place.

Ces jurys se réuniraient deux fois par mandat. La première fois peu après l’élection, afin d’évaluer les priorités d’action des élus concernés, ce qui contribuerait à pousser ceux-ci à penser leur politique sur le long terme.

La seconde fois les jurys tiendraient une session l’année précédant la fin du mandat pour examiner la réalisation des objectifs annoncés, suffisamment tard pour pouvoir disposer d’un vrai bilan mais pas trop afin de ne pas tomber pendant la campagne électorale.

Juger :

L’idée est de constituer un « tribunal populaire » ayant pour compétence de juger les affaires politiques, les délits de presse, les atteintes à la sûreté de l’Etat ou les affaires de corruption impliquant des élus.

Décider :

-au niveau local et micro local : il s’agirait de généraliser les dispositifs du type des jurys citoyens berlinois à même de décider de façon rapide de projet concernant les quartiers.

-au niveau national : une assemblée de citoyens tirés au sort tous les ans ou tous les 6 mois parmi les électeurs, rémunérés, remplacerait le Sénat (assemblée de notables).

Cette chambre aurait des pouvoirs réels et circonscrits ; consultative pour les lois, mais décisionnaire pour émettre une recommandation dont l’Assemblée Nationale et le gouvernement devraient obligatoirement discuter.

Pour poursuivre sur ce thème, retrouvez le dossier de la revue « Transversales » en suivant ce lien

http://grit-transversales.org/article.php3?id_article=168

Publié dans | Pas de Commentaires »

REGLEMENT DE COMPTES par JULIEN DRAY

Posté par jeanluke le 14 novembre 2007

juju.jpg*« Règlement de comptes » de Julien Dray, Ed. Hachette Littératures, 17 €.

Silencieux depuis l’élection présidentielle, Julien Dray revient avec un livre, « Règlement de comptes », où il égratigne tous ceux qui n’ont pas soutenu Ségolène Royal. Et raconte comment Sarkozy a cherché à le débaucher.

ET UN DE PLUS ! Après une avalanche de livres anti-Ségolène et une pincée d’ouvrages la défendant, Julien Dray, pilier de la campagne présidentielle de Royal, publie un plaidoyer en faveur de l’ex-candidate qui se présente comme une virulente réponse au réquisitoire de Lionel Jospin, « l’Impasse ». Intitulé « Règlements de comptes »*, le livre du député PS de l’Essonne sera en librairie mercredi. « Le Parisien » et « Aujourd’hui en France » vous livrent des extraits choisis en exclusivité :

Ségolène et François

« En décembre 2005, je profite d’une intervention sur RMC pour déclarer que les socialistes devraient être attentifs au fait qu’il se passe quelque chose autour de Ségolène Royal. Quelques jours après, Ségolène m’appelle: – Julien, je veux être candidate à la présidentielle. Tu m’aides ?
- Et François ?
- Il n’est pas en situation. Il a refusé de se préparer. On a tous essayé de l’aider, mais tu vois le résultat. »

(…) En février 2006, je suis convoqué à déjeuner par Stéphane Le Foll, homme de confiance du premier secrétaire : « Alors, ça y est, tu laisses tomber François, tu es passé chez Ségolène ? » (…) La colère de Le Foll me perturbe. François prend-il ombrage de la montée en puissance de sa compagne ? Je sais alors que le couple traverse une mauvaise passe. (…) Le lendemain, je vois François en tête-à-tête. Il est mal à l’aise. Je lui raconte l’espoir, l’engouement que suscite Ségolène. François écoute et se contente de suggérer que se forme autour d’elle un petit groupe pour l’aider à structurer cet élan. « Ne la laissez pas seule», me demande-t-il. (…) Lorsque Ségolène remporte triomphalement les primaires socialistes, la question du directeur de campagne se pose. « Il faut que ce soit François », lui ai-je dit tout de suite. Elle a acquiescé : « Va le lui proposer. » Sans m’étonner sur le moment que ce ne soit pas elle qui lui en parle directement, je suis allé porter son message. Sa réponse est tombée comme un couperet : « Impossible. »

L’hostilité des « éléphants »

« Le 11 février au soir, après le rassemblement de Villepinte, (…) Arielle Dombasle organisait la première de son spectacle dans une grande salle parisienne. DSK y assistait. A ses interlocuteurs impressionnés par la performance de Ségolène, il répondit par une moue dubitative et finit par lâcher que cette « intervention à la Fidel Castro » n’était « ni faite ni à faire ». (…) Arrivant dans l’urgence (à un meeting en faveur du Darfour), Ségolène oublia, lorsqu’elle prit la parole, de saluer la présence de Laurent Fabius. Celui-ci entra dans une colère noire, prenant tout Paris à témoin pour faire savoir qu’il se sentait méprisé. Claude Bartolone, son fidèle lieutenant, fut sommé dès le lendemain de choisir : « C’est elle ou moi. » (…) Je me souviens de ce déjeuner de l’équipe de campagne où Claude s’était retourné vers nous pour nous dire qu’il n’aurait jamais cru qu’un jour il quitterait Dark Vador pour rejoindre la Petite Maison dans la prairie. (…) C’était bien de Laurent Fabius dont il parlait… »

Lionel Jospin

« Le livre de Lionel Jospin occupe une place particulière dans la série de pamphlets parus depuis notre défaite (…) Consacrer 88 pages sur 140 à démolir, avec des arguments d’une bassesse inhabituelle sous la plume d’une éminence de cet ordre, la candidate que l’écrasante majorité des militants socialistes a voulu, et soutenue, est non seulement la preuve d’une violence de tempérament qui ne surprendra que ceux qui ne l’ont jamais fréquenté, mais également une injure inqualifiable envers les 17 millions de Français qui ont voté Ségolène Royal. »

La tentative de débauchage de Sarkozy

« Dimanche 17 juin 2007, 18 heures, jour du second tour des élections législatives. Le téléphone sonne, Nicolas Sarkozy veut me parler (…) :
- Si tu veux me présenter tes condoléances pour ma défaite, attends encore deux heures !
- Tu vas être réélu, (…) mais là, je veux te parler de toi. (…) Je veux que tu entres au gouvernement. (…) J’ai besoin des meilleurs. (…). Tu feras ce que tu veux.
- J’espère que tu ne te fais pas trop d’illusions.
- Non, mais réfléchis, on ne sait jamais. »

 

Publié dans | Pas de Commentaires »

Le PS doit se redresser, se faire d’avantage entendre

Posté par jeanluke le 13 novembre 2007

segolene1311b.jpg

PARIS (AFP) – L’ex-candidate socialiste à la présidentielle, Ségolène Royal, a estimé lundi qu’il fallait que le PS « se redresse, se fasse davantage entendre », indiquant que pour sa part elle travaillait « à être prête le moment venu » pour être « utile » à son parti.

Ségolène Royal a également accusé le gouvernement de faire preuve « d’arrogance et d’archaïsme » dans la réforme des régimes spéciaux, estimant toutefois nécessaire une réforme des retraites.

Lire la suite… »

Publié dans Ségolène Présidente en 2012 | Pas de Commentaires »

Ségolène royal remonte à 57% d’opinions favorables (plus 10 points)

Posté par jeanluke le 13 novembre 2007

Ségolène Royal mise sur son aura dans l’opinion pour conquérir le PS

segolene1311.jpg
LE MONDE | 10.11.07 – Jean-Michel Normand

Ségolène Royal a repris le collier. Les moments d’enthousiasme de la campagne présidentielle comme les déceptions, les critiques et les ressentiments, elle assure en avoir fait l’inventaire. Courant décembre – « si je suis satisfaite du résultat », prévient-elle – paraîtra un livre-bilan écrit entre deux voyages en Amérique du Sud et trois réunions en petit comité autour d’un économiste. Ni acte de contrition, ni règlement de comptes, cet ouvrage doit marquer sa volonté d’ouvrir une nouvelle phase. Apprendre à exister en dehors d’une campagne électorale.

Désignée il y a presque un an, le 16 novembre 2006, par unparti dont elle a convaincu 61 % des adhérents mais avec lequel elle n’a jamais été en phase pendant la bataille présidentielle, Mme Royal se tient à distance du PS. Le moins que l’on puisse dire est qu’elle ne recherche guère la compagnie des « éléphants ».

Lire la suite… »

Publié dans Ségolène Présidente en 2012 | Pas de Commentaires »

DESIRS D’AVENIR: La relance.

Posté par jeanluke le 12 novembre 2007

 

La relance de Désirs d’Avenir (voir en sous-page l’AG du 17 Novembre)

poitiers16111repierredupremierlycekyoto.jpg mignardordi.jpg domi.jpgchantepy.jpg

Chers amis, chères amies,
Plus que jamais j’ai besoin de vous, de votre énergie, de votre capacité de débat et d’expertise citoyenne. Désirs d’avenir est un lieu précieux, votre fidélité sans faille également.

Notre association s’élargit et se relance. Le président Christophe Chantepy, devient président d’honneur et apporte son savoir-faire et ses compétences qui ont permis d’organiser ce vaste réseau de personnes ressources sur tous les sujets. Jean-Pierre Mignard devient président et je l’en remercie très chaleureusement, sachant le don de temps que cela suppose. Dominique Bertinotti, historienne, anime les contacts avec les chercheurs.

Mais la force de l’association et notre capacité à réfléchir et à travailler, c’est vous, les adhérents, qui vous êtes déjà tellement mobilisés. Nous entrons dans une nouvelle phase. Et pour cela je compte vraiment sur vous.

En Amitié fidèle.

signature31.gif

mignardblog.jpg

Jean-Pierre MIGNARD Président de Désirs d’Avenir. Avocat. Défenseur des familles de Bouna et Zyed (voir sur ce site la fiche de son livre: L’Affaire Clichy)

dominique.jpg

Dominique BERTINOTTI Animatrice de Désirs d’Avenir. Maire Socialiste du 3ème Arrondissement de Paris

chantepy3.jpg

Christophe CHANTEPY Président d’Honneur de Désirs d’Avenir

chantepy2.jpg

Publié dans | Pas de Commentaires »

L’Hommage à Mme Luong Phong

Posté par jeanluke le 10 novembre 2007

hommage.jpg 1002992.jpg

Vendredi 9 Novembre à 18h, l’Association contre la violence à Saint Denis/Plaine Commune organisait un rassemblement silencieux en hommage à Mme Luong Phong. Cette habitante de Villemomble, venue rendre visite à sa sœur à saint Denis, est décédée suite aux coups reçus lors d’une agression rue de la République alors qu’elle sortait du restaurant.

En présence de Didier Paillard, Maire de Saint Denis, de nombreux élus de la majorité municipale, Communistes et Socialistes (le Groupe des Elus Socialistes et son Président Georges Sali avaient appelé à participer au rassemblement) ainsi que de plusieurs élus de l’opposition, de nombreux Dionysiens sont venus rendre hommage à cette nouvelle victime de la violence.

Le rassemblement était silencieux et il n’y aura pas de commentaires. Les faits parlent, hélas, d’eux-mêmes.

 

Publié dans Société | Pas de Commentaires »

1...3132333435...37
 

Yüzyıla Ağıt |
St Maximin la Ste Baume que... |
inspecteurjjc |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Erratum
| Pascal-Eric LALMY
| Association pour une Meille...