• Accueil
  • > Recherche : clinique coeur saint denis

Résultats de votre recherche

la politique umpiste a l’hopital fait des morts allons nous rester muets a gauche ???

Posté par goalexandre le 28 décembre 2008

9782742777679.jpg

BONSOIR AMIS ET CAMARADES

 JUGEZ PAR VOUS MEMES                                                                            

NOUS PEUPLE DE GAUCHE DEVONS AGIR IL Y A URGENCE

STOP AUX  MORTS A L’HOPITAL PUBLIC

DES MOYENS POUR L’HIOPITAL

http://www.lemonde.fr/societe/article/2008/12/28/une-famille-porte-plainte-apres-la-mort-d-une-octogenaire-a-la-pitie-salpetriere_1135924_3224.html

u lendemain de la mise en examen d’une infirmière soupçonnée d’avoir causée la mort d’un enfant de 3 ans, à la suite d’une erreur de perfusion, à Saint-Vincent-de-Paul,une nouvelle affaire vient soulever la question du manque de moyen des hôpitaux publics. La famille d’une octogénaire décédée le 26 décembre à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière, à Paris, après s’être étouffée en prenant son repas, a dénoncé samedi à l’AFP des « dysfonctionnements » dans sa prise en charge et annoncé son intention de porter plainte pour « homicide involontaire ».

Sa fille aînée, Nadine Grunberg, qui l’accompagnait à l’hôpital, dénonce des dysfonctionnements dans la prise en charge de sa mère. Elle fait état notamment d’une absence de médecin de garde dans le service, d’un matériel de réanimation inaccessible dans un placard fermé à clef et d’un autre incomplet, ainsi que de l’intervention tardive d’un médecin réanimateur (entre 30 et 45 mn selon elle) après l’arrêt cardiaque.

 http://www.lemonde.fr/societe/article/2008/12/26/mort-d-un-enfant-a-l-hopital-ouverture-d-une-information-judiciaire-pour-homicide-involontaire_1135614_3224.html#ens_id=1134978

‘infirmière de l’hôpital Saint-Vincent-de-Paul soupçonnée d’avoir causée la mort d’Ilyès, un enfant de 3 ans, en raison d’une erreur de perfusion, a été mise en examen, vendredi 26 décembre, pour « homicide involontaire » et placée sous contrôle judiciaire avec interdiction provisoire d’exercer. Cette jeune femme de 35 ans est sortie livide du cabinet de la juge Marie-Odile Bertella-Geffroy. Elle était accompagnée du directeur de l’hôpital et d’un psychiatre et entourée de ses parents. Son avocate n’a pas souhaité s’exprimer.

Jeudi, la garde à vue de l’infirmière avait été jugée « disproportionnée » par plusieurs syndicats hospitaliers qui ont dénoncé une dégradation des conditions de travail dans les hôpitaux du fait d’un manque d’effectif. La ministre de la Santé a réagi vendredi sur Europe 1 en regrettant « la récupération d’un drame aussi épouvantable ». Elle a ensuite défendu, sur France Info, les moyens alloués à l’hôpital public. « Je signale que, dans un contexte de crise économique, alors que nous avons les dépenses hospitalières les plus élevées du monde (…), nous allons faire un nouveau plan d’investissement de dix milliards d’euros », a plaidé la ministre, dénonçant les voix « extrêmement isolées » qui se font entendre depuis l’incident. « La polémique est surtout nourrie par la CGT. C’est une vision très politique de l’affaire », a-t-elle estimé.

 

 

la politique umpiste a l'hopital  fait des morts  allons nous  rester muets a gauche ??? dans Elles et ils chantent la Liberte bloc1Actualités

source    http://www.infirmiers.com/actu/dossiers/infojudiciaire-roseraie.php

bloc1 dans Faits et méfaits du sarkozysmeActualités
Deux informatioons judiciares ouvertes suite à des décès survenus à la clinique de la Roseraie (Aubervilliers)

pointtransp1 dans Intelligences collectives socialistes

BOBIGNY, décembre 2003 (Reuters Santé) – Deux informations judiciaires ont été ouvertes et une enquête préliminaire a été lancée concernant des décès survenus à la clinique de la Roseraie d’Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), a-t-on appris auprès du parquet de Bobigny.

Les deux informations judiciaires pour « homicide involontaire » et « recherche des causes de la mort » ont été confiées à la juge Martine Maze-Barthot.

Elles concernent la mort le 15 juillet dernier, d’une patiente et de son bébé au cours d’un accouchement et le décès le 2 novembre, d’une femme deux jours après une opération de chirurgie esthétique.

L’enquête préliminaire demandée tout récemment par le parquet vise à établir les circonstances du décès d’une autre femme survenu le 3 décembre à la maternité de la Roseraie.

En août dernier, une autre information avait été ouverte au sujet de trois autres patients de la clinique qui ont porté plainte pour maltraitance. L’information avait été ouverte contre X pour « violences volontaires sur personnes vulnérables », rappelle-t-on. L’enquête est toujours en cours, a précisé le parquet.

LA CLINIQUE DÉCLINE TOUTE RESPONSABILITE DANS LES DÉCÈS

Interrogée par Reuters Santé, la direction de la clinique considère que ces décès sont « malencontreux » mais décline toute responsabilité estimant que l’on ne peut pas blâmer ses équipes.

« Il s’agit de trois tragédies. L’inattendu peut arriver même si tous les moyens disponibles sont là », commente une porte-parole de la direction.

Au sujet du décès de la jeune mère et de son bébé survenu le 15 juillet, elle précise que la future maman était arrivée deux jours après le terme de la grossesse.

 

 

quand a moi  ma femme  suite a une operation du coeur   elle a été infecté  par un staphilocoque dorée   ça vous parle ????

 infection  nosocomiale  ou mediastinite  attrapé a l’hopital   de puis mars 2008  ma femme a subi  3operations  qui l’ont handicapé a vie

 et je vous le dit elle a faili y rester   

 merci aux  vrais profesionnels de la clinique du  coeur  a saint denis 

moi et ma femme  n’avons rien cotre le monde medical  et sourtout pas les infirmiers et infirmieres  nous sommes trés rspectueux de leurs   competences

par contre ce que nous venons de viivre  depuis fevrier 2008 et c’est pas fini   nous sommes formels  il ya un probleme orgasitionnel et un manque de  personnels  competents  cela été flagrant pour nous  lors du week end  de paques 2008  14 15 16 17 mars  2008   la poisse les amis .

 NOUS SOCIALISTES DEVONS PRENDREA BRAS LE CORPS  CE PROBLEME   ET  ARRETER  L4ESCALADE NEGATIVE  UMPISTE QUI EST EN TRAIN DE FAIRE MOURRIR  LES PLUS FAIBLES

ENFANTS ET PERSONNES AGEES

 HALTE  AUX INCOMPETENCES  DE CE POUVOIR PRO RICHES  BLING BLING ET COMPAGNIE

Publié dans Elles et ils chantent la Liberte, Faits et méfaits du sarkozysme, Intelligences collectives socialistes, Politique, Société | Pas de Commentaires »

une clinique au coeur de francs moisins

Posté par goalexandre le 24 février 2008

  bonjour

 

article sur le parisien

Dotée de 95 lits, cette clinique privée ouvrira en avril. Plus de la moitié des salariés sont recrutés dans le quartier et les villes environnantes.

«LA CLINIQUE du Grand Stade ? Non, ça ne me dit rien du tout. » Dans la cité du Franc-Moisin à Saint-Denis, pas grand monde s’est aperçu qu’un établissement de soins s’est construit à l’emplacement des anciens bâtiments de la Caisse nationale d’assurance vieillesse, désertés depuis plusieurs années. Pourtant, rue Danielle-Casanova, nichée entre le canal Saint-Denis et les tours du quartier, une clinique privée flambant neuve de 95 lits accueillera ses premiers patients début avril.

sas_pageid=’2358/16824′; // Page : manchettepub/leparisien.com/articles_seinesaintdenis sas_formatid=1278; // Format : rectangle 300×250 sas_target= »; // Targeting SmartAdServer(sas_pageid,sas_formatid,sas_target);

« Le quartier devient un désert médical »

Avant hier , devant un parterre d’élus locaux et de professionnels de santé, le directeur de l’établissement, le cardiologue Philippe Tournadre, a présenté les différents services de soins. Sur trois étages, la clinique de 6 000 m 2 comptera 30 lits de gériatrie, 30 lits de rééducation fonctionnelle, 20 lits d’hospitalisation de jour et 15 lits de médecine interne. « Salles de rééducation, d’ergothérapie, piscine de balnéothérapie… Ici, les futurs patients auront accès à toute une palette de soins : du kiné au diététicien en passant par l’orthophoniste », détaille la surveillante générale.

Durée du séjour : un mois environ. Le fonctionnement d’une structure post-soins de ce type nécessite une centaine de salariés. « 60 % d’entre eux ont été recrutés dans un rayon de 15 km, indique le directeur. Mais pour les derniers postes à pourvoir, nous allons privilégier les candidatures du quartier. » Le choix d’implanter à Saint-Denis un pôle de soins axé en partie sur la gériatrie ne doit rien au hasard. Le projet est né des suites de la canicule de 2003, causant la mort de 15 000 personnes en France. Une catastrophe sanitaire qui a mis en lumière l’épineuse question de la prise en charge des personnes âgées. Pour mieux répondre aux besoins, le ministère de la Santé a alors décidé de restructurer les services d’accueil en gériatrie, parents pauvres de la médecine. « Les autorités de santé ont accepté mon projet dans ce cadre, précise le docteur Tournadre, qui dirige également un centre de réadaptation cardiaque à Marne-la-Vallée.

La clinique vient s’insérer dans la filière de santé déjà existante, entre les services de soins aigus des hôpitaux et l’hospitalisation à domicile. Sur ce territoire, il y avait un réel manque à combler. » Un constat que partage le dernier kinésithérapeute du quartier, Dominique Rafael. « C’est vrai, le quartier devient un désert médical. Mais la population locale va être très déçue, prévient-il. Les gens espéraient l’ouverture d’un service de consultation externe de médecine générale. Ils vont se rendre compte que la clinique n’est pas faite pour eux. Et se sentir encore un peu plus exclus. »

(LP/M.C.)
SAINT-DENIS, RUE DANIELLE-CASANOVA , MERCREDI. Sur trois étages, la clinique de 6 000 m 2 comptera 30 lits de gériatrie, 30 lits de rééducation fonctionnelle, 20 lits d’hospitalisation de jour et 15 lits de médecine interne.   (LP/M.C.)

Publié dans Local | 1 Commentaire »

 

Yüzyıla Ağıt |
St Maximin la Ste Baume que... |
inspecteurjjc |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Erratum
| Pascal-Eric LALMY
| Association pour une Meille...