• Accueil
  • > Recherche : energie libre

Résultats de votre recherche

LE SIMPLE CITOYEN OUVRIER DIT MERCI FRANCOIS MITTERRAND MERCI SEGOLENE ROYAL

Posté par goalexandre le 11 août 2011

LE SIMPLE CITOYEN OUVRIER DIT MERCI FRANCOIS MITTERRAND MERCI SEGOLENE ROYAL

Posté par goalexandre le 8 mai 2011

forcetranquillesego.jpgfmsr246x300.jpgimages.jpgh2016833581252162676.jpg

6c25ef7d72bf1f6e508a84d2be5ea2301.jpg

 

Bonjour a toutes et a tous

LE SIMPLE CITOYEN OUVRIER  DIT     MERCI  FRANCOIS MITTERRAND  MERCI SEGOLENE ROYAL
en 1981 bien que  le coeur a gauche toute la gauche  ma famille de pensée   j’ai toujours hésité alors a m’engager dans le combat militant  aussi bien politique que syndicat que associations  comme beaucoup de citoyens et citoyennes  qui n’aiment pas notre division en tant que peuple français  ;

Divisons  droite gauche  divisons syndicales   divisions  associations   moi dans ma tete je me disais alors je suis français  europeen  je  ne peux pas m’engager  ni m’encarter  car  au fond  je n’aime  pas ces combats de coqs venant dec la meme famille  de pensée  ces bagarres ideologiques  ou on sa’ccroche sur une idée sur laquelle on est  en desaccord et ou on peut aller jusqu’a se tuer   oui mourrir pour des idées  c’est fou

donc pendant longtemps j’ai bataillé a gauche  (tout en etant pas encarté ) pour  un objectitf au lon cours ou long terme     soit   mettre toute mon energie pour unir reunir rassembler   ma famille de pensée  la gauche  toute la gauche sans exceptions .

Donc en 1981  aujourd’hui je regrette de ne pas m’etre encarté ni engagé et d’avoir regardé cela de loin  meme si  j’ai soutenu Françis Mitterrand de toutes mes forces

en 2011  ou en suis je  ?  toujours une grande mefiance des politiques en general on me dit UTOPISTE et moi je tiens a mes idées  une d’elles

CHANGEMENT RADICAL   COUPURE TOTALE AVEC  LES US ET COUTUMES IMPOSES PAR LES CAPITALISTES  ET LEURS IDEOLOGIES  BASES SUR L’ARGENT ROI

chaque jour c’est l’argent roi qui mene la danse   marre  il faut changer les mentalités et penser plus humain avant l’argent  roi  pour cela il faut un programme au long cours  nationalisations des banques (notre argent doit etr geré par  nos portes paroles  nos elus ils doivent en etr garants  une gestion transparente verifiable  et limpides )

-il faut revoir ces histoires d’endettement  et ces agences de notations  des dictactures a denoncer   nous devons gerer notre budget de notre pays a l’equilibre  recettes depense  a l’equlibre   on doit devenir indpendant et autonome    nous devons pouvoir dire  merde a qui veut nous imposer ses dictacts  je ne veux plus que mes enfants paient pour moi   i faut en finir avec ces depenses au nom du peuple  sans lui avoir demandé son avis  nul ne doit avoir le droit d’endetter un peuple  cela devra etre puni tres severement .

- il faudra modifier  le conditionnement  commercial  des consciences citoyennes  en changeant les regles dans  tous les medias  par rapport a la publicitée    notre objectif  devra etre  l’information honnette simple  vraie  sans incitation aucune   désinteressée  des consomateurs  afin qu’ils aient des elements d’appreciation  comparatifs réells
TOUT FAIRE SUR LE LONG TERME  DANS TOUS LES DOMAINES DE LA VIE  AFIN D’INVERSER  LES VALEURS  DE L’ARGENT ROI DES IDEOLOGIES DOMINANTES D’UN MINORITEE DE NANTIS
PAR  NOS VALEURS  HUMANISTES  PACIFISITES  ECOLOGISTES  DE   L’HUMAIN AVANT L’ARGENT ROI

VASTE PROGRAMME OUI JE SAIS .

je reviens sur mon parcours  citoyen en 2011

j’en suis a soudain  en 2006   réveillé  d’un long sommeil ideologique   me voila a m’ngager m’encarter dans la politique le syndicalisme associations etcc!!!!!

tout cela  grace a qui :

et bien a la gauche  aux socialistes en general  FRANCOIS MITTERRAND ET SEGOLENE ROYAL EN PARTICULIER

d’abord demarche pour adherer a la section  ps de ma ville  investissement total pour les elections lesgislatives 2007

adhesion a  un syndicat avec engagemnet conforme a mes convitions et aux statuts de mon parti le ps   defense de interets des salaries   dans mon entreprise avec participation active membre elu au comitee d’entreprise et délegue du personnel

d’autres adhesions a associations  comme ANDEVA   POUR LA DEFENSE DES VICTIMES DE L’AMIANTE  fleau national

aussi desirs D’avenir  dont la presidente est SEGOLENE ROYAL

en ce jour de souvenir  je veux dire MERCI  A FRANCOIS MITTERRAND  ETA SEGOLENE ROYAL  merci pour leurs engagements   merci de leurs exemples  en tant qu’humains integres    car c’est grace a des  humains  comme vous que  moi  j’ai repris confiance    dans les humains   .

je veux dire ici a segolene royal   mon ressenti  actuel en 2011

si  toi segolene et toi mitterrand  n’aviez pas agi comme vous l’avez fait  j’auarais été dans les extremistes    et les abstentiionnistes  aussi  je pense que  la seule façon de regagner la confiance du peuple  il faut etre exemplaire  et  le respecter

segolene  la classe ouvriere  et laborieuse dont je fais partie pere  mere ouvriers  grand pere   grands mere agriculteurs est de sensibilitée  humaniste

elle connait le sens des efforts elle partage son pain avec le misereux  elle se contente du  necessaire parce que elle sait la valeur des choses   elle respectera celle ou celui  qui lui dira la verité  meme si elle est dure mais  cela passera si le peuple se reconnait en toi segolene

Selon moi il est imperatif  que nous tes soutiens  et au delà  ceux et celles qu se reconnaissent en toi  soyons  aussi plus qu’exemplaires  dans nos vies personnelles dans nos actes  nos comportements  l’education de nos enfants etc

tout ne doit pas reposer sur tes epaules nous tes soutiens devons prendre notre part d’exemplaritée  et là aussi nous avons des efforts a faire

car je pense que tu es une visionaire et que personnellement je rame pour  te suivre  par ton exemplarité  qui m’a  plus que convaincu a plusieurs reprises

 

 

 

Publié dans Democratie, Elles et ils chantent la Liberte, Europe, Intelligences collectives socialistes, International, Local, LOGEMENT, Ségolène Présidente en 2012, Société | Pas de Commentaires »

Ségolène Royal aux Antilles : l’engagement pour les jeunes.‏

Posté par goalexandre le 26 février 2011

Lettre d'information de Ségolène Royal

Pour adhérer et faire un don à Désirs d’avenir, cliquez ici

 

Chers amis de Désirs d’avenir ,

Aujourd’hui s’achève le déplacement de travail de Ségolène Royal aux Antilles , avec une dernière étape à Pointe à Pitre. Accompagnée du maire de la ville Jacques Bangou, elle a d’abord rencontré des associations de quartiers  qui oeuvrent pour l’insertion des jeunes, à travers notamment le service civique. Puis elle a participé à une table ronde dans le secteur sud est de la ville avec l’association « Gasse » qui lutte contre l’illétrisme et la prostitution des adolescents qui ne cesse de progresser . Dans ces quartiers le taux de chômage des 18-25 ans avoisine les 60%.


Ségolène Royal a échangé avec les habitants qui ont décidé de se prendre en main, avec l’aide de la mairie. Elle a également rencontré une association de jeunes musiciens, qui a créé un studio d’enregistrement, véritable source culturelle dans un des quartiers les plus défavorisés de Pointe à Pitre. Dans ce studio , la création est libre mais les règles de vie commune sont très strictes. Grâce à ce cadre accepté par les jeunes, les  artistes peuvent s’exprimer pleinement dans un respect mutuel.


Mais si Pointe à Pitre souffre et se bat, avec un sentiment profond d’abandon de l’Etat, y compris sur le plan des moyens de sécurité, la ville est en profonde mutation voire en renaissance grâce à un plan de rénovation urbaine, le plus important du territoire national : 430 millions d’euros de travaux sur les 8 prochaines années dans une ville où 80% de la population est éligible au logement social.


L’un des moyens de donner un espoir à cette jeunesse est le service civique. Bernard Lesterlin, député de l’Allier et spécialiste du service civique , qui accompagnait Ségolène Royal dans ce déplacement, a proposé de renforcer les coopérations entre la ville de Pointe à Pitre, la Région Guadeloupe et l’agence nationale du service civique.


Une matinée riche en dialogue , en écoute et en propositions .


Lors de cette dernière journée de visite, Ségolène Royal a rappelé que l’engagement contre le chomage des jeunes devait être une grande cause nationale et mobiliser toutes les énergies,  celles de l’Etat, des collectivités locales  ainsi que les entreprises qui ont une responsabilité en la matière.


La veille, à Basse Terre, capitale administrative de la Guadeloupe, Ségolène Royal a signé avec Victorin Lurel, le Président de la Région Guadeloupe deux conventions  l’une sur l’excellence environnementale, l’autre sur l’emploi des jeunes

Les deux Régions sont en effet touchées par un taux de chômage des jeunes de 18 à 25 ans très élevé : + 50% en Guadeloupe, 27% en Poitou-Charentes. Chacune des deux Régions a mis en place de son côté un plan de lutte contre le chômage des jeunes.

 

Vous trouverez ci dessous les deux conventions et les décisions de parenariat qui ont été prises.

Durant tout ce déplacement de travail à la Martinique et à la Guadeloupe, Ségolène Royal a rappelé qu’il existe un espoir pour la France qui subit, et se bat, qu’elle soit métropolitaine ou ultramarine, malgré les promesses non tenues. Car comme l’a déclaré la Présidente de Désirs d’Avenir à plusieurs reprises, que ce soit lors d’une rencontre conviviale  avec les habitants de la cité du Crane, au Lamentin en Guadeloupe ou aux jeunes rencontrés à la Trinité en Martinique, « la politique, c’est avant tout de tenir ses promesses »

Amicalement.

L’équipe de Ségolène Royal

Le Pacte pour l’emploi des jeunes signée entre les Régions Poitou-Charentes et Guadeloupe


1 )Les actions en faveur de l’emploi


a) aide à la création de groupements d’employeurs pour permettre le développement d’emploi à temps partagé pour les jeunes ;échange d’expériences sur les contrats tremplin pour l’emploi pour améliorer les dispositifs de création d’emploi;
b) échange d’expériences sur l’application et l’évaluation des clauses sociales introduites dans les marchés publics passés par les deux collectivités, en vue de favoriser l’accès à l’emploi des publics défavorisés, et en particulier les jeunes.
c) aide à la création d’entreprises grâce au bourses Désirs d’entreprendre


2) Les actions en faveur de l’apprentissage et de la formation en alternance


a) présentation du dispositif « engagement première chance » de la Région Poitou-Charentes, aux acteurs institutionnels et associatifs de Guadeloupe en charge de l’insertion sociale et professionnelle des jeunes;
b) présentation des dispositifs en faveur de l’apprentissage – et en particulier la Plateforme pour l’Emploi et le Développement de l’Alternance en Guadeloupe (PEDAG) – de la Région Guadeloupe, aux acteurs institutionnels et associatifs de Poitou-Charentes en charge de l’insertion sociale et professionnelle des jeunes;
c) accueil réciproque de jeunes sur des actions de formation par apprentissage: la Région Poitou-Charentes a en effet plus de 14 450 apprentis du niveau CAP au niveau ingénieur, et la Guadeloupe en compte déjà 1 710 ;
d) accueil réciproque de jeunes dans des actions de formation qualifiantes financées dans le cadre du Service Public Régional de Formation de Poitou-Charentes et de l’Etablissement Public de Formation de Guadeloupe.


3. les actions en faveur de l’insertion sociale, par la culture, le sport, et l’engagement citoyen

a) accueil réciproque de jeunes dans le cadre de missions de service civique
b) accueil de jeunes « artistes en herbe » guadeloupéens lors de la « Créateuf des lycéens » de Poitou-Charentes et accueil de jeunes « artistes en herbe » charentais lors du festival des arts urbains, le « Hip Hop Sessions » de Guadeloupe ;
c) organisation des « journées des jeunes champions de Guadeloupe et de Poitou-Charentes » au travers de compétitions sportives.

La convention signée entre les régions Poitou-Charente et Guadeloupe pour l’excellence environnementale

1) Mettre en œuvre la mutation économique, sociale et solidaire de l’économie.


Les Régions vont travailler ensemble pour accompagner les entreprises à se positionner favorablement sur le marché de la croissance verte et contribuer à l’amélioration des performances globales.


Ensemble, elles vont :


a) mutualiser les expériences et les outils en matière de design, d’éco-conception, d’éco-procédés et d’écoproduits;
b) favoriser les transferts d’expériences en matière de sensibilisation à la responsabilité sociale et environnementale des entreprises ;
c) mutualiser les expériences pour le développement de SCOP ou de SCIC ;
d) mutualiser les outils en matière d’écologie industrielle.

2) Travailler à l’excellence énergétique

La réduction des consommations d’énergie est une des priorités des politiques énergétiques régionales afin de préserver le climat dans le cadre des objectifs fixés par l’Union Européenne de réduire les émissions de gaz à effet de serre de 20%, améliorer l’efficacité énergétique de 20 % et produire 20 % d’énergies renouvelables à l’horizon 2020.

Les deux Régions s’engagent à :

a) développer les échanges en matière de recherche et de technologie dans le domaine des énergies renouvelables : solaire thermique, photovoltaïque, la biomasse, la géothermie, les écocarburants, l’éolien, les énergies marines, le stockage de l’énergie ; et de la maîtrise de l’énergie : le, l’isolation, le rafraichissement naturel, les réseaux intelligents ;
b) développer la co-labellisation des projets innovants par leurs pôles de compétitivité ;
c) échanger sur les politiques de soutien à l’efficacité énergétique des bâtiments ainsi que sur le développement des éco-quartiers.

3) Faire émerger une politique de filières innovantes durables

Les filières liées à la mobilité propre, aux éco-carburants, à l’agriculture et au tourisme durable sont porteuses d’enjeux pour les deux régions.
Ensemble, elles décident de:

a) développer un modèle économique durable pour la diffusion territoriale du véhicule électrique et de la mobilité propre tenant compte des spécificités de chaque territoire ;
b) favoriser les transferts de technologie notamment ceux concernant les éco-carburants en mobilisant leurs ressources respectives (notamment la SAEML Valagro pour Poitou-Charentes) ;
c) lancer des appels à projets concertés afin de faire travailler ensemble des centres de recherche, des structures de transfert de technologie et des entreprises afin de faire émerger des projets structurants en matière d’éco-produits et d’éco-procédés;

4) Renforcer une politique en faveur de la protection, de la gestion responsable de l’eau
et de la biodiversité

Les deux régions sont riches d’une grande diversité de milieux et d’espèces malheureusement fragilisés par l’érosion, le réchauffement climatique, les pollutions directes et indirectes, etc. Il convient de tout faire pour préserver les milieux à forte valeur patrimoniale et les espèces emblématiques mais aussi la nature ordinaire.

Venez rejoindre Désirs d’avenir, cliquez ici

Pour faire un don à Désirs d’avenir, cliquez ici

Faites circuler à tous vos amis

Publié dans conseil municipal, Elles et ils chantent la Liberte, Europe, Intelligences collectives socialistes, International, Local, LOGEMENT, Municipales 2008 Saint-Denis, Politique, Ségolène Présidente en 2012 | Pas de Commentaires »

Le discours d’Helsinki de Ségolène Royal sur « l’UE après la crise » hier, un franc succès selon la Fondation Kalevi Sorsa (PHOTOS, ARTICLE de la Fondation, texte du discours)

Posté par goalexandre le 9 février 2011

 

Mercredi 9 février 2011 3 09 /02 /Fév /2011 07:54resultatpsdr4.jpg

Le discours d’Helsinki de Ségolène Royal sur « l’UE après la crise » hier, un franc succès selon la Fondation Kalevi Sorsa (PHOTOS, ARTICLE de la Fondation, texte du discours)

 

 

A3 16 200px

Ségolène Royal dédicace « Ma plus belle histoire, C’EST VOUS » en marge du séminaire sur « l’Union européenne après la crise » et de son discours à la Vieille Maison des Etudiants (Fondation Kalevi Sorsa)

Ségolène Royal a hier rendu visite à l’Institut Finlandais du Travail, un organisme de recherche spécialisé dans le domaine de la santé et de la sécurité au travail et rattaché au Ministère finlandais des affaires sociales et de la santé : ils ont réussi, grâce à leurs travaux qui ont débouché sur des réformes concrètes, à faire baisser considérablement le taux de chômage des seniors.

Puis elle a participé à une réunion de travail avec SITRA, principal Think Tank finlandais, créé en 1967 à l’initiative du Parlement, dont la mission est de réfléchir et de trouver des solutions pour la modernisation du pays, en protégeant l’Etat-providence et l’innovation technologique, sociale et sociétale.

Enfin, pour terminer cette visite de travail en Finlande, Ségolène Royal a prononcé un discours dans le cadre d’un séminaire consacré à  « l’Union européenne après la crise », organisé par la Fondation Kalevi Sorsa et le Parti social-démocrate de Finlande (SDP) à la Vieille Maison des Etudiants, un centre culturel créé par l’union des étudiants mais ouvert à tous au rôle historique, Vanha, « la Vieille », qui a la réputation d’être une plateforme de tout ce que la société finnoise produit de neuf et d’expérimental.

Le séminaire était dirigé par la candidate à la députation Jesca Muyingo, finno-ougandaise, qui a travaillé à la télévision publique nationale (YLE), après des études à Helsinki, à Londres, à l’université John Hopkins et à Harvard, a travaillé pour les agence des Nations Unies, pour la rédaction de la BBC et pour le groupe Crédit Suisse.

La Fondation Kalevi Sorsa porte le nom d’un Premier ministre social-démocrate par quatre fois en poste au cours de la période qui va de 1972 à 1987, et qui a fortement marqué ces quinze ans de l’essor finlandais sous la houlette du SDP. Kalevi Sorsa a terminé sa carrière politique en présidant le Parlement monocaméral, l’Eduskunta, en 1989-1990. Il est mort le 16 janvier 2004 à Helsinki, 5 jours avant son 74ème anniversaire. La Fondation a été fondée l’année suivante.

Frédérick Moulin

-oOo-

Kalevi Sorsa

 

Kalevi Sorsa Säätiö / Fondation Kalevi Sorsa

Ségolène Royal s’est exprimée sur l’Union européenne après la crise après un séminaire à l’Ancienne Maison des Etudiants.

La candidate du Parti socialiste français à la présidentielle de 2007 a été la principale intervenante après un séminaire portant sur « l’Union européenne après la crise » organisée par la Fondation Kalevi Sorsa en collaboration avec le Parti social-démocrate. L’événement a eu lieu à la Vieille Maison des Etudiants mardi 8 février. Le séminaire, qui a traité de l’avenir de la construction européenne après la crise économique, s’est avérée si populaire qu’une grande partie du public a dû se contenter de rester debout. Des journalistes finlandais étaient présents, mais il y avait aussi des journalistes français, comme par exemple ceux du journal Le Monde.

A7 35 288px

La salle où Ségolène Royal prononçait son discours était pleine, et une partie du public était debout (Fondation Kalevi Sorsa)

Au cours de ce séminaire, outre Madame Royal, se sont exprimés le député Erkki Tuomioja [ministre des Affaires étrangères SDP du premier gouvernement du Premier ministre du Parti du Centre Matti Vanhanen de 2003 à 2007, et candidat malchanceux de Jutta Urpilainen à la tête du SDP en 2008], Mikko Mäenpää, président de la STTK [président de la Confédération finlandaise des salariés, que Ségolène Royal avait rencontré la veille], et Matti Niemi, président des Jeunes Européens Fédéralistes [JEF-Finlande, dont Jutta Urpilainen fut aussi présidente en 2001]. Le séminaire a été mené par la candidate SDP à la députation Jesca Muyingo.

Ségolène Royal, invitée par la Fondation Kalevi Sorsa et le Parti social-démocrate, a effectué un déplacement en Finlande du 6 au 8 février.

-oOo-

Intervention de Ségolène Royal – Helsinki – mardi 8 février 2011

Aujourd’hui, c’est un regard lucide que l’Europe doit porter sur elle-même.

Trois vérités et trois propositions

1/ Première vérité, l’Europe surendettée est aujourd’hui étranglée par les spéculateurs qu’elle a nourris.

L’ironie tragique de cette histoire, c’est que nous avons laissé prospérer les oiseaux de malheur qui planent désormais au-dessus de l’Europe. Voyez-les bien : ils ne se contentent pas d’attendre l’effondrement qu’ils prédisent ; ils cherchent à le provoquer. Ils étaient hier au dessus de la Grèce ou l’Irlande ; ils sont aujourd’hui à l’affût des faiblesses espagnoles ou portugaises. Et demain ?

Ces spéculateurs-vautours, nos pays les ont nourris et engraissés.

Cela ne date pas d’hier, mais de longtemps.

A1 5 295px

Ségolène Royal pendant son discours à la Vieille Maison des Etudiants à Helsinki mardi 8 février 2011 (Fondation Kalevi Sorsa)

Premièrement, la source de notre endettement abyssal réside dans les baisses d’impôts massives dont ont profité les plus riches, ceux-là même qui demandent à leur banque ou à leur gestionnaire de fortune d’obtenir les rendements les plus élevés pour leurs placements financiers. Le hold up s’est fait au nom d’une vertu appelée compétitivité, mantra dissimulant dumping fiscal, moins-disant social, alignement par le bas.

Bouclier fiscal, fiscalité avantageuse sur le patrimoine, les filiales, les sièges sociaux ou les revenus de l’épargne, abattements, niches, déductions et crédits d’impôts en tout genre : le budget de nos Etats a été grevé par ceux, grandes entreprises et particuliers fortunés, qui ont été les bénéficiaires de toutes les largesses et de tous les cadeaux. Ceux qui ont fait leur beurre sur la compétition de tous contre tous au sein de l’Union. Les profiteurs d’une guerre économique qu’ils ont orchestrée.

Deuxièmement, la dette publique vient des banques et des fonds spéculatifs que les citoyens ont renfloués par leurs impôts via les Etats, au bord du gouffre, et qui se retournent contre les Etats en leur reprochant leur endettement. Aucune reconnaissance du ventre. Juste le dérèglement irrationnel de leur voracité.

Hausse des primes de risques, chantage au « triple A » de la part d’agences de notation vendues aux banques, spéculation à la baisse… L’irrationalité confine à la folie du système lorsque les spéculateurs qui s’alarment de l’endettement et exigent la rigueur sanctionnent les Etats qui obéissent à leurs oukases et voient leurs perspectives de croissance dramatiquement diminuées.

Il y a un vieux proverbe dans lequel un serpent susurre : « si tu bouges, je te mords, si tu ne bouges pas je te mords aussi ». « Si tu ne mets pas en place une politique de rigueur, je te mords, et si tu appliques la rigueur, je te mords aussi » ! Voilà où nous en sommes et c’est pourquoi l’Europe sociale doit se faire par un pouvoir politique qui décide au nom des peuples et pas contre eux.


2/ Deuxième vérité, c’est la Chine qui nous prête de l’argent et finance nos économies.

Nous rêvons d’une Europe indépendante, forte, qui parle d’égal à égal avec les puissances du monde. Nous rêvons d’un monde multipolaire, où les puissances s’équilibrent.

A2 28 298px

Un public nombreux écoutait attentivement Ségolène Royal pendant son discours sur « l’Union européenne après la crise » (Fondation Kalevi Sorsa)

Nous découvrons une Europe mise à genou par le chantage des spéculateurs et achetée par les grands pays émergents. Ces derniers, au moins, ont compris ce que la bêtise des marchés à occulté : qu’il est rentable de détenir des actifs grecs, portugais ou espagnol, parce qu’il s’agit d’Etats, parce que les difficultés auxquelles ils font face n’effaceront pas cette évidence : qu’ils survivront et qu’ils retrouveront bientôt le chemin de la croissance.

Mais voilà des pays européens qui s’exposent à vivre entre les mains de puissances non européennes. A leur merci.

Nous devons retrouver une politique d’indépendance européenne, qui ne soit pas le rêve illusoire de la forteresse isolée, mais qui ne soit pas non plus la naïveté de l’ouverture à tous les vents.

3/ Troisième vérité, l’Europe paie en matière économique son désarmement politique et intellectuel.

L’Europe s’est affaiblie en endossant de la manière la plus radicale les dogmes les plus obtus. Elle a théorisé son propre effacement politique derrière l’application indifférenciée, non circonstanciée et mécanique de règles juridiques : règles de la libre circulation des personnes, des biens, des capitaux ; clause de non renflouement des Etats endettés et de non achat par la banque centrale européenne des dettes souveraines ; définition rigide et artificielle de la convergence budgétaire avec le pacte de stabilité.

Elle a refusé pendant trop longtemps la faculté de discernement qu’exige la juste compréhension des circonstances, le pragmatisme qu’appelle la réflexion authentique et la force d’adaptation que demande l’action au service de tous.

Certains font de l’euro le responsable de nos maux. Mais l’euro n’est pas le problème en lui-même. Et à la question : « est-il économiquement raisonnable d’envisager aujourd’hui un retour aux monnaies nationales comme le proclament les partis populistes ? » je réponds catégoriquement « non ». L’effondrement économique et social serait violent.

Non, le problème aujourd’hui n’est pas l’euro, qui nous protège dans la limite de ses possibilités. Le problème, c’est que cette harmonisation radicale que fut la fusion de nos monnaies ne s’est accompagnée d’aucune harmonisation économique et fiscale.

Avec l’euro, nous aurions dû inventer une nouvelle économie de droits et de devoirs. Les marges de manœuvre que les Etats perdaient au niveau national, ils auraient dû les retrouver au niveau européen, au travers d’un budget jouant sa fonction de stabilisation macro-économique en cas de crise, de redistribution et de financement des grandes politiques structurantes, de stratégies d’investissement dans les filières du futur.

Cela n’a pas été le cas.

 

A6 32 292px

Ségolène Royal est présentée à la salle par la candidate SDP à la députation Jesca Muyingo (Fondation Kalevi Sorsa)

 

Chers amis

Sur le grand échiquier mondial, l’Europe demeure, envers et contre tout, une pièce maîtresse. Elle n’est pas un continent musée, sans autre avenir que la mémoire de son passé. Elle est la première puissance commerciale mondiale, un espace de 500 millions de personnes dont le rayonnement attire des femmes et des hommes, des investissements du monde entier.

Notre flamme brûle toujours.

A nous de l’entretenir.

Je n’ignore pas les divisions qui existent. Les réticences de certains pays à avancer sur la voie d’une plus grande intégration et d’une plus grande solidarité, notamment financière.

Je n’ignore pas les défis, les forces de frottement, les résistances : crainte d’une dépossession et d’une fragilisation des Etats au profit de la Commission et du Parlement européen ; soupçon d’entretenir en augmentant le budget de l’Union un tonneau des danaïdes sans fin ; postérité de la phrase de Margaret Thatcher : « I want my money back ».

Je n’oublie pas les discussions infinies qui ont été nécessaires pour accoucher du nouveau fonds de gestion des crises, dont il est à craindre qu’il ne résoudra pas grand-chose. Je n’oublie pas le refus obstiné de certains Etats membres de créer un système d’euro-obligation, qui aurait permis à tous les pays d’emprunter à des taux plus faibles.

Mais enfin, ces difficultés ont toujours existé et je voudrais malgré tout cela tenir un message optimiste et vous faire trois propositions :

1) Retrouvons une vision

Ne commettons pas l’erreur de penser qu’elles sont plus fortes aujourd’hui qu’hier. La seule différence, c’est que nos responsables politiques avaient sans doute par le passé cette conviction profonde, cette vision, cette volonté qui leur donnait la force d’avancer et de surmonter les obstacles. L’Europe n’était pas un sujet comme un autre, détourné à des fins de politique intérieure – pensez à l’épisode infâmant des Roms.


C’est avec cet esprit des pionniers que nous devons renouer.

2) Les Etats-Unis d’Europe à construire

Et c’est pourquoi, je le redis ici comme je l’ai dit à Athènes, à Paris et chaque fois que je parle d’Europe, notre nouvelle frontière, c’est la création d’Etats-Unis d’Europe.

A5 17 200px-1

Matti Niemi, président des Jeunes Européens Fédéralistes (JEF-Finlande) (Fondation Kalevi Sorsa)

En disant cela, je refuse d’entrer dans un débat institutionnel stérile, oscillant entre confédération et fédération. L’Europe est toute entière dans une tension créatrice entre l’intégration supranationale et la logique des Etats. L’une ne s’oppose pas à l’autre.

Les Etats-Unis d’Europe, c’est une fédération d’Etats Nations, comme le disais parfaitement Jacques Delors.

Les Etats-Unis d’Europe, c’est d’abord un objectif politique, traduit dans des politiques concrètes, au premier rang desquelles un pacte de sécurité et d’innovation économique puissant parce que volontaire, social et écologique.

La monnaie unique appelle une convergence nécessaire des taux d’inflation, des déficits et de l’endettement. Il n’est pas question de renoncer à un pacte de stabilité commun. C’est un souci de justice, pour éviter que certains pays ne mènent des politiques insoutenables et n’en fassent payer le prix aux autres. L’exigence allemande est de ce point de vue parfaitement légitime. Je la soutiens.

Mais il est temps d’aller au-delà.

Mission impossible ? Nullement.

3) Une politique économique et sociale pour l’Union européenne est possible

L’œuvre de titan accomplie avec la création d’une monnaie européenne, pourquoi serait-il impossible de l’accomplir pour refonder la politique économique et sociale de l’Union ?

Taxation des mouvements de capitaux spéculatifs ; renouvellement du mandat de la Banque centrale européenne, qui prenne acte de sa crédibilité désormais bien installée pour élargir son périmètre d’intervention ; agence de notation européenne pour la notation des Etats ; nouvelles règles de supervision des banques et des fonds spéculatifs…

A4 27 200px

Un public attentif écoute la fin du discours de Ségolène Royal à la Vieille Maison des Etudiants à Helsinki mardi 8 février 2011 (Fondation Kalevi Sorsa)

Pourquoi ce que nous avons pu accomplir par le passé, ne pourrions-nous pas l’accomplir demain ?

Ce que j’entends mettre au service de l’Europe, ce ne sont pas des mots. C’est l’énergie chaque jour renouvelée d’une conviction.

C’est une ardeur inlassable pour convaincre, car notre avenir est là. Notre espérance aussi, par delà les doutes, les suspicions, les déceptions. Notre génération doit cela aux nouvelles générations, nous qui avons reçu de la génération de l’après guerre : la paix, la prospérité, l’Europe avec son modèle social.

Alors ouvrons la voie et avançons avec courage en faisant l’Europe avec les peuples et non pas contre eux.


Publié dans conseil municipal, Democratie, Elles et ils chantent la Liberte, Europe, Intelligences collectives socialistes, International, Local, LOGEMENT, Politique, Ségolène Présidente en 2012, Société | Pas de Commentaires »

Ségolène Royal en Finlande : le bien être au travail et l’innovation , parmi les moteurs de l’efficacité économique‏

Posté par goalexandre le 8 février 2011

Lettre d'information de Ségolène Royal

Pour adhérer et faire un don à Désirs d’avenir, cliquez ici


Chers amis de Désirs d’Avenir,

Lors d’une réunion de travail avec les responsables de l’Institut Finlandais du Travail, un organisme de recherche spécialisé dans le domaine de la santé et de la sécurité au travail et rattaché au Ministère des affaires sociales et de la santé,  j’ai eu ici la confirmation de l’efficacité des propositions que je fais depuis plusieurs années, à savoir l’importance du bien être au travail. Je l’avais dit lors de la réforme des retraites . C’est appliqué ici depuis plusieurs années.

Lors de leur démonstration passionnante sur les réformes menées ici, ces spécialistes des conditions physiques et psychologiques au travail résument leur engagement avec cette phrase «  le bien-être crée la productivité ». Leurs objectifs sont multiples : créer des communautés de travail innovantes, garantir à chaque citoyen la sécurité, la santé, le bien-être au travail , apporter des solutions en vue d’une participation croissante à la vie active et contrôler les nouveaux risques liés au travail.

Ils ont réussi, grâce à leurs travaux qui ont débouché sur des réformes concrètes, à faire baisser considérablement le taux de chômage des seniors. En 10 ans, le taux d’emploi des 55-64 ans est passé de 35% à 56% ( il est aujourd’hui en France de 39%). Et le gain en résultant pour les entreprises qui font des « aménagements » peut atteindre 20% du bénéfice (qui est ici réparti entre les salariés et l’entreprise).

Par la suite, la délégation a tenu une réunion de travail avec SITRA, principal Think Tank finlandais, créé en 1967 à l’initiative du Parlement, dont la mission est de réfléchir et de trouver des solutions pour la modernisation du pays, en protégeant l’Etat-providence et l’innovation technologique, sociale et sociétale. Après avoir contribué à la construction de l’Etat-providence dans les années 70 et 80, SITRA s’est fixé dans le contexte nouveau de mondialisation, de vieillissement de la population et de crise écologique, un nouvel objectif : trouver les clefs du bien-être pour les Finlandais et de la vitalité économique du pays en protégeant l’Etat-providence.

Pour ce faire, SITRA qui est indépendant du Gouvernement, définit des projets de recherche qu’elle confie à des spécialistes du monde entier. Les résultats sont ensuite mis à la disposition du grand public et des décideurs qui peuvent en débattre et amener le Parlement à adopter de nouvelles législations.

Cette manière d’alimenter le débat public pour faire évoluer positivement la société, correspond à la vision que j’ai d’une démocratie ouverte et transparente dans les grands choix qu’elle a à faire. C’est cette manière de faire de la politique que je mets en œuvre dans mes responsabilités, notamment à la tête de la Région Poitou-Charentes, au travers de la démocratie participative et de la priorité donnée au bien-être, au bien-vivre et à l’innovation. L’exemple finlandais nous engage à poursuivre et amplifier cette action.

Pour terminer cette visite de travail en Finlande, j’ai prononcé un discours dans le cadre d’un séminaire consacré à : « l’Union européenne après la crise », au cours duquel j’ai rappelé trois vérités  sur l’Europe :

-L’Europe surendettée est aujourd’hui étranglée par les spéculateurs qu’elle a nourris.

-C’est la Chine qui nous prête de l’argent et finance nos économies, et cette situation est dangereuse

-L’Europe paie en matière économique son désarmement politique et intellectuel

J’ai également fait trois propositions :

-Retrouver l’esprit des pionniers en portant une vision pour l’Europe

-Construire les Etats Unis d’Europe

-Mettre en place une politique économique et sociale pour l’Union Européenne


J’ai conclu en indiquant que « ce que j’entends mettre au service de l’Europe, ce ne sont pas des mots. C’est l’énergie chaque jour renouvelée d’une conviction.
C’est une ardeur inlassable pour convaincre, car notre avenir est là. Notre espérance aussi, par delà les doutes, les suspicions, les déceptions. Notre génération doit cela aux nouvelles générations, nous qui avons reçu de la génération de l’après guerre : la paix, la prospérité, l’Europe avec son modèle social.
Alors ouvrons la voie et avançons avec courage en faisant l’Europe avec les peuples et non pas contre eux. »

Ségolène Royal




 

Intervention de Ségolène ROYAL – Helsinki – Mardi 8 fevrier 2011

Aujourd’hui, c’est un regard lucide que l’Europe doit porter sur elle-même.

Trois vérités et trois propositions

1/ Première vérité, l’Europe surendettée est aujourd’hui étranglée par les spéculateurs qu’elle a nourris.
L’ironie tragique de cette histoire, c’est que nous avons laissé prospérer les oiseaux de malheur qui planent désormais au-dessus de l’Europe. Voyez-les bien : ils ne se contentent pas d’attendre l’effondrement qu’ils prédisent ; ils cherchent à le provoquer. Ils étaient hier au dessus de la Grèce ou l’Irlande ; ils sont aujourd’hui à l’affût des faiblesses espagnoles ou portugaises. Et demain ?
Ces spéculateurs-vautours, nos pays les ont nourris et engraissés.
Cela ne date pas d’hier, mais de longtemps.
Premièrement, la source de notre endettement abyssal réside dans les baisses d’impôts massives dont ont profité les plus riches, ceux-là même qui demandent à leur banque ou à leur gestionnaire de fortune d’obtenir les rendements les plus élevés pour leurs placements financiers. Le hold up s’est fait au nom d’une vertu appelée compétitivité, mantra dissimulant dumping fiscal, moins-disant social, alignement par le bas.
Bouclier fiscal, fiscalité avantageuse sur le patrimoine, les filiales, les sièges sociaux ou les revenus de l’épargne, abattements, niches, déductions et crédits d’impôts en tout genre : le budget de nos Etats a été grevé par ceux, grandes entreprises et particuliers fortunés, qui ont été les bénéficiaires de toutes les largesses et de tous les cadeaux. Ceux qui ont fait leur beurre sur la compétition de tous contre tous au sein de l’Union. Les profiteurs d’une guerre économique qu’ils ont orchestrée.
Deuxièmement, la dette publique vient des banques et des fonds spéculatifs que les citoyens ont renfloués par leurs impôts via les Etats , au bord du gouffre, et qui se retournent contre les Etats en leur reprochant leur endettement. Aucune reconnaissance du ventre. Juste le dérèglement irrationnel de leur voracité.
Hausse des primes de risques, chantage au « triple A » de la part d’agences de notation vendues aux banques, spéculation à la baisse… L’irrationalité confine à la folie du système lorsque les spéculateurs qui s’alarment de l’endettement et exigent la rigueur sanctionnent les Etats qui obéissent à leurs oukases et voient leur perspective de croissance dramatiquement diminuées.
Il y a un vieux proverbe dans lequel un serpent susurre : « si tu bouges, je te mords, si tu ne bouges pas je te mords aussi ». « Si tu ne mets pas en place une politique de rigueur, je te mords, et si tu appliques la rigueur, je te mords aussi » ! Voilà où nous en sommes et c’est pourquoi l’Europe sociale doit se faire par un pouvoir politique qui décide au nom des peuples et pas contre eux.

2/ Deuxième vérité, c’est la Chine qui nous prête de l’argent et finance nos économies.
Nous rêvons d’une Europe indépendante, forte, qui parle d’égal à égal avec les puissances du monde. Nous rêvons d’un monde multipolaire, où les puissances s’équilibrent.
Nous découvrons une Europe mise à genou par le chantage des spéculateurs et achetée par les grands pays émergents. Ces derniers, au moins, ont compris ce que la bêtise des marchés à occulté : qu’il est rentable de détenir des actifs grecs, portugais ou espagnol, parce qu’il s’agit d’Etats, parce que les difficultés auxquelles ils font face n’effaceront pas cette évidence : qu’ils survivront et qu’ils retrouveront bientôt le chemin de la croissance.

Mais voilà des pays européens qui s’exposent à vivre entre les mains de puissances non européennes. A leur merci.
Nous devons retrouver une politique d’indépendance européenne, qui ne soit pas le rêve illusoire de la forteresse isolée, mais qui ne soit pas non plus la naïveté de l’ouverture à tous les vents.

3/ Troisième vérité, l’Europe paie en matière économique son désarmement politique et intellectuel.
L’Europe s’est affaiblie en endossant de la manière la plus radicale les dogmes les plus obtus. Elle a théorisé son propre effacement politique derrière l’application indifférenciée, non circonstanciée et mécanique de règles juridiques : règles de la libre circulation des personnes, des biens, des capitaux ; clause de non renflouement des Etats endettés et de non achat par la banque centrale européenne des dettes souveraines ; définition rigide et artificielle de la convergence budgétaire avec le pacte de stabilité.
Elle a refusé pendant trop longtemps la faculté de discernement qu’exige la juste compréhension des circonstances, le pragmatisme qu’appelle la réflexion authentique et la force d’adaptation que demande l’action au service de tous.
Certains font de l’euro le responsable de nos maux. Mais l’euro n’est pas le problème en lui-même. Et à la question : « est-il économiquement raisonnable d’envisager aujourd’hui un retour aux monnaies nationales comme le proclament les partis populistes ? » je réponds catégoriquement « non ». L’effondrement économique et social serait violent.
Non, le problème aujourd’hui n’est pas l’euro, qui nous protège dans la limite de ses possibilités. Le problème, c’est que cette harmonisation radicale que fut la fusion de nos monnaies ne s’est accompagnée d’aucune harmonisation économique et fiscale.
Avec l’euro, nous aurions dû inventer une nouvelle économie de droits et de devoirs. Les marges de manœuvre que les Etats perdaient au niveau national, ils auraient dû les retrouver au niveau européen, au travers d’un budget jouant sa fonction de stabilisation macro-économique en cas de crise, de redistribution et de financement des grandes politiques structurantes, de stratégies d’investissement dans les filières du futur.
Cela n’a pas été le cas.

Chers amis

Sur le grand échiquier mondial, l’Europe demeure, envers et contre tout, une pièce maîtresse. Elle n’est pas un continent musée, sans autre avenir que la mémoire de son passé. Elle est la première puissance commerciale mondiale, un espace de 500 millions de personnes dont le rayonnement attire des femmes et des hommes, des investissements du monde entier.
Notre flamme brûle toujours.
A nous de l’entretenir.
Je n’ignore pas les divisions qui existent. Les réticences de certains pays à avancer sur la voie d’une plus grande intégration et d’une plus grande solidarité, notamment financière.
Je n’ignore pas les défis, les forces de frottement, les résistances : crainte d’une dépossession et d’une fragilisation des Etats au profit de la Commission et du Parlement européen ; soupçon d’entretenir en augmentant le budget de l’Union un tonneau des danaïdes sans fin ; postérité de la phrase de Margaret Thatcher : « I want my money back ».
Je n’oublie pas les discussions infinies qui ont été nécessaires pour accoucher du nouveau fonds de gestion des crises, dont il est à craindre qu’il ne résoudra pas grand-chose. Je n’oublie pas le refus obstiné de certains Etats membres de créer un système d’euro-obligation, qui aurait permis à tous les pays d’emprunter à des taux plus faibles.
Mais enfin, ces difficultés ont toujours existé et je voudrais malgré tout cela tenir un message optimiste et vous faire trois propositions :

1) Retrouvons une vision
Ne commettons pas l’erreur de penser qu’elles sont plus fortes aujourd’hui qu’hier. La seule différence, c’est que nos responsables politiques avaient sans doute par le passé cette conviction profonde, cette vision, cette volonté qui leur donnait la force d’avancer et de surmonter les obstacles. L’Europe n’était pas un sujet comme un autre, détourné à des fins de politique intérieure – pensez à l’épisode infâmant des Roms.
C’est avec cet esprit des pionniers que nous devons renouer.

2) Les Etats-Unis d’Europe à construire
Et c’est pourquoi, je le redis ici comme je l’ai dit à Athènes, à Paris et chaque fois que je parle d’Europe, notre nouvelle frontière, c’est la création d’Etats-Unis d’Europe.
En disant cela, je refuse d’entrer dans un débat institutionnel stérile, oscillant entre confédération et fédération. L’Europe est toute entière dans une tension créatrice entre l’intégration supranationale et la logique des Etats. L’une ne s’oppose pas à l’autre.
Les Etats-Unis d’Europe, c’est une fédération d’Etats Nations, comme le disais parfaitement Jacques Delors.
Les Etats-Unis d’Europe, c’est d’abord un objectif politique, traduit dans des politiques concrètes, au premier rang desquelles un pacte de sécurité et d’innovation économique puissant parce que volontaire, social et écologique.
La monnaie unique appelle une convergence nécessaire des taux d’inflation, des déficits et de l’endettement. Il n’est pas question de renoncer à un pacte de stabilité commun. C’est un souci de justice, pour éviter que certains pays ne mènent des politiques insoutenables et n’en fassent payer le prix aux autres. L’exigence allemande est de ce point de vue parfaitement légitime. Je la soutiens.

Mais il est temps d’aller au-delà.

Mission impossible ? Nullement.

3) Une politique économique et sociale pour l’Union européenne est possible
L’œuvre de titan accomplie avec la création d’une monnaie européenne, pourquoi serait-il impossible de l’accomplir pour refonder la politique économique et sociale de l’Union ?
Taxation des mouvements de capitaux spéculatifs ; renouvellement du mandat de la Banque centrale européenne, qui prenne acte de sa crédibilité désormais bien installée pour élargir son périmètre d’intervention ; agence de notation européenne pour la notation des Etats ; nouvelles règles de supervision des banques et des fonds spéculatifs…
Pourquoi ce que nous avons pu accomplir par le passé, ne pourrions-nous pas l’accomplir demain ?
Ce que j’entends mettre au service de l’Europe, ce ne sont pas des mots. C’est l’énergie chaque jour renouvelée d’une conviction.

C’est une ardeur inlassable pour convaincre, car notre avenir est là. Notre espérance aussi, par delà les doutes, les suspicions, les déceptions. Notre génération doit cela aux nouvelles générations, nous qui avons reçu de la génération de l’après guerre : la paix, la prospérité, l’Europe avec son modèle social.

Alors ouvrons la voie et avançons avec courage en faisant l’Europe avec les peuples et non pas contre eux.


Venez rejoindre Désirs d’avenir, cliquez ici

Pour faire un don à Désirs d’avenir, cliquez ici

Faites circuler à tous vos amis

Se désabonner

Publié dans conseil municipal, Democratie, Elles et ils chantent la Liberte, Europe, Intelligences collectives socialistes, International, Local, LOGEMENT, Municipales 2008 Saint-Denis, Politique, Ségolène Présidente en 2012, Société | Pas de Commentaires »

Ségolène Royal lance un nouveau vaisseau amiral sur le web!

Posté par goalexandre le 21 juin 2010

Ségolène Royal lance un nouveau vaisseau amiral sur le web!

Par RichardTrois sur LE POST
le 20/06/2010 à 01:26,

 

sego_la_rochelle

Alors que Ségolène Royal est à New York où elle doit intervenir lors du Conseil de l’Internationale Socialiste, ses équipes viennent de mettre en ligne son nouveau vaisseau amiral sur le web. Un site riche, complètement opérationnel et plein de promesses pour l’avenir. A première vue, il émane de cette nouvelle plateforme à la fois toute l’énergie d’une force citoyenne et toute la sérénité d’une force tranquille.

 

Une de Désirs D'Avenir 2010

 

En effet ce nouveau site Désirs D’Avenir a été développé de manière participative depuis plusieurs mois. Son développement a mobilisé de nombreux adhérents de l’association. Il s’agit d’une démarche qui ne surprend guère de la part de Ségolène Royal qui met toujours l’investissement du plus grand nombre au centre de son action politique.

Comme observé à la première visite, il y a fort à parier que cette interface continue d’être une source principale d’information pour des dizaines de milliers de sympathisants et de citoyens tant les rubriques sont riches et équilibrées. Débats participatifs et consultations citoyennes, espace fraternité, réseau social ou encore magazine web, cette nouvelle mouture de Désirs d’avenir est une promesse de réflexion et d’action !
Cette démarche montre la capacité de l’association que préside Ségolène Royal à construire dans la durée et le sérieux ses propres outils pour les batailles à venir; la première de ces batailles étant celle contre la « réforme » injuste et inefficace des retraites.

Ségolène Royal continue, au sein de Désirs d’Avenir comme en Poitou-Charentes, à travailler par la preuve, en démontrant au jour le jour comment ses idées et sa vision peuvent être mise en pratique pour changer la vie et demain la France.

Vous noterez que le bandeau dynamique fait passer quelques messages qui représentent à la fois l’ADN en politique de Ségolène Royal et la promesse tranquille d’une France humaine, fraternelle et réconciliée.
Beau projet.

Désirs d'Avenir - la Force Citoyenne

Site Désirs d'Avenir - La France

 

Posté par DA 06 EST à 16:24 – SÉGOLÈNE ROYALCommentaires [0]Rétroliens [0] – Permalien [#]

Publié dans Democratie, Elles et ils chantent la Liberte, Intelligences collectives socialistes, International, Local, Poésie, Politique, Ségolène Présidente en 2012, Société | Pas de Commentaires »

Ségolène Royal : “on ne peut pas être vert à Copenhague et libéral à Paris”

Posté par goalexandre le 19 décembre 2009

 

Ségolène Royal : “on ne peut pas être vert à Copenhague et libéral à Paris”


Ségolène Royal se rend ce mardi à Copenhague pour présenter les actions de la région Poitou-Charentes, qu’elle préside depuis 2004, en matière de “croissance verte”. Elle les détaille pour La Tribune. A lire demain dans votre journal

 Ségolène Royal : “on ne peut pas être vert à Copenhague et libéral à Paris” dans conseil municipal sgolne17b

- La Tribune : quel sera votre message à Copenhague ?

- Ségolène Royal – Je suis invitée à la journée des régions du monde car chacun a bien compris qu’aujourd’hui la mobilisation est attendue à tous les étages si l’on veut enrayer la marche vers la catastrophe planétaire. Il faut une vision globale mais des actions locales. C’est tous ensemble que la lutte sera efficace. Poitou-Charentes est invitée pour deux raisons.

Nous sommes exemplaires sur notre territoire, avec notamment le premier plan solaire soutenu par la Banque européenne d’investissement à hauteur de 400 millions d’euros.

J’ai obtenu à Copenhague la présence de la voiture Heuliez, première voiture électrique française à être mise en vente, qui va ainsi bénéficier d’une vitrine mondiale exceptionnelle. Parce que nous avons décidé en Poitou-Charentes de respecter le protocole de Kyoto, nous avons axé toute notre politique sur la croissance verte, en investissant dans les énergies renouvelables, qu’il s’agisse de l’énergie solaire ou des agro-carburants, des chauffages au bois ou des éoliennes. Dans ce cas précis nous sauvons des emplois. C’est cela, la croissance verte, une mutation de toute la chaîne.

Et parce que nous agissons localement, nous pouvons aider les autres à agir, notamment dans les pays les plus vulnérables.

A ce titre, la coopération que nous avons lancée en 2006 avec la région de Fatick au Sénégal a été reconnue exemplaire par le Pnud. Nous échangeons nos savoir-faire, nous aidons cette région à se développer durablement et elle nous permet de nous développer économiquement. Aujourd’hui nous fournissons des fours solaires, des foyers économes en énergie à la région de Fatick. Nous coopérons sur l’agriculture et sur la pêche ! Derrière le défi climatique, le défi international, l’alliance du local et du global pour rééquilibrer les rapports Sud-Nord !

- La coopération régionale que vous prônez entre le Sud et le Nord est-elle destinée à accélérer l’engagement des Etats ?
- Oui parce que nous agissons par la preuve, tout simplement. Ce que nous parvenons à faire, régionalement, tout Etat peut décider de le faire à l’échelle nationale. La mobilisation des communes, des entreprises, des citoyens, des associations est essentielle.

Le développement durable ne se découpe pas : un bout pour les transports, un bout pour les éoliennes, un bout pour les énergies renouvelables. C’est une politique globale. Ce ne sont pas des incantations, le président Obama l’a bien compris. Son engagement dans la mutation écologique comme l’un des leviers de sortie de crise est majeur. Il a investi plus de 2 milliards dans le véhicule électrique. J’aurais aimé qu’on en fasse autant en France. On ne peut pas être vert à Copenhague et libéral à Paris. Il faut choisir

Source : La Tribune,

 

Publié dans conseil municipal, Democratie, Elles et ils chantent la Liberte, Europe, Intelligences collectives socialistes, International, Local, Poésie, Politique, Ségolène Présidente en 2012, Société | Pas de Commentaires »

DISCOURS DE SEGOLENE ROYAL A LA ROCHELLE « efficacité politique par la preuve »

Posté par goalexandre le 6 septembre 2009

Dimanche 30 août 2009

REVOLUTION DEMOCRATIQUE: POLITIQUE PAR LA PREUVE

D   img123.jpg DISCOURS DE SEGOLENE ROYAL A LA ROCHELLE LE 28-08-O9    Chers Amis, Chers Camarades, bienvenue, bienvenue dans cette belle région..

Je suis heureuse en effet de vous accueillir ici. On m’a demandé d’illustrer par la région Poitou- Charente ce que les socialistes font et ce qui a valeur aussi au niveau national et non seulement international. Et je le fais avec grand plaisir, parce que j’ai toujours pensé et je n’ai jamais dévié de cette conviction, et nous le savons tous, qu’il y a un lien très fort entre la pratique locale et les enjeux globaux. Et nous le savons aussi, nous les socialistes engagés à gauche, que la morale et l’action et l’efficacité de l’action politique que nos concitoyens attendent parfois désespérément de leur gouvernement d’aujourd’hui, oui, cette efficacité politique se démontre d’abord par la preuve.

Ici, dans la région, on ne se contente pas de préparer le futur. On est déjà dans le futur.Et je voudrais en donner quelques exemples à partir des trois piliers du développement durable que sont l’excellence gouvernementale qui a guidé la majorité de gauche, depuis 2004 à la tête de cette région, le social et l’économique avec le principal moteur de ces trois piliers du développement durable qu’est la révolution démocratique.

En ce qui concerne l’excellence environnementale et le premier pilier, l’écologie, dès le départ, nous avons fait de l’excellence environnementale, la ligne de force. Nous n’avons jamais lâché ce fil.Nous l’avons anticipé et aujourd’hui, je peux dire, avec la majorité qui est la notre, la majorité qui rassemble les socialistes, les communistes, les verts, les radicaux, mais aussi des camarades qui n’étaient pas inscits au parti socialistes, les délégués syndicaux, par exemple, qui ont fait partie de notre majorité, aujourd’hui, je peux dire que dans ces chantiers majeurs de l’excellence gouvernementale, non seulement que nous avons fait plus que ce que nous avions dit, mais qu’aussi nous avons fait bien plus que le programme des verts en 2004;

Nous avons donné à la région une notoriété nationale et internationale.

Dans quelques jours, à la rentrée scolaire, je vais inaugurer le lycée de Kyoto. Et c’est dès 2004 que nous avons donné ce nom à ce lycée.C’est le premier lycée européen de l’après pétrole.

C’est un lycée professionnel agricole et hôtélier, à Poitiers. Lorsque nous sommes arrivés, nous avons décidé d’annuler les plans qui,avaient été faits par la précédente majorité de droite et nous avons dit que nous ne construirons ce lycée que s’il anticipe l’après pétrole et que s’il est exemplaire sur le plan européen sur toutes les technologies de construction environnementales.

J’en ai changé le nom. Je l’ai appelé lycée Kyoto; on s’est moqué.On m’a dit, où se croit elle? Elle se croit au Japon? Ceux qui avaient oublié que le protocole de Kyoto portait déjà ce nom.Et  ce lycée qui verra sa première rentrée mercredi prochain, est le premier lycée d’Europe à 0 énergie fossile, à architecture bio- climatique, à récupération systématique d’énergie, à panneaux photo- voltaïques, à cogénération d’huile végétale, à utilisation de bois durable et de matériaux recyclés, à récupértation d’eau de pluie, à compostage, dans le lycée de tous les déchets, 400 tonnes d’équivalent CO2 ainsi évitées, 30% de dépense d’eau et d’énergie en moins.

Voilà ce que j’appelle la révolution écologique. Voilà ce que j’appelle la politique par la preuve.

Nous avons lancé le premier plan photo-voltaïque  européen. Le premier puisque c’est la Région Poitou- Charente qui a été désignée par la Banque Européenne d’investissement comme la REGION DE REFERENCE, sur toutes les régions d’Europe. Bien entendu, les Verts m’ont soutenue dans cette démarche, et je les en remercie. Aujourd’hui, nous avons reçu 400 millions d’euros pour installer 650000 mètres carrés de panneaux.Créé un millier d’emplois directs, construit une société régionale d’énergie renouvelable, en partenariat avec EDF et la Banque des Dépôts, garanti des prêts à taux compétitifs et aujourd »hui ce sont deux usines de fabrication de panneaux photo- voltaïques qui s’installent dans la Région Poitou- Charente, pour couvrir les besoins du Grand Ouest.

Voilà la révolution écologique. Voilà la politique par le preuve.

J’avais aussi, vous vous en souvenez peut- être, pendant la campagne présidentielle, pardonnez moi cette référence, beaucoup parlé de la coopération avec les pays les plus pauvres de la planète, beaucoup parlé d’énergie solaire avec l’Afrique.

On s’était moqué, on s’était gaussé, on s’était di: qu’est ce qu’elle nous raconte avec ses fours solaires? On a tenu bon.

La politique, c’est d’avancer dans son couloir et de rester ce à quoi l’on croit, malgré parfois les moqueries et les quolibets de tous ceux qui n’arrivent pas à anticiper.

Alors nous les avons faits, et nous sommes allés à Fatic, région liée à Poitou- Charente, en coopération, avec des aides directes, hors de gaspillage, pas de détournement de fonds. Des hommes et des femmes qui aident des hommes et des femmes.

Nous avons commencé avec des éleveurs, des éleveurs de chèvres, et c’est en aidant les élevages, dans cette région du Sénégal, que nous avons découvert l’immense misère énergétique alors que le soleil est gratuit.Alors nous avons fait fabriquer des fours solaires dans les lyées professionnels de la région et nous sommes partis là bas, dans les villages, pour aider les femmes à survivre, pour empêcher les émigrations de misère des ces villages de Fatic pour plus d’une centaine de femmes qui ont vu mourir leur enfant dans des embarcations de fortune, et nous les avons équipées pour qu’elles puissent produire, pêcher, transformer le poisson, et tout cela à partir de l’énergie solaire.

Je me souviens même, vous avez dû le voir dans cette émission soit- disant drôle où l’on s’est moqué parce-que les femmes africaines m’avaient mis le boubou bleu. Mais le boubou bleu c’est le boubou de la couleur de la mer. Et si elles avaient fait cela, c’est qu’elles voulaient que nous soyons associés à leur deuil. La mer qui avait englouti leurs enfants.

Et, en voyant cela, le responsable du programme des Nations Unies pour le développement est venu à Fatic, a reconnu l’exemplarité de cette coopération. Et c’est à ce titre qu’il m’a demandé, et j’en suis très honorée, d’être la représentante mondiale au niveau des Nations Unies pour la coopération décentralisée sur les énergies renouvelables, et c’est à ce titre que, le 21septembre prochain, je serai à l’ONU pour représenter ces régions du monde pour la préparation du sommet de Copenhague et c’est à ce titre que je serai à Copenhague, porte-parole des coopérations décentralisées, du co-développement des hommes et des femmes et des hommes et des femmes en circuit court.

Parce que  c’est ça aussi la révolution écologique, c’est cela aussi la politique par la preuve.

Et enfin, le dernier exemple, c’est la création d’un pôle de compétitivité des éco-industries.Oh, le gouvernement de la droite ne nous a pas aidés.Il n’a jamais voulu le reconnaître.Ca aurait été trop beau; un pôle de compétitivité en Poitou-Charente!!Qu’à cela ne tienne, nous lui avons donné  un label régional. Aujourd’hui, ce pôle rassemble plus de 400 entreprises et laboratoires de recherche. Et c’est grâce à lui, grâce à lui, grâce à ce pôle qui a rassemblé les PME de la région que nous avons sauvé l’entreprise HEULIEZ.

Pourquoi, pourquoi nous avons réussi?Parce que nous avons voulu anticiper, nous n’avons pas voulu accepter la femeture d’une usine de 1000 salariés dans le secteur de l’utomobile.

Il y avait très longtemps, déjà en 1982, lorsque j’étais Ministre de l’environnement, déjà on parlait e la voiture électrique.

Et là, on décide qu’il n’est pas possible qu’avec des enjeux mondiaux de cette importance, un savoir faire de ces salariés aussi pointu, nous baissions les bras comme le fait le gouvernement de droite sans politique industrielle. Nous avons lancé ce que j’appelle un projet régional, alors que ce n’était même pas de notre responsabilité. C’est quand même des enjeux nationaux et internationaux. Et bien, l’entreprise HEULIEZ et une autre encore se sont mobilisées et nous avons reçu à cet appel à projet des réponses d’Allemagne, d’Espagne, d’Ukraine et nous avons donc validé ces véhicules électriques  avec notre label régional.

Ces voitures sont là, devant. Merci,Martine d’avoir accepté qu’elles soient montrées aux militants, parce que c’est ça aussi la politique par la preuve, et pour la première fois en France, la région est entrée au capital de cette entreprise.

Je ne vous cache pas les barrages que nous avons reçus, les objections ministérielles, les freins divers et variés.Jusqu’au bout, il y a eu des réunions à l’Elysée, figurez vous, pour savoir si le fond stratégique d’investissement devait oui ou non investir sur la région Poitou- Charente.

C’est la veille de la décision du Tribunal de Commerce, la veille de la décision du Tribunal de Commerce que je reçois un coup de téléphone du nouveau PDG de l’entreprise qui me dit: tout est fini, c’est terminé, l’Etat ne vient pas, le fond stratégique d’investissement ne vient pas, pour des raisons politiques et vous devez adresser une lettre au Président du Tribunal disant que la région intervient sans conditions et met ses 5 millions d’euros et c’est parceque cette lettre a été faite au Président du Tribunal de Commerce que, une heure avant l’ audience du Tribunal de Commerce est arrivé l’ukaze  gouvernemental débloquant les dix pauvres millions d’euros du fond d’investissement stratégique.

Mais aujourd’hui, le combat continue. Moi je crois à la consommation citoyenne. Pour sauver les entreprises du futur, il faut que les citoyens se mobilisent, achètent, réachètent, commandent ces fabrications parce que demain ce sont celles qui vont sauver nos emplois.

Et c’est pourquoi, je dis aujourd’hui solennellement devant vous que l’eco- taxe, ce nouvel impôt que nous annonce le premier ministre, est non seulement un impôt absurde, un impôt injuste,un impôt historiquement décalé dans le temps, un impôt insupportable pour toutes celles et tous ceux qui n’ont pas le choix entre acheter un véhicule polluant, puisqu’il n’y a  que cela sur le marché et acheter un véhicule électrique, parce que à cause de la faiblesse de la politique gouvernementale industrielle, celui-ci  n’est pas encore fabriqué en grand nombre. Elle ne le sera que dans un an, mais de quel droit, de quel droit, un gouvernement va-t-il assommer d’impôts  des familles alors qu’elles n’ont même pas le libre choix de rouler propre. Retirez cet impôt, Monsieur Filion, et mobilisez votre énergie pour la montée en puissance de l’industrie automobile française pour mettre massivement sur le marché des voitures électriques pas chères pour que les familles puissent choisir.

Voila la bonne politique écologique. Moi, je n’ai jamais pensé que l’écologie devait se défendre par la punition. Au contraire, l’écologie doit se défendre par l’impulsion, par l’orientation, par l’envie de faire, par l’envie de participer à un projet mondial, à la protection de la planète et certainement pas à trouver des prétextes pour remplir des caisses que l’Etat  a vidées.

J’ai abordé la question écologique, la question économique, la question sociale maintenant.

Bien sûr, la question sociale irigue tout, et c’est  normal pour une majorité dirigée par une socialiste et par une présidence de région socialiste.

Ici, nous avons fait la Sécurité sociale professionnelle. Chez New Fabrice, nous avons récupéré les salariés pour qu’ils ne tombent pas dans le trou du chômage et nous avons pris en charge plusieurs centaines de salariés qui vont pouvoir bénéficier de 90% de leur salaire pendant 18 mois et d’une nouvelle formation professionnelle, notamment liée aux nouvelles industries liées au développement durable.

Chez HEULIEZ, nous venons de prendre en charge 220 salariés pour éviter là aussi qu’ils tombent dans le trou du chômage. C’est parce que nous croyons à la montée en puissance de ces industries du futur, c’est pour cela que nous investissons dans le capital humain, pour qu’il puissent être réembauchés prioritairement, au fur et à mesure que les plans de charge de ces entreprises vont monter.

Le service public de la formation professionnelle nous l’avons fait ici à un moment où le gouvernement de droitre menaçait de privatiser tout ce qui, de près ou de loin, touchait à la formation professionnelle.

Le compte formation universel, il est fait.

Er enfin, nous avons fait le choix, parce que c’est une tradition historique, de développer l’économie sociale et solidaire. Je veux dire par là que quand une entreprise est en difficulté, quand une entreprise ferme, nous l’accompagnons pour êtrre reprise par les ouvriers, par les salariés en société coopérative ouvrière de production, et je tiens tout particulièrement à rendre hommage aux femmes du textile qui, du côté de  Niort, ont repris leur entreprise, et aujourd’hui, cette entreprise fonctionne, remonte en charge, et c’est la démonstration qu’il y a un modèle économique alternatif. Oui, c’est cela aussi le politique par la preuve.

Enfin, une révolution démocratique silencieuse a été menée par l’ensemble des élus de la région et je les en remercie.Ici, je vois qu’ils sont très nombreux, qu’ils se sont très fortement impliqués sur les territoires ainsi que nos partenaires.

Cette révolution démocratique, nous l’avons faite, souvenez vous, en démocratie participative, pour élaborer notre projet et nous l’avons poursuivie.

Nous avons mis en place les jurys citoyens.Souvenez vous de cette polémique.J’ai entendu àl’époque, la première fois que j’en ai parlé, des mots aussi aimables – j’ai repris la revue de presse – que Mao, Staline, Tricotteuse, j’en passe et des meilleures.Aujourd’hui, les jurys citoyens sont créés dans la
région. Ils fonctionnent,  ils vont de l’avant et nous en avons fait sur la politique  du développement durable, des citoyens tirés au sort, sur l’évaluation des aides économiques, des citoyens tirés au sort.

Nous avons mis dans tous les lycées de la région le budget participatif des lycées qui permet aux jeunes, au personnel ouvrier de service, aux enseignants et aux parents d’élèves de se réunir en faisant des assemblées générales et de définir par des votes les dépenses prioritaires, pour un budget non négligeable de 10 millions d’euros.

Voilà aussi la politique par la preuve de la révolution démocratique.

Alors, pour terminer, je voudrais vous dire qu’il y a quelques enseignemens à tirer de l’exercice d’un magnifique mandat local comme celui-ci.

C’est d’abord de bâtir une société de confiance avec des engagements réciproques et la charte que l’on disait impossible,qui réclame aux entreprises de s’engager par écrit à ne pas licencier ou à ne pas délocaliser si elles reçoivent des fonds publics de la région , cette charte là a créé de la responsabilité et de la confiance dans la région. Chacun accepte et cherche à apporter autant qu’il reçoit.

Un euro dépensé est un euro utile.Oui, il est possible de remettre en cause des dépenses. Courageusement, il faut affronter un certain nombre de lobbies.Il est possible de faire des engagements et des dépenses nouvelles, comme je viens de le montrer, sans augmenter les impôts et en baissant la dette.

Oui, la gauche doit relever la tête. Nous sommes d’excellents, de très bons gestionnaires, dans toutes nos collectivités, dans toutes nos régions. Et c’est si vrai qu’au moment où l’Etat, qui parle pourtant de plan de ralance, où trouve-t-il l’argent, par exemple pour financer la ligne à grande vitesse, vous m’avez entendu protester contre ce racket. Le gouvernement qui nous prend ici, dans la région, alors que nous avons beaucoup à faire, comme je viens de le montrer, vient de prendre 100 millions d’euros. Et c’est pareil dans toutes les régions. Toutes nos régions. Ce n’est pas un hazard. Elles sont presque toutes socialistes. Ce n’est pas un hazard.

L’Etat vient taper dans nos caisses parce que les siennes sont vides. Alors, dans la campagne des régionales, il ne faudra pas se laisser faire, il faudra bien dire la vérité, mettre en valeur, non seulement les actions accomplies, les chemins parcourus, la qualité de la gestion, mais surtout la mettre bien en comparaison avec la façon dont aujourd’hui l’Etat est géré.

Je voudrais, chers amis, mes chers camarades, vous dire à partir de cet  exercice local qui est finalement l’essence même de la politique, surtout lorsqu’il a un lien avec la dimension nationale et internationale, et aujourd’hui aucun problème ne peut se résoudre si on ne le suit pas dans une dimension internationale et planétaire, et c’est bien ce nouveau modèle de développement aujourd »hui qu’il faut imposer et inventer à l’échelle planétaire.

C’est que le leadership politique, ça consiste en trois choses. D’abord écouter pour anticiper le futur. Avoir l’audace d’inventer le présent et l’avenir et, enfin, avoir le courage et le désir de les réaliser avec des équipes soudées et au travail.

Et je voudrais, pour teminer, donner la parole à Anne Sansouki qui, je le rappelle, et ça ne se sait peut être pas, est la Président d’Honneur de l’Internationale Socialiste. Celle qui lutte pour sa liberté et  qui n’a pas revu ses enfants depuis plus de quinze ans, parcequ’elle sait que si elle sort de son pays, elle ne pourra jamais y revenir.Je voudrais penser à elle, avec vous, à ce moment précis, pour vous dire ce qu’elle écrit: la vérité, la justice, la compassion sont souvent les seules défenses contre un pouvoir impitoyable. Ce n’est pas le pouvoir qui corromp; c’est la peur de le perdre. Et nous, nous n’avons pas peur de le perdre, puisque  nous l’avons sur les territoires.Nous n’avons pas peur du tout parce que nous sommes tournés vers les Français et nous savons qu’ils nous attendent. Merci. »

Publié dans Democratie, Elles et ils chantent la Liberte, Europe, Intelligences collectives socialistes, International, Local, LOGEMENT, Municipales 2008 Saint-Denis, Poésie, Politique, Ségolène Présidente en 2012, Société, VIDEO IMPORTANTE A VOIR | Pas de Commentaires »

Augmentation EDF FAITES CIRCULER CETTE VASTE ESBROUFFE (une de plus sous SARKOZY)

Posté par goalexandre le 19 août 2009

 


Augmentation EDF FAITES CIRCULER CETTE VASTE ESBROUFFE (une de plus sous SARKOZY)

Augmentation EDF FAITES CIRCULER CETTE VASTE ESBROUFFE (une de plus sous SARKOZY) dans Democratie 6535_118436598841_674213841_2353152_8093096_a

Sujet : EDF : les petits paient pour les gros

EDF, le mensonge de l’augmentation

Article publié le ven, 14/08/2009 – 17:56, par Martine Orange – Mediapart.fr

Avec le recul, la gaffe politique du PDG d’EDF, Pierre Gadonneix, prend sa véritable dimension: il a juste commis l’erreur de vendre la mèche à l’opinion publique. Car derrière les 1,9% de hausse de tarifs de l’électricité – une hausse raisonnable comme l’a soutenu avec aplomb la ministre des finances, Christine Lagarde –, se cache en fait une révolution tarifaire que le gouvernement n’a pas le courage politique d’assumer. En pleine crise, il met à bas une partie du système français. A la lecture de leurs prochaines factures, de nombreux ménages vont commencer à mesurer l’ampleur de la cachotterie. Pour eux, les augmentations pourraient s’élever à 6% voire 10% par an. Dans la droite ligne des 20% de hausses sur trois ans demandés par Pierre Gadonneix.

Tout s’est concocté dans la plus grande discrétion. Sans débat public, sans la moindre concertation, le gouvernement a entrepris dans le secret de ses cabinets de rebâtir tout le système tarifaire régulé de l’électricité en France. L’objectif officiel de cette refonte est de mieux prendre en compte, comme le demandait la Commission de régulation de l’énergie (CRE) les coûts réels de transport et de distribution, afin d’augmenter les tarifs et de favoriser une meilleure concurrence en France. En sous- main, il s’agit en fait de la pierre angulaire du nouveau système visant à en finir à plus ou moins brève échéance avec les tarifs régulés.

Pour comprendre l’ampleur des changements, il faut se reporter aux années précédentes. L’an dernier, trois lignes seulement avaient suffi dans le Journal officiel du 14 août 2008 pour donner les augmentations des principaux tarifs d’électricité, ceux pour les particuliers augmentant alors de 2%. Cette année, il n’y a pas moins de vingt pages dans le Journal officiel du 14 août détaillant les différents tarifs pour les particuliers, les professionnels, les entreprises, les prix outre-mer , ou les tarifs entre les heures creuses et heures pleines. Une remise à plat totale.

Il faudra du temps pour pouvoir mesurer la portée réelle des modifications apportées à un système tarifaire par nature complexe , et aujourd’hui volontairement obscurci. Des tarifications ont été supprimées, les modes de calcul pour d’autres ont été totalement révisés. Mais les changements apportés au système de base pour les particuliers donnent déjà un petit aperçu de ce qui se prépare. Ainsi le prix de l’abonnement (hors taxes) pour les plus petites installations (3 kVA) passe de 21,48 euros à 58, 42 euros, soit 172% d’augmentation. Pour EDF, ces petits compteurs coûtent cher. De plus, rappelle-t-il, ils ne représentent que 8% de l’électricité consommée.

Mais il en va de même pour les abonnements pour la puissance juste supérieure (6kVA) qui forme une bonne partie des abonnements des particuliers ne se chauffant pas à l’électricité: ils passent de 54,48 euros à 67, 47 euros, soit 24% de hausse. On est très loin de l’esprit de la charte de service public signé en 2005 entre l’Etat et EDF qui stipulait que les prix ne devaient pas dépasser l’inflation. Mais le gouvernement ne semble guère se setnir tenu par la signature de l’Etat.

Les petits consommateurs vont payer pour les gros

Dans son avis sur cette réforme tarifaire, la CRE d’ailleurs ne le cache pas. «Les tarifs bleus résidentiels de petites puissances (3 et 6 kVA) connaissent des augmentations de facture d’autant plus élevées que la consommation du site est faible(plus de 10 % sur des consommations inférieures à 1 000 kWh)», reconnaît-elle. En revanche, remarque-t-elle, «la facture baisse d’autant plus que la consommation s’élève». De fait, les abonnements de base pour des puissances élevées diminuent de 15%, quand le prix de kWh pour ces catégories augmente à peine. En clair, le gouvernement a délibérément choisi de d’imposer les plus faibles, ceux qui consommaient le moins, particuliers comme petites entreprises, au profit des plus gros, dans un calcul parfaitement cynique, au mépris de la crise.

Selon les premières estimations de la CRE, cette réforme tarifaire pour les particuliers et les toutes petites unités professionnelles devrait se traduire par une baisse allant jusqu’à 15% pour 22% des sites qui ont souscrit à de tels abonnements. Pour les 78% restants, la hausse serait de l’ordre de 2 à 15% – une grande majorité étant entre 2 et 6% –, ce qui représente un surcoût annuel de 20 à plus de 60 euros. Au total, 3 millions de sites pourraient subir des augmentations supérieures à 10% et 1,5 million au-delà de 15%.

Le même mouvement se confirme pour les tarifs industriels: les petits vont payer pour les gros, comme le confirme l’avis de la CRE. «Les baisses de facture les plus importantes sont concentrées sur les sites ayant de fortes consommations. Les hausses de facture les plus importantes concernent essentiellement les clients à faible consommation.» Manifestement, le gouvernement et en particulier le ministère de l’écologie qui a supervisé tout le processus tarifaire, n’a pas vu de contradiction entre ce dispositif et le Grenelle de l’environnement. Le thème des économies d’énergie reste pour les estrades publiques.

Mais ce n’est pas la seule aberration du système. Alors que EDF est désormais importateur net d’électricité, connaît de grandes difficultés à fournir l’ensemble du réseau en périodes de pointe en hiver, il a décidé de revoir sa politique sur les tarifs dit d’effacement (EJP). Lors de période de pointe, certains gros consommateurs acceptent de ne plus utiliser d’électricité – de s’effacer du réseau – en contrepartie, ils disposent de prix privilégiés le reste du temps. EDF semble juger aujourd’hui que ce système lui est préjudiciable: les tarifs EJP vont donc augmenter de plus de 6% afin de dissuader les nouveaux candidats. EDF explique qu’il lui fallait revoir ces tarifs qui nereflétaient pas la réalité des coûts de transport et de distribution. Mais cela ne change en rien, assure-t-il, sa politique pour les économies d’énergie.

Vers un démantèlement des tarifs régulés

Qui a imaginé ce nouveau système? Quel responsable politique l’a supervisé? Pour l’instant tout le monde se cache derrière la technicité de la question pour ne pas en revendiquer la responsabilité, en espérant que tout s’oublie. L’édifice qui se construit sous nos yeux, toutefois, est tout sauf innocent. Car c’est bien la fin des tarifs régulés qui sous-tend toute cette révision.

Il faut s’y préparer, soutient le gouvernement , en rappelant que les tarifs régulés sont prévus par la loi jusqu’en 2010. Mais contrairement à ce qu’il dit, le système régulé n’est pas interdit par la Commission européenne. L’Autorité de la concurrence le rappelle dans son avis très sévère sur la modification des tarifs. «Quinze pays de la communauté appliquaient des tarifs réglementés pour la vente de l’électricité au 1er juillet 2009», insiste-t-elle. Certains, poursuit-elle, ont annoncé des aménagements comme l’Espagne. Mais ce dernier pays a choisi de les remettre en cause pour les industriels et de le conserver pour les particuliers.

Le gouvernement français, lui, semble privilégier la voie inverse. Les modes de calcul qu’il met en place paraissent en tout cas l’indiquer. Comme le remarque l’Autorité de la concurrence, la péréquation est désormais en voie d’implosion. Edf n’a plus l’obligation de couvrir ses coûts dans son ensemble mais pour chaque catégorie tarifaire. Celles-ci sont désignées par arrêté ministériel, sans que l’on sache quels coûts lui sont rapportés. Tout est fait dans l’opacité, dépendant de l’arbitraire étatique ou de la technostructure. «Une telle solution n’est pas satisfaisante, car elle ne répond pas à l’objectif de transparence assigné au texte et prive les consommateurs de sécurité juridique», note-t-elle.

Ces remarques n’ont pas été entendues. Le gouvernement a désormais les mains libres pour organiser le marché de l’électricité comme il l’entend. Les appétits privés qui lorgnent sur la rente nucléaire que se sont constitués les Français depuis les années 1970 vont pouvoir intensifier leurs pressions. Ils ont toutes les chances d’être satisfaits.

URL source: http://www.mediapart.fr/journal/economie/140809/edf-le-mensonge-de-l-augmentation

Liens:
[1] http://www.mediapart.fr/files/jo._pdf.pdf
[2] http://www.mediapart.fr/files/09810AvisTarifsVenteElectricite1.pdf

 

Publié dans Democratie, Elles et ils chantent la Liberte, Faits et méfaits du sarkozysme, Intelligences collectives socialistes, International, Local, LOGEMENT, Municipales 2008 Saint-Denis, Politique, Ségolène Présidente en 2012, Société | Pas de Commentaires »

ENERGIE LIBRE /L’homme cherche depuis toujours à s’affranchir des travaux pénibles.Il invente des machines, propose des systèmes,

Posté par goalexandre le 7 juin 2009

 

energie libre
 

 

 

http://www.facebook.com/groups/edit.php?success=1&customize&gid=103355391384#/group.php?gid=103355391384

 

http://www.magnetosynergie.com/Pages-Fr/Participez/FR-Participez-01.htm

 

Participez à la quête !energie libre

L’union fait la force !

 

Ce site est aussi le vôtre -:- un lien entre chercheurs

    rouevincianergie.gif

    Vous pouvez participer à cette quête de l’énergie libre et joindre à la nôtre votre volonté de sortirPour que la Terre tourne rond rapidement de l’état de crise énergétique dans lequel des choix désastreux nous ont plongé.

    Participez à cette recherche en présentant votre travail, vos réalisations, vos avancées, vos réussites et vos échecs. Savoir ce qui ne fonctionne pas sera aussi utile aux autres chercheurs en leur évitant de perdre du temps. Nous présenterons vos travaux au public via notre rubrique [Présentez vos recherches]. De trop nombreux chercheurs ont déjà emporté leurs secrets dans leur tombe, perdus à tout jamais pour l’humanité.

    Le secret et l’ambition de s’enrichir n’ont jamais servi la recherche de l’énergie libre. La situation énergétique actuelle attend votre résolution à s’impliquer comme citoyen planétaire. C’est urgent !

     

    Les formes de participation proposées :

  • Intellectuelle : mettez vos compétences techniques au service de l’énergie libre
  • Manuelle : vos talents manuels sont précieux pour la recherche
  • Achat de matériel : Utilisez les liens vers nos fournisseurs affiliés
  • Générosité : vous pouvez aider cette recherche par le don, quelle qu’en soit la forme

 

    • Présentez vos recherches dans notre rubrique [Présentez vos recherches]
    • Enrichissez en complétant ce site de vos connaissances (si vous pensez qu’un sujet doit être développé ou qu’il manque des informations importantes, les critiques et propositions constructives sont bienvenues)
    • Conseil, ingénierie, assistance technique, programmation, etc…
    • Calculs en électronique, magnétisme, électromagnétisme, mécanique, chimie
    • Traductions : de textes, de brevets, de ce site, etc…
    • Travaux mécaniques d’atelier : tournage, fraisage, usinages divers
    • Montage, câblage, bobinage
    • Réalisation de circuits imprimés
    • De commander votre matériel auprès de fournisseurs sérieux que nous avons testés
    • D’obtenir des prix publics attractifs, pour les particuliers ou les entreprises
    • D’assurer la pérennité de ce site et d’aider cette recherche par un feedback commercial
  • Intellectuelle : partagez vos connaissances techniques (contactez-nous)

     

    Manuelle : le futur est entre vos mains (contactez-nous)

     

    Achat de matériel : dans la rubrique [Où trouver le matériel] suivre les liens vers nos fournisseurs

                                         affiliés pour faire vos achats vous permettra :

 

Générosité : les dons possibles (pour les modalités de transport, contactez-nous par eMail)

  • Matériel de construction
    • Aimants en tous genres : ferrite, néodyme, terres rares
    • Éléments de transmission : roulements à billes, arbres et axes en acier ou aluminium
    • Visserie : acier, inox, laiton, alliage, nylon
    • Composants électroniques
    • Électromécanique : fil de cuivre, alternateurs, moteurs, électroaimants, relais, bobinages
  • Matières premières
    • Métaux : acier, acier doux, inox, limaille de fer, aluminium, cuivre, laiton, alliage, mumétal, bismuth, mercure
    • Isolants : nylon, PVC, bakélite, plexiglas, celeron, téflon, delrin, polycarbonate, etc…
  • Outillage neuf ou d’occasion (en état de fonctionner)
    • Appareils de mesure électroniques et électriques : multimètre, oscilloscope, alimentation
    • Appareils de mesure magnétiques : Teslamètre, détecteur de pôles et de champs
    • Appareils de mesure mécanique : couplemètre, micromètre, comparateur, pied à coulisse, balance de précision
    • Usinage métal : tour et fraiseuse (de table de préférence) ainsi que leur outillage
    • Usinage bois : tour, scies circulaire, à ruban, à chantourner, dégauchisseuse, toupie, etc…
    • Petit outillage d’atelier pour métal et bois : perceuse de table, forets, tarauds, etc…
  • Monétaires
    • Par chèque : contactez-nous par eMail
    • Virement Paypal (sécurisé) : si vous avez un compte

 

http://www.magnetosynergie.com/Pages-Fr/But/FR-But-1.htm

 

Gaïa, la planète bleue

Gaïa, notre belle planète bleue est le berceau de l’humanité.

Dans son périple annuel autour de l’astre solaire, notre vaisseau céleste nous emporte à la vitesse de 30 km par seconde depuis plus de 4 milliards d’années. Depuis plus de 3 milliards d’années, notre Terre nourrit et protège une vie florissante. Plusieurs millions d’espèces y cohabitent, dont les humains depuis seulement quelques centaines de milliers d’années.

Si l’être humain est doué d’intelligence, la raison n’est sans doute pas son point fort. Depuis une centaine d’années nous pillons sans vergogne les ressources de notre mère la Terre. Notre option pour une ère industrielle aux besoins en matières premières et en ressources énergétiques sans limite nous a déjà conduit à déstabiliser l’équilibre subtil de notre environnement.

Les éléments se déchaînent ici et là, le climat devient imprévisible, les calottes glacières fondent à vive allure et notre atmosphère deviendra irrespirable si nous n’y prenons pas garde. Cela devrait nous incliner à dresser un constat objectif et à prendre les mesures d’urgence qui s’imposent…

Et bien non… Ce spectacle déplorable continue. Nous voulons produire toujours plus et pour ce faire consommons toujours plus d’énergie. Les deux solutions que nous privilégions en ce début de XXIème siècle pour assouvir cette soif inextinguible sont les énergies fossiles et l’énergie nucléaire.

L’espèce humaine, après avoir longtemps utilisé les ressources terrestres renouvelables, les forêts et les plantes qui l’entoure, a fini par exploiter la richesse des sols, la lumière ancestrale (*) accumulée depuis la nuit des temps : le pétrole. Cette manne est en cours d’épuisement…

Quant à l’énergie nucléaire, la fission produit des radiations dangereuses pourJouer avec le monde... l’homme ainsi que des déchets hautement toxiques pour l’environnement avec lesquels une centaine de générations futures devront vivre. Les nouvelles technologies de fusion à l’étude, comme Iter, restent à éprouver et ne sont probablement pas exemptes de risques.

Que faire ? Modérer notre ardeur à consommer d’une manière effrénée et mettre en œuvre les multiples pistes ouvertes par les chercheurs en énergie libre. Certaines d’entre elles sont très prometteuses. Comme il est peu probable que les institutions officielles ou les multinationales se mobilisent pour investir dans un domaine dont le but final serait de proposer à tous une énergie libre et quasi gratuite, il est impératif que ceux qui le peuvent prennent en charge cette recherche et la diffusent au plus grand nombre.

Il est vraisemblable, comme vous le découvrirez à la lecture de l’histoire des [Précurseurs], que plusieurs de ces systèmes à énergie libre aient déjà été trouvés et réalisés. On ne leur a pas permis de Indépendance énergétique voir le grand jour et ce, pour d’évidentes raisons d’intérêts économiques : Certains monopoles ont plus avantage à polluer qu’à abandonner leurs profits exorbitants. Ce choix est le leur mais, pour les plus précoces pionniers de l’énergie libre, Internet n’existait pas…

 

 

 

L’homme cherche depuis toujours à s’affranchir des travaux pénibles.

Il invente des machines, propose des systèmes, énonce des principes, dans le but de dépenser moins d’énergie corporelle pour accomplir sans peine ses activités matérielles. Ces machines utilisentPerpetuum mobile animé essentiellement, pour démultiplier l’énergie humaine, des ressources puisées dans le sol de notre planète. Ces ressources s’épuisent et l’on n’exploite que depuis peu les énergies renouvelables, soleil, vent ou marémotrice, moins rentables à court terme…

Perpetuum mobile de Léonard De VinciLes premiers précurseurs, dans le sens le plus large du terme, sont oubliés dans les limbes du passé. Le peintre, sculpteur, architecte et ingénieur italien, Léonard De Vinci (1452-1519) nous a laissé l’étude d’un perpetuum mobile.

La physique nous démontre, avec le principe de conservation de l’énergie que nous aborderons au chapitre [Physique & dogmes], que ces mouvements perpétuels mécaniques étaient assurément voués à l’échec.

Depuis, des mécaniciens, horlogers, chimistes, électriciens, bricoleurs, ingénieurs, simples manuels ou diplômés des hautes écoles de leur temps, se sont essayés courageusement à concevoir les constructions les plus inventives avec pour objectif d’obtenir la surunité : c’est-à-dire produire plus d’énergie que le système n’en consomme.

Les voies sont multiples pour tenter d’atteindre ce but. Toutes doivent être explorées sérieusement. Ce site, quant à lui, s’intéresse principalement aux générateurs magnétiques. Avec les récents progrès de la technologie des aimants néodymes, le magnétisme nous semble aujourd’hui la piste la plus prometteuse pour obtenir cette surunité. Nous vous présenterons ici quelques uns de ces brillants chercheurs qui ont utilisé le magnétisme comme agent révélateur pour produire de l’énergie libre.

 

Publié dans Democratie, Elles et ils chantent la Liberte, Europe, Intelligences collectives socialistes, International, LOGEMENT, Politique, Société | Pas de Commentaires »

Pour la SCIC Poitou-Charentes Energies Renouvelables : REGIONS VILLES DE GAUCHE en avant pour l’emploi et moins de blas blas

Posté par goalexandre le 28 mai 2009

Lancement d’un Plan énergie solaire de la Région Poitou-charentes

25 février 2009 – 18:25

Pour la SCIC Poitou-Charentes Energies Renouvelables :   REGIONS VILLES DE GAUCHE  en avant pour l'emploi  et moins de blas blas  dans Democratie soleil

 

Pour tout savoir sur le plan photovoltaïque, voir ci-dessous

 

 

 dans Elles et ils chantent la Liberte

Pour voir l’interview d’Yves Cochet, député Vert, cliquez ici

 

 

 


 

puce8 dans EuropeQu’est-ce que le plan photovoltaïque régional ?


soleil dans Intelligences collectives socialistesLe plan photovoltaïque régional, adopté en janvier 2008, vise à accroître la production décentralisée d’énergie renouvelable, développer l’emploi et la filière photovoltaïque en région et atteindre les objectifs fixés par l’Union Européenne de 20% d’énergie renouvelable en 2020.

Pour la Région, cela se traduit par la mise en œuvre de centrales photovoltaïques sur tous les bâtiments publics qu’elle gère (93 lycées, Maison

de la Région) et par un accompagnement des collectivités (pour leurs bâtiments publics, les zones d’activité, etc.), des entreprises et des coopératives agricoles qui disposent de toitures favorables à l’implantation de centrales solaires. Enfin, compte-tenu des disponibilités foncières locales et dans le respect des conditions nécessaires pour garantir un réelle qualité environnementale des projets, plusieurs projets de centrales solaires au sol sont envisagés.
puce8 dans InternationalQuels sont ses objectifs ?

Les objectifs fixés pour 2012 sont de 73 GWh (giga watt heures) de production d’électricité solaire en Poitou-Charentes, soit une puissance installée de 65 MWc et plus de 600 000 m² de panneaux photovoltaïques, représentant plus de 400 millions d’euros d’investissements.

En effet, outre les projets en cours de réalisation, la Région prévoit l’installation de 150 000 m² de panneaux solaires sur son patrimoine, les dispositifs de soutien mis en place en direction des collectivités et des entreprises devraient permettre la mise en place de 100 000 m² complémentaires et les centrales au sol pourraient représenter 300 000 m².

Afin de réaliser ces objectifs ambitieux, la Région mobilise des outils de financement et des moyens d’intervention innovants pour faciliter le montage des projets en réduisant l’appel aux subventions et en mobilisant les capacités d’intervention des partenaires, notamment la Banque Européenne d’Investissement et les banques locales dans le cadre du prêt photovoltaïque régional.
puce8 dans Ségolène Présidente en 2012Pourquoi avoir choisi le photovoltaïque parmi les énergies renouvelables ?

La Région Poitou-Charentes disposait déjà d’une avance et d’un terrain favorable au développement de la production d’électricité photovoltaïque, il était donc naturel de valoriser pleinement ce potentiel pour atteindre 20% d’énergie renouvelable en 2020.

=> Avec 2250 à 2500 heures d’ensoleillement annuel et 1350 à 1500 kWh/m² d’irradiations annuelles, la Région jouit d’un ensoleillement proche de celui du Sud de la France.

La Région Poitou-Charentes dispose de deux fois plus de centrales photovoltaïques par habitant que la moyenne française : les centrales déjà installées ont une puissance cumulée de production électrique de 2,54 MWc à fin 2007, représentant 5,6% de la puissance installée totale au niveau national, pour 2,8% de la population française seulement.

Par ailleurs, le plan photovoltaïque s’inscrit dans la politique régionale d’excellence environnementale qui se traduit par la mise en œuvre, depuis 2005, du Plan Climat Régional et du Plan Après Pétrole. Plus de 700 millions d’euros ont ainsi été investis depuis 2004 pour la réduction des émissions de gaz à effet de serre dans le but d’atteindre les objectifs fixés par le protocole de Kyoto et par l’Union Europénne.
puce8 dans SociétéEn quoi ce plan est-il une première en Europe ?

C’est la première fois qu’une telle synergie de moyens est mise en œuvre pour atteindre un objectif territorial de production d’électricité solaire photovoltaïque, en mobilisant des outils d’intervention avec un effet de levier important.

Avec 400 millions d’euros d’investissements sur le territoire régional, il s’agit également d’un plan ambitieux et novateur par l’ampleur des engagements financiers prévus.

Enfin, c’est la première fois que la Banque Européenne d’Investissement finance un plan porté par une Région avec un partenaire bancaire.
puce8A quoi vont servir  les 200 millions d’euros de la B.E.I. ?

Cette enveloppe va servir, sous forme de prêts proposés à des taux attractifs, de financer tous les projets de centrales photovoltaïques(1) en Poitou-Charentes portés par les entreprises, les associations, les collectivités territoriales et les organismes publics.

Concrètement, ces prêts seront proposés en région par les agences du Crédit Agricole de Touraine et du Poitou, de Charente-Maritime Deux-Sèvres et de Charente-Périgord, qui ont été retenues, aux côtés de Crédit Agricole Leasing, pour mettre en œuvre et cofinancer le plan photovoltaïque régional à hauteur de 200 millions d’euros complémentaires. La Région Poitou-Charentes garantira jusqu’à 25% de leur montant les prêts accordés afin d’en améliorer encore davantage les conditions financières.

(1) : D’une puissance supérieure à 15 kWc
puce8A quels taux les prêts seront-ils proposés ?

Les taux d’intérêt seront fixés dans la convention de prêt signée par la Banque Européenne d’Investissement et le Crédit Agricole.

En tout état de cause, l’intervention de la Banque Européenne d’Investissement permet un des meilleurs taux au monde du fait de la bonne tenue de l’euro et du fait du fonctionnement de la B.E.I. qui a été créée en 1958 par le Traité de Rome en tant qu’institution de financement à long terme de l’Union Européenne, avec la mission de contribuer à l’intégration, au développement équilibré et à la cohésion économique et sociale des États membres de l’UE.

Le Crédit Agricole a été retenu au terme d’une procédure d’appel à projets lancée par la Région Poitou-Charentes pour la gestion de la ligne de crédit de 200 M€ sollicitée auprès de la B.E.I pour le financement de son plan photovoltaïque.

Afin de réduire le risque financier porté par le Crédit Agricole, la Région garantira jusqu’à 25% de leur montant les prêts accordés de façon à améliorer encore les taux d’intérêt proposés.

Les taux d’intérêt par catégorie seront présentés le 27 février 2009, à l’occasion de la signature du partenariat B.E.I., Région, Crédit Agricole.
puce8Quelles sont les autres aides proposées par la Région ?

La Région Poitou-Charentes a déployé un ensemble de dispositifs complémentaires pour favoriser le développement du photovoltaïque.

Outre le partenariat avec la Banque Européenne d’Investissement et le Crédit Agricole pour le financement du plan photovoltaïque régional avec 400 millions d’euros de liquidités sur la période 2009-2012, la Région mobilise les outils d’intervention suivants :

Depuis plusieurs années, la Région soutient, dans le cadre du Fonds Régional d’Excellence Environnementale, les projets de centrales photovoltaïques avec des aides directes à l’investissement sous forme de subventions. En 2009, un budget de 10 millions d’euros a été prévu à cet effet en mobilisant les fonds européens (FEDER). Cette enveloppe permettra de soutenir le développement de centrales photovoltaïques réalisées par des collectivités, des associations ou des entreprises jusqu’à une puissance de 250 kWc avec des aides pouvant atteindre 2 €/ Wc. En parallèle, la Région soutient également les installations photovoltaïques réalisées par les particuliers sur leur résidence principale.

La Région est à l’initiative, aux côtés d’EDF et de la Caisse des Dépôts et Consignations, de la création de la Société Coopérative d’Intérêt Collectif Poitou-Charentes Energies Renouvelables qui réalise et exploite des centrales photovoltaïques sur le patrimoine des collectivités ou des entreprises. La Caisse d’Epargne, le Crédit Mutuel et Dexia sont également associées dans cette société qui investira 13 millions d’euros sur 5 ans pour développement du photovoltaïque.

La Région a engagé la mise en place de centrales photovoltaïques dans tous les lycées qu’elle gère (soit plus de 90 établissements).

La Région lance un appel à projets en direction des industriels pour l’implantation d’unités de production de panneaux photovoltaïques sur son territoire.
puce8Est-ce que la Région a prévu un accompagnement pour les collectivités ou les entreprises qui n’ont pas d’expérience ou peu de moyens pour développer des centrales photovoltaïques ?

C’est précisément la mission de la S.CI.C. Poitou-Charentes Energies Renouvelables. En effet, en occupant par le biais de contrats de location les toitures des bâtiments concernés, elle permet la réalisation de centrales photovoltaïques sur le patrimoine de collectivités et d’entreprises sans que ces dernières aient à prendre en charge les investissements. De plus, elle les accompagne de manière à ce que ces structures puissent acquérir les compétences nécessaires à la réalisation de leurs futurs projets dans le secteur de l’électricité solaire.
puce8Le plan photovoltaïque va t-il entraîner des dépenses supplémentaires pour la Région ?

Le plan photovoltaïque régional ne viendra pas pénaliser la capacité d’investissement de la Région car celle-ci mobilise des outils d’intervention innovants permettant d’optimiser la capacité d’intervention des partenaires pour un meilleur effet de levier.
Le partenariat avec la BEI et le Crédit Agricole l’illustre bien. Plutôt que d’augmenter les dépenses de la Région, ce plan de financement permet de réaliser les travaux à coût quasi-nul pour le contribuable.

C’est aussi la raison pour laquelle la Région a décidé de lancer un appel à candidatures portant sur la valorisation du domaine public régional afin que les opérateurs de la filière photovoltaïque puissent occuper les toitures des lycées afin d’y réaliser et exploiter des centrales photovoltaïques. Cette opération est rendue possible par la délivrance d’autorisations d’occupation temporaires pour une durée de 20 ans. Les premiers projets ainsi réalisés verront le jour en 2009 dans les lycées Paul Guérin de Niort (79),  Sillac d’Angoulême (16) et Xavier Bernard de Rouillé (86).
puce8Quel est l’effet économique attendu sur le territoire ?

Avec plus de 400 millions d’euros d’investissements, le plan photovoltaïque régional va générer la création de 1000 emplois directs d’ici 2012, sur toute la filière depuis la production des panneaux jusqu’à leur installation et à la maintenance des centrales.

La Région a d’ailleurs lancé un appel à projets en direction des acteurs de la filière afin d’encourager l’implantation d’unités de production de panneaux photovoltaïques sur son territoire afin de constituer une filière d’approvisionnement locale permettant de réduire l’impact environnemental des transports et d’améliorer la qualité de service. Une enveloppe spéciale de 1 million d’euros a d’ores et déjà été réservée pour accompagner le financement des projets qui verront le jour.
puce8Concrètement, à partir de quand le prêt photovoltaïque va t’il fonctionner ?

Le prêt photovoltaïque régional sera opérationnel dès la signature de la convention entre la BEI, la Région et le Crédit Agricole prévue le 27 février 2009. Les autres dispositifs du plan photovoltaïque régional sont déjà opérationnels.
puce8Où s’adresser pour obtenir des informations sur les outils mobilisés par la Région?

Pour  les aides à l’investissement (Fonds Régional d’Excellence Environnementale) :
Service Energie de la Région Poitou-Charentes
Tel : 05 49 38 47 43

Pour la SCIC Poitou-Charentes Energies Renouvelables :
Tél : 05 49 50 77 25

Pour installer des projets de centrales en toiture des lycées :
Direction de l’Education de la Région Poitou-Charentes, Service Programmation / Energies-Environnement / Maîtrise d’Oeuvre
Tel : 05 49 55 81 07

Pour installer un établissement industriel ou tertiaire dans le domaine photovoltaïque ou des énergies renouvelables :
Direction de l’Economie de la Région Poitou-Charentes
Tél. : 05-49-38-47-61

Pour le prêt photovoltaïque mis en place avec la BEI et le Crédit Agricole :
Caisse Régionale du Crédit Agricole de la Touraine et du Poitou :
Tel : 05 49 42 33 33

Caisse Régionale du Crédit Agricole Charente Périgord :
Tel : 05 45 20 45 20

Caisse Régionale du Crédit Agricole Charente Maritime Deux-Sèvres :
Tel : 05 46 98 50 17

http://www.poitou-charentes.fr/

Publié dans Democratie, Elles et ils chantent la Liberte, Europe, Intelligences collectives socialistes, International, Politique, Ségolène Présidente en 2012, Société | Pas de Commentaires »

123
 

Yüzyıla Ağıt |
St Maximin la Ste Baume que... |
inspecteurjjc |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Erratum
| Pascal-Eric LALMY
| Association pour une Meille...