• Accueil
  • > Recherche : langres freudenberg

Résultats de votre recherche

L’ANNEE 2008 CATASTROPHIQUE POUR LES SALARIES : ETAT DES LIEUX AU 31/12/2008

Posté par goalexandre le 1 janvier 2009

3ke7bis.jpg

 

L’ANNEE 2008 CATASTROPHIQUE POUR LES SALARIES : ETAT DES LIEUX AU 31/12/2008

SUPPRESSIONS DE POSTES, DEPOTS DE BILAN, CHÔMAGE TOTAL OU PARTIEL … VOICI L’ETAT ACTUEL

(Source Mediapart)


HEWLETT-PACKARD : 580 postes

ADECCO : 600 emplois.

L’EXPRESS (Paris) : 50 départs volontaires

ALICE (Paris) : 330 à 350 postes.

PRISMA (Paris) : 40 départs

MILAN PRESSE (Toulouse) : 32 suppressions de postes

LA REDOUTE (Roubaix) : 672 licenciements dont 151 au siège

CAMIF (Niort) : 980 emplois

VALEO : 1600 postes en France

FORD (Blanquefort) : 1600 salariés menacés (Actualisation 21/11 : deux repreneurs discutent avec Ford en vue de la reprise du site. / Actualisation 22/12 : l’Allemand Johann Hay aurait été choisi. Reste à connaître le nombre de salariés repris.

PSA (Rennes) : 1150 emplois supprimés

RENAULT (Guyancourt) :1000 postes de prestataires

TYCO (Pontoise) : 620 emplois

FAURECIA (Brières) : 415 emplois supprimés

RANGER (Theillay) :  80 emplois supprimés

CONTINENTAL AUTORADIOS (Rambouillet) : 400 emplois délocalisés / Actualisation Après l’annonce début septembre d’un plan de restructuration sur l’usine de Rambouillet (Yvelines), Continental Autoradios a décidé de délocaliser  sa production vers la Roumanie en 2009. Source : L’Usine Nouvelle.

FABRIS (Châtellerault) : 372 emplois menacés
 (Amiens) : fermeture programmée? Cette usine de compteurs automobiles licencie une première tranche de 60 ouvrières dès le 23 novembre. Mais à brève échéance, c’est la suppression des 145 emplois qui est programmée. (Lutte ouvrière)

MOLEX (Villemur-sur-Tarn) 300 postes dont 275 CDI. Source : La Dépêche. 

JOHNSON CONTROLS (Gd Quevilly) : 280 salariés

NXP (Caen) : 280 postes en moins La direction de NXP France a présenté le 29 septembre son plan social final. 280 postes (sur 300) seront supprimés dans l’usine de circuits intégrés mise en vente au début du mois. Source : L’Usine Nouvelle.

KLARIUS (Dreux) : 238 postes en moins Le fabricant de pots d’échappement a été placé en liquidation judiciaire. Source : La Nouvelle République de Centre

BARRE-THOMAS (Rennes) : 248 emplois supprimés L’équipementier automobile SPBT (Société de polymères de la Barre-Thomas, 1300 salariés) à Rennes, en Ille-et-Vilaine, a annoncé un plan de départs volontaires : une centaine de salariés sont concerné. La SPBT travaille à 85% pour PSA Rennes. (L’Usine Nouvelle) Actualisation 15/12 : 248 emplois seront finalement supprimés a décidé la direction : les commandes ne cessent de chuter.

PLASTIC OMNIUM (St Romain) : 219 emplois supprimés Les rumeurs couraient depuis plusieurs semaines. Plastic Omnium, qui fabrique des pare-chocs pour Renault, va fermer son usine dès juin prochain. La production sera transférée ailleurs en France. Seuls 30 postes seront conservés dans la région.

LAJOUS (Compiègne) : 180 Postes supprimés

LEAR (Offranville) : 150 salariés sur le carreau

VERNICOLOR (Arbent) : 96 emplois Actualisation 12/12 : L’administrateur judicaire envisage la suppression de 96 postes soit près de la moitié des effectifs. Vernicolor a vu son chiffre d’affaires moyen quotidien fondre de 70 000 euros à 20 000 euros en l’espace de deux mois ! Les salariés ont un jour de chômage partiel par semaine et l’entreprise va fermer ses portes du 19 décembre au 5 janvier.

SOTIRA (Pouancé) : 80 postes supprimés des 276 emplois seront supprimés. (CarFree)

TREVES PTPM (Ay) : 40 postes supprimés

TREVES CERA (Reims et Paris) : 145 postes supprimés à Paris et Reims

TREVES MATT (Montcornet) : 40 postes supprimés

TREVES MPAP (Ploërmel) : de 38 à 53 postes supprimés /chômage partiel en décembre (du 12 décembre au soir au 6 janvier au matin).Sources : Ouest-France et Les Echos

TREVES SODIMATEX (Crépy) : 14 emplois supprimés

HARMAN BECKER (Château-de-Loir) : 134 licenciements

RIETER (Rémy) : 135 suppressions d’emploi

KPI (Rochefort) : 139 emplois supprimés

MAHLE (Persan) : 132 postes en moins dès la fin de l’année

FAURECIA (Flers) : 271 emplois supprimés Les trois usines flériennes de l’équipementier (1650 salariés) automobile Faurecia vont subir du chômage partiel en décembre. (Ouest-France/MaVille.com) Actualisation 27/11 : entre une semaine à un mois de fermeture entre décembre et janvier. (La Tribune) Actualisation 11/12 : 271 emplois sont supprimés à Flers, dans le cadre d’un vaste plan social de 1215 personnes (Ouest-France)

FAURECIA (Redon) : 265 emplois. Les 130 salariés de l’usine Faurecia-Siebret de Redon sont au chômage technique entre le 3 décembre et le 7 janvier. Actualisation 11/12 : 265 emplois seront supprimés, dans le cadre d’un vaste plan social (Ouest-France)

FAURECIA (Sandouville): 130 postes supprimés

WESTAFLEX (Roubaix) : 130 licenciements INFO D’UN INTERNAUTE : Un salarié de Wastaflex qui tient à garder l’anonymat nous indique que 130 employés de ce sous-traitant auto seront licenciés en janvier.

EMT (Caudebec) : 120 postes supprimés

COOPER STANDARD (Vitré) : 116 licenciements

KEY PLASTICS (Voujeaucourt) : 114 licenciements.

FRUEHAUF (Auxerre) : 104 emplois supprimés.

LOHR (Duppigheim) : au moins 100 licenciements

DUPONT (Le Mans) : 110 emplois menacés

SKF (Saint-Cyr) : une centaine d’emplois menacés Les intérimaires (200) n’ont pas été renouvelés.

JTEKT (Dijon) : plusieurs dizaines d’emplois

JTEKT (St-Etienne) : des dizaines d’emplois menacés

MCA (Maubeuge) : 91 postes en moins, 25 jours d’arrêt

EUROCEL (Dives-sur-Mer) : 80 postes

MAHLE (Colmar) : 69 postes supprimés

AB (Limay) : 64 emplois supprimés . AB industries, équipementier automobile, a fermé. 64 salariés sont sans emploi. Source : Le Parisien

INERGY (Aulnay) : fermeture de l’usine

INERGY (Nucourt) : l’usine va fermer

GEVELOT (Laval) : 17 + 30 emplois supprimés  Le sous-traitant va supprimer 17 postes à Laval et fermer son usine entre le 12 décembre et le 5 janvier. Les 30 intérimaires ont été remerciés. Ailleurs en France, Gevelot supprime 30 postes. (Ouest-France)

LAPRADE (Arudy) : 26 emplois sur la sellette Actualisation 10/12 : Laprade a finalement été placé en redressement judiciaire. Source : L’Usine Nouvelle

FONDERIE GM (Ponts-de-Cé) : 20 emplois

FONDERIE LORRAINE (Grosbliederstroff), 19 licenciements

PERFORMANCE FIBERS (Longlaville) : 7 salariés L’usine fabrique des fils synthétiques, principalement pour l’automobile. Sept salariés ont déjà été licenciés. Les syndicats craignent un «plan social déguisé». Source : Le Républicain Lorrain.

PLASTIGRAY (Gray) : 9 licenciements

WAGON (St Pierre de Varengeville) : usine délocalisée. Ce sous-traitant automobile (235 salariés) va être mis en vente et la production délocalisée. La direction affirme que seuls les intérimaires feront les frais de cette vente. Source : L’Usine Nouvelle.

SEALYNX (Villiers-La-Montagne) : 7 licenciements, arrêts de production Les 77 salariés de ce sous-traitant automobile ont appris début septembre le licenciement de sept d’entre eux. Des rumeurs de délocalisation en Roumanie et en Tunisie circulent dans le groupe. Sources : Le Républicain Lorrain & L’Usine Nouvelle

MOTEURS BAUDOUIN (Cassis) : 123 salariés menacés

YACHT INDUSTRIES (Mondeville) : 51 salariés inquiets

NEXITY : 500 licenciements

PLYROSOL (Lisieux) : 470 emplois menacés

CELEOS (Saint-Brieuc) : 247 suppression d’emplois.

KAUFMAN & BROAD : 165 licenciements

CHAFFOTEAUX (St-Brieuc) : 125 départs volontaires

CARRERE (Toulouse) : 70 licenciés Groupe Carrere (promoteur immobilier), vient de boucler un plan social pour supprimer 60% de ses effectifs. 39 licenciés sur 67 personnes sont supprimés dans l’activité promotion immobilière, 31 (sur 55) au holding Carrere. Info signalée par un internaute

PIERA (Gap) : 70 licenciements

MATHE (Le Vanneau) : 35 emplois

SOBREBAT (Brest) : 65 salariés licenciés Placée en redressement judiciaire au début du mois de septembre, cette entreprise n’a pu être sauvée. 65 des 114 salariés ont été licenciés. (Le Télégramme)

FFMT (Le Fossat) : 12 licenciements

SOPROFENE (Champagney), 10 licenciements

SUM TECH (Charleville-Mézières) : 9 licenciements.

THEALEC (Rosheim) : 7 licenciements

TIXIT (Haguenau) : redressement, mais pas encore de licenciements

BNP (Paris & Londres): 800 postes

CALYON (Crédit agricole), 250 emplois

KRONENBOURG (Strasbourg) :  214 suppressions d’emplois

AMORA MAILLE (Dijon) : 265 emplois supprimés

DANDY (Pontivy) : 238 licenciements L’usine de découpe de volailles a fermé ses portes le 15 septembre. Les salariés n’ont rien obtenu. Source : Ouest-France.

FROMAGERIE RENARD (Flogny) : fermeture, 200 postes menacés

DELICES DE NINON (Malemort) : 102 emplois sacrifiés

BEGHIN SAY (Nantes) : l’usine ferme en 2009

Une usine de viande (Maxéville) : 36 licenciements ( Le 10 octobre, une usine de viande de Maxéville a fermé. 36 salariés sont licenciés). Source : L’Est Républicain.

VALSPAR (Nantes) : 30 postes supprimés

SALAISONS GUEGUEN : 19 licenciements Deux tiers des 30 salariés vont être licenciés. Le plan de sauvegarde de l’emploi prévoit moins de… 3000 euros pour chacun, en guise d’indemnisation. Source : MaVille.com

SAUPIQUET (St-Avé) : 40% de la production délocalisée Mauvaise nouvelle pour les 99 salariés de l’usine Saupiquet de Saint-Avé. La direction envisage de transférer l’une des trois lignes de production de salades à base de thon en Italie. Elle représente 40% de la production. Pour l’heure, la direction n’annonce pas de plan social et n’envisage pas de fermeture du site qui a déjà perdu 100 salariés depuis 2003. Mais les syndicats craignent des sureffectifs. (Ouest-France)

ABATTOIR DE BELLEBRUNE, 18 salariés bientôt sans emploi

ALPLAST (Ste Marie aux Mines) : 108 licenciements

LEPETIT (Saint-Maclou) : fermeture de l’usine historique Les salariés seront reclassés. Source : Le Monde 

Selon un lecteur de Mediapart, 250 emplois pourraient être supprimés dès janvier et les 250 autres supprimés début 2010. Nous n’avons pas pu joindre la direction pour confirmation ce 26/11. Actualisation 29/12 : La décision est tombée. Tout le monde sera licencié en 2010. (Usine Nouvelle)

SLTR ROGES (Voglans) : 225 emplois supprimés

LAMBERET (St-Cyr) : 149 postes à St-Cyr

 … et à Sarreguemines

PALFINGER (Caussade) : 60 emplois  Le leader mondial du bras de levage a licencié 8 en CDI. 7 CDD n’ont pas été renouvelés. Les 45 intérimaires ont vu leurs contrats arrêtés. (La Dépêche)

EBREX (Pagny) : 51 licenciements

MANITOU (Ancenis) : plan social en vue

TMT (Montauban) : 12 licenciements

MOUVEX (Auxerre) : 7 licenciements et une vingtaine d’intérimaires ne seront pas reconduits

HYMER (Cernay) : 12 licenciements

SANOFI-AVENTIS, 800 postes + 110 Le groupe a annoncé un « projet de réorganisation » qui entraîne la suppression de plus de 800 postes de visiteurs médicaux en France, et 110 au siège, à Paris.

MBO France (Boulogne) : liquidation judiciaire, 1100 emplois sur la sellette

ASTRA ZENECA, Dunkerque, entre 95 et 400 suppressions d’emplois

BMS (Epernon) : 220 emplois sur la sellette

BMS (Meymac) : 160 emplois supprimés

RAFLATAC (Pompey) : plan social en vue L’usine Raflatac (groupe UPM289 salariés) est bénéficiaire (10 millions d’euros en 2007). Mais la direction a annoncé le 13/11 la fermeture d’une ligne de production entraînant la suppression d’une centaine d’emplois sur les 288 actuels. La direction explique les surcapacités par la crise économique. Les syndicats pensent qu’i s’agit surtout d’un transfert d’activité vers l’usine polonaise du groupe. Source : L’Usine Nouvelle.

MATUSSIERE & FOREST (Voreppe) : 450 emplois supprimés

MATUSSIERE & FOREST (Saint-Girons) : 160 emplois sur la sellette

MATUSSIERE & FOREST (Turkheim) : 183 licenciés Les 183 salariés du papetier Meylan 50 en liquidation judiciaire ont obtenu 4400 euros d’indemnisation. Le 30 septembre, les personnels avaient retenu le liquidateur judiciaire pour protester contre ses propositions. Des pistes de reprises sont à l’étude.

PAPETERIE CASCADES (Blendecques) 100 emplois supprimés

GASCOGNE SOPAL (Givet), 50 emplois supprimés

BONNETERIE CEVENOLE (Guilherand) : 108 licenciements

DMC (Saint-Amarin), 88 emplois supprimés Actualisation 29/11 : Entre 120 et 150 des 399 salariés de DMC SA (Mulhouse, Illzach) pourraient être licenciés d’ici la fin de l’année, sitôt l’annonce du repreneur faite, craignent les syndicats (L’Alsace) 

DIM (Autun) : 83 emplois délocalisés en Roumanie

HASLEY (Fougères) : 80 emplois Le fabricant de chaussures a été liquidé. Les salariés ont reçu leurs lettres de licenciement mi-décembre. L’année 2008 a été fatale, malgré des délocalisations. Les productions ont beaucoup chuté. (L’Usine Nouvelle)

SUITE PAGE 2

(Suite de la page 1)
Source Mediapart

CYMBELINE (Nemours) : 10 postes délocalisés. Le numéro un mondial des robes de mariée va délocaliser un atelier de coupe en Asie qui emploie 10 couturières. Source : Le Parisien

ASTER (St Germain du Salembre): 11 licenciements

WITTENDAL (Roncq) : 9 licenciements

SPERIAN (Plancher-Bas) : reclassements

DEOUVELAERE (Lépanges) : 58 salariés

NOEL (Vitré) : 35  licenciements

FILATURE COSSERAT (Amiens), 20 salariés sur le carreau

SOPHIE HALLETTE (Caudry) : 9 licenciements envisagés.

LA CAUDRESIENNE (Caudry) : 5 licenciements

APEX (Darois) : 70 licenciements

LATECOERE (Toulouse) : 1000 emplois supprimés Le sous-traitant d’Airbus a annoncé 1000 suppressions d’emplois en France, sur un effectif de 2200. Source : La Dépêche.

FAMAT (Saint-Nazaire) : Plusieurs jours de chômage partiel fin octobre.

ARKEMA (Saint-Auban) : Le projet de réorganisation de la plate-forme de Saint-Auban (350 salariés) comprend le transfert de 130 postes et la disparition de 96 autres. (L’Usine Nouvelle)

ARKEMA (Jarrie) : licenciements Arkema, ex filiale chimie de Total, profiterait-il de la crise? Il a annoncé 247 emplois supprimés, dont 73 à Jarrie (L’Usine Nouvelle)

ARKEMA (Hasparren) : 37 emplois supprimés En revanche, 1 million d’euros sera investi et 12 emplois créés sur les trois autres sites français de l’activité Profilés d’Alphacan. A savoir : Chantonnay (Vendée), Sablé-sur-Sarthe (Sarthe) et Gaillac (Tarn). (L’Usine Nouvelle)

ARKEMA : 41 postes supprimés au service achat

SUN CHEMICAL (Brie-Comte-Robert) Le N°1 mondial d’encres et de pigments d’imprimerie fermera en janvier 2009 son usine francilienne. 46 emplois vont disparaître. Source : L’Usine Nouvelle.

FIRMENICH (Seillans) : plusieurs dizaines d’emplois L’usine de parfumerie centenaire de Seillans (groupe Firmenich, Suisse) va fermer en 2009. Elle travaille pour les plus grands noms de la parfumerie, Guerlain, Dior, Chanel. Certains CDD devraient ne pas être renouvelés, et les syndicalistes craignent des licenciements secs (aujourd’hui : 84 salariés) (Var-Matin)

3M (Pithiviers) : 110 emplois

HENKEL (Cosne-Cours/Loire) : 166 emplois

HENKEL (Châlons-en-Champagne) : 62 postes supprimés Henkel ferme cette usine dans le cadre de son plan européen. Source: AFP

HENKEL (Villefrance/Saône) : 12 emplois supprimés

SONY (Pontonx) : 317 emplois en suspens

FREESCALE (Toulouse) : 170 emplois supprimés

NIPSON (Belfort) : 90 postes en moins Plus de la moitié des 178 salariés vont être licenciées. Une grande partie de l’activité va être délocalisée en Allemagne ou en Grande-Bretagne. Source : Les Echos.

NELTEC (Mirebeau) : 56 emplois supprimés Neltec (plaques de supports en résines pour les circuits imprimés) délocalise. 56 emplois sont supprimés. (L’Usine Nouvelle)

LIMOGES PHOTOGRAVURE : 56 salariés licenciés Actualisation 4/11 : 5 des salariés ont finalement repris l’entreprise. 36 des 56 salariés ont été réembauchés. Source : L’Usine Nouvelle

MOTOROLA (Rennes) : fermeture de l’usine? Motorola, qui va supprimer 3000 emplois dans le monde, pourrait fermer son site de Rennes, qui emploie 150 ingénieurs en 2009. Décision lors d’un CE en décembre. Source : L’Usine Nouvelle

PACE (Meylan) : 50 emplois supprimés Pace (décodeurs numériques, 50 salariés) ferme officiellement pour motif économique. Trente salariés ont déjà été licenciés, les autres le seront d’ici février. L’informatique part en Inde, l’électronique part à taiwan, le management part en angleterre… Info signalée par un internaute.

ZODIAC (Buhl) : 43 licenciements Zodiac European Pools subit la chute de la demande, mais aussi la concurrence asiatique et la fin de la mode des piscines enterrées. Le groupe a pour actionnaire le fonds américain Carlyle, mis à mal par la crise. Le groupe a supprimé 105 postes en France dont 43 à Buhl. Le site de Rochefort (Charente-Maritime) est aussi concerné. 

BATA (France) : 27 magasins fermés, 83 emplois supprimés dès 2009

CAUVAL (ameublement) : 3200 salariés dans l’attente

TEXAS INSTRUMENTS (Vill.-Loubet) : de 300 à 350 emplois supprimés

IMPRESS (Laon) : 173 licenciements L’usine spécialisée dans les aérosols va fermer. Les difficultés étaient anciennes, mais la crise a précipité l’annonce du plan social. Les premières lettres de licenciement seront envoyées fin décembre. L’usine a été occupée à la fin du mois d’octobre. Source : L’Ardennais.

DENTELLES NOYON (Calais) 140 emplois supprimés

BIJOUX GL (Ardèche) : 135 emplois menacés. Le groupe ardéchois Bijoux GL pourrait supprimer 100 postes dans ses usines de Saint-Martin-de-Valamas et du Cheylard Ardèche), qui emploient 720 personnes actuellement. Dans le cadre du même plan, 35 autres emplois devraient être supprimés dans l’usine de sa filiale SLAM qui emploie 75 salariés au Chambon-sur-Lignon (Haute-Loire). Les syndicats estiment que la direction veut ainsi privilégier son usine en Thaïlande. Source : L’Usine Nouvelle.

NICOSOFRA (Evry) : 114 licenciements secs

NICOSOFRA (Burnhaupt) : 38 salariés Les 38 salariés ont reçu leur lettre de licenciement le 20 septembre. Aucune indemnité ne leur sera accordée. Source : DNA

PROVEN (Villeneuve-Loubet) : 30 emplois supprimés

GARDY (Barentin) : 109 emplois supprimés en juin 2009. Filiale de Schneider Electric, Gardy (284 salariés, disjoncteurs et d’appareillages électriques) va se séparer de 109 collaborateurs à partir du mois de juin 2009. Motif de ces suppressions de postes : la délocalisation de certaines fabrications dans les pays de l’Est. Source : L’Usine Nouvelle.

OWEN (Gironcourt) : 104 emplois supprimés

DESHOULIERES (Chauvigny) : 82 emplois supprimés

NOVELIS (Rugles)  : 90 emplois supprimés

DESHOULIERES (Lamotte-Beuvron), 72 emplois

AKZO (Montataire) : 65 emplois en moins, délocalisation Akzo Nobel Nippon Paint, un groupe japonais(peintures pour métal), annonce le 25 novembre les détails d’un plan social qui prévoit 75 suppressions d’emplois et la délocalisation de la production vers l’Allemagne. Source : Le Parisien. 

LINDE GAS (Portet) : 60 emplois supprimés

FORGES DE SYAM : 37 emplois supprimés en 2009

TERGAL (Gauchy, Picardie)

SCIERIE NICOLE (Saint-Saëns) 21 emplois supprimés

HMS (Noyelles-Godault) 18 emplois supprimés

COVETEX (Neuville) : 18 emplois supprimés

HELVETICAST (Angers) 18 licenciements.

REXEL (Grand-Quevilly) : l’usine ferme L’usine Rexel de Grand-Quevilly en Seine-Maritime, appartenant au groupe éponyme leader mondial de la distribution de produits électriques, fermera ses portes mi-2 009. De source salariale, la direction n’ayant pu être jointe, des postes pourraient être proposés à certains des 77 salariés de l¹entreprise, soit à Dourges dans le Nord, soit à Orléans dans le Loiret, mais leur nombre n’est pas encore défini. (Usine Nouvelle)

SERERO (Plancher-Bas) : licenciements en vue En redressement judicaire depuis un an, la fonderie d’alliage léger Serero qui ne compte plus depuis les licenciements de la fin d’année dernière, que 52 salariés se trouve  confrontée à une forte baisse de commandes. Le mois de septembre a été catastrophique. Des licenciements vont être annoncés dans les semaines à venir. 

JABIL (Brest) : au moins 70 emplois supprimés Actualisation 10/12 : Jabil va finalement supprimer 110 emplois en 2009. La direction s’engage à ne pas fermer l’usine pendant deux mois.

GICEP (Courlaoux) : 70 licenciements Mis en redressement judiciaire, le groupe va licencier plus de 65% de ses 83 salariés jurassiens. Sur décision de justice, le groupe Gicep est démantelé. Le site de l’Hérault sera repris sans licenciement. Celui de Lunéville rayé de la carte. Source : France 3

NORZINCO (Anzin) : 34 emplois en moins

IPV (Villé) : 18 licenciements Injection plastique Villé (IPV) va licencier 18 personnes, environ un tiers de son effectif (DNA)

BASTOR (mécanique) : 9 licenciements Les salariés de Bastor (affûtage et mécanique de précision) ont reçu mardi 28 octobre leurs lettres de licenciement. Leur employeur est en panne de trésorerie. Source : L’Ardennais

CARROY (Vierzon) : 6 licenciements

SBFM (Caudan) : menaces de plan social La direction dément, mais les syndicats craignent un plan social dans cette fonderie. Le carnet de commandes se vide, les constructeurs automobiles n’assurent plus de commandes. Le personnel est en grève, la direction a été séquestrée. 550 emplois sont menacés. (Le Télégramme) Actualisation 26 novembre : La SBFM pourrait être placée en liquidation judiciaire. Le site sera fermé un mois à partir du 8 décembre. (Ouest-France) Actualisation 27 novembre : La SBFM a déposé le bilan (L’Usine Nouvelle)

SUITE PAGE 3

Suite de la page 2)
Source Médiapart

SERF (Caudan) : redressement judiciaire

AMIS (Guéret) : 10 jours chômés

ARCELORMITTAL (Dunkerque) Le haut-fourneau numéro 3 du site de Dunkerque (environ 5.000 salariés au total), sera arrêté d’ici la fin de l’année.

ARCELORMITTAL (Fos-sur-Mer) A Fos-sur-Mer (près de 3.400 salariés), un des deux hauts-fourneaux sera stoppé du 16 novembre au 31 janvier. A fin décembre, la production du site sera divisée par deux. Source : Le Point.

ARCELORMITTAL (Florange)

ARCELORMITTAL (Isbergues) : fermeture trois semaines en décembre L’usine va fermer du 15 décembre au 5 janvier. Elle a déjà fermé plus d’une semaine depuis octobre. Merci à Francis qui nous a signalé cette fermeture.

ARKEMA : 9 sites à l’arrêt total ou partiel  Sont concernés, en France : les sites de Balan (Ain), Saint-Fons (Rhône), Lavera, Fos-Sur-Mer et Marseille (Bouches-du-Rhône), Jarrie (Isère), Carling (Moselle), Mont (Hautes-Pyrénées), Serquigny (Eure)… Selon la direction, ces usines seront soient mises au ralenti, soit arrêtées en décembre pour une ou deux semaines. (AFP)

ARCELORMITTAL (Montataire) : fermeture forcée en décembre : L’usine (770 salariés) sera fermée entre fin décembre et le 5 janvier. Source : FMC Radio

AUMONT (Laillé) : 12 jours de chômage technique : Une douzaine de jours de chômage technique ont été annoncés aux 110 salariés. L’entreprise, filiale du leader mondial des chariots élévateurs, sera fermée du 5 décembre au 12 janvier. (Maville.com/Ouest-France)

AUTOCAST (Laval) : chômage technique : Chômage technique en octobre, novembre, décembre, et peut-être en février si la fonnderie qui travaille pour scania et Honeywall n’a pas de nouvelles commandes (Ouest-France)

AVON POLYMERES (Vannes) : jours chômés : Depuis septembre, les journées de chômage partiel se multiplient chez le sous-traitant automobile (durit) : cinq en septembre,sept en octobre, dix en novembre, et encore dix jours en décembre. (Maville.com/Pascal Kerdraon)

BOSCH (Venissieux) : 31 jours chômés : Bosch Diesel Systems

PNEUS BRIDGESTONE (Béthune) : 21 jours d’arrêt

BUISARD (Sablé-sur-Sarthe) : 18 jours de chômage partiel

BOSCH (Rodez) : congés forcés Les arrêts de production se multiplient, la direction a puisé jusqu’ici dans les congés. Du chômage partiel est à craindre après le 1er janvier. (La Dépêche)

CATERPILLAR (Grenoble) : 12 à 15 jours de chômage par mois à la rentrée

CATERPILLAR (Echirolles) : Comme le site de Grenoble, celui d’Echirolles sera fermé plusieurs jours par mois à partir de janvier. Source : Le Dauphiné

CHANTIERS DE L’ATLANTIQUE (St-Nazaire) : chômage partiel. Il ne devrait pas y avoir de chômage sur les sites de production avant juin 2009. Mais les bureaux d’études seront touchés : à partir de janvier, 82 des 144 salariés vont subir du chômage partiel jusqu’à fin avril. (Le Télégramme)

CONTINENTAL (Clairoix) : Le 15 octobre, les salariés ont appris du fabricant de pneus (ils sont 1200) ont appris que la production sera réduite au cours des prochains mois. Une centaine d’intérimaires est déjà partie. Les rumeurs de restructuration, voire de fermeture, vont bon train. Source: L’Usine Nouvelle. 

CONTINENTAL (Foix)387 salariés sont concernés par des mesures de chômage technique. (La Dépêche)

DELPHI (St Aubin) : chômage partiel L’usine Delphi de Saint-Aubin-du-Cormier (équipementier automobile de premier rang, filiale du groupe américain Delphi, 254 salariés) a demandé huit jours de chômage partiel auprès de la direction départementale du travail, pour une période allant du 11 au 23 décembre. L’usine sera également fermée pendant la période des fêtes. (Ouest-France)

DESJOYAUX (St-Etienne) : chômage partiel Le fabricant de piscine voit ses résultats se dégrader avec l’atonie du marché immobilier. Des mesures de chômage partiel ont été mises en place dans son usine stéphanoise. Les 150 salariés sont concernés. (Les Echos)

FARQUE (Damprichard) : 30 emplois Le matériel a commencé à être déménagé et le personnel est dispensé de préavis. (L’Est Républicain/Radio Plein Air)

FAURECIA (Meru) : chute d’activité, menaces sur l’emploi

FAURECIA (Auchel) : congés Du 19 décembre au 7 janvier, les quelque 600 salariés de l’usine auchelloise devront à tour de rôle, faire jouer congés, RTT mais aussi journées de chômage technique pour pallier la baisse de commandes. (La Voix du Nord)

FEDERAL MOGUL (Noyon) : chômage partiel Fermeture de l’usine pendant 3 semaines. L’usine fabrique des plaquettes de freins pour voitures. Elle va fermer ses portes pendant trois semaines, du 13 décembre au 5 janvier. La production du site a chuté de 40 % à 50 % en un an. Ces mesures de chômage partiel concernent l’ensemble du personnel, soit 320 salariés. (Source : Le Parisien, CarFree)

FILTRAUTO (Marcillac) Des journées de chômage partiel ont été décrétées. Le début de l’année 2009 sera difficile pour ce sous-traitant automobile. (La Dépêche)

FREUDENBERG (Langres) : 2 semaines de congés forcés, 2 semaines chômées

GEVELOT (Offranville) : chômage technique Cette usine de 300 salariés pourrait être touchée par des jours de chômage partiel. Source : CGT Seine-Maritime

GM (Strasbourg) : 18 jours d’arrêts L’usine de boîtes de vitesses General Motors de Strasbourg (Bas-Rhin), pour laquelle le groupe automobile américain a lancé fin août des études en vue d’une cession, doit être mise à l’arrêt pendant 18 jours d’ici janvier. Source : L’Usine Nouvelle

HERMES METAL (Moneteau) : 22 jours de chômage partiel 22 jours de chômage partiel en décembre et janvier. Les salariés n’ont plus de congés. (France Bleu Auxerre)

JOINT FRANCAIS (St-Brieuc) : Cinq jours de chômage partiel (les 20 et 28 novembre, ainsi que les 5, 12 et 14 décembre) pour les salariés de production. (Le Télégramme)

HONEYWELL (Thaon-Les-Vosges)  La direction du site Honeywell Garrett à Thaon-les-Vosges, spécialisé dans la production de turbos diesel (8.000 unités par jour) pour véhicules de tourisme, a informé les représentants du personnel de la mise en place d’un programme chômage partiel de 15 jours répartis sur les trois prochains mois, principalement entre le 16 décembre et le 5 janvier. Il concerne 533 salaréis, 2/3 de l’effectif. (Les Echos)

HUTCHINSON (Le Mans) : 12 jours de chômage Le site d’Hutchinson au Mans a annoncé 12 jours de chômage partiel en décembre (CCFA)

INERGY(Laval) : un mois de fermeture Inergy (fabricant de réservoirs) va mettre son usine lavalloise à l’arrêt du 5 décembre au 5 janvier, pour 250 des 350 salariés. Elle est victime des arrêts temporaires de production de ses donneurs d’ordre, Citroën-Rennes et Renault-Sandouville (Haute-Normandie). (Ouest-France)

ITW RIVEX (Doubs) : Ce site est spécialisé dans les faisceaux électriques pour l’automobile. 22 jours de chômage partiel d’ici décembre ont été décrétés. (LePays.fr)

KNORR BREMSE (Lisieux) : Knorr Bremse (400 salariés, freinage à air comprimé pour les poids lourds et les remorques) décrète du chômage partiel à la production en décembre. Le premier trimestre 2009 s’annonce très calme. D’autres mesures pourraient suivre. (L’Usine Nouvelle)

LIEBHERR (Colmar) : 5 jours de chômage partiel en janvier Le constructeur d’engins de terrassement (1600 salariés) sera au chômage technique 5 jours en janvier, à cause du ralentissement du BTP. Source : L’Usine Nouvelle

LIVBAG (Pont-de-Buis) : réduction de la production L’équipementier automobile (airbags) a annoncé plusieurs journées chômées. (Le Télégramme, Pascal Kergoan)

LME (Trith) : 3 semaines d’arrêt LME, producteur d’acier à Trith-Saint-Léger, près de Valenciennes, ferme 3 semaines en décembre. Les syndicats craignent une fermeture définitive en janvier. (LaVoixEco)

MAGNETTI MARELLI (Argentan) : 10 jours d’arrêt Magneti Marelli Motopropulsion, installé à Argentan (170 salariés), va arrêter sa production pendant une dizaine de jours en novembre. (CCFA)

MANITOWOC (St-Nizier) : Un mois de chômage partiel 286 des 410 salariés de ce fabricant de grues de chantier seront mis au chômage partiel en janvier et février. La production a été drastiquement réduite (80%) en décembre. 300 salariés ont du écluser leurs congés et leurs RTT ou sont au chômage partiel. Il n’y a plus aucun intérimaire, contre 100 à la fin de l’été (La Tribune)

MEFRO (La Chapelle St-Luc) : 39 jours de chômage forcé L’ancienne usine Michelin de La Chapelle-Saint-Luc (700 salariés) vient d’annoncer 39 jours de chômage partiel. L’usine chômera une semaine tous les mois sauf pour trois d’entre eux : avril, juillet et août. La mesure entrera en vigueur le 1er janvier et durera toute l’année 2009. Source : Est-Eclair.

MICHELIN (Clermont) : chômage forcé La production va être arrêtée pendant une semaine à la fin de l’année dans deux ateliers Michelin où travaillent 500 personnes à Clermont-Ferrand, fief du fabricant de pneus, en raison d’une baisse de commandes. (Le Figaro)

MICHELIN (Vannes) : chômage partiel Les salariés vont chômer du 13 décembre au 2 janvier. Source : Ouest-France

MICHELIN (Cholet) : La direction avait prévu de cesser l’activité du 19 au 31 décembre. Finalement, elle ermera l’usine dès le 16 décembre. (Ouest-France)

MICHELIN (Roanne) : trois semaines de fermeture en décembre Du 15 décembre au 2 janvier l’usine sera fermée. Auparavant, la direction n’avait prévu qu’une semaine de chômage forcé…

MICHELIN (La Roche-sur-Yon) : congés anticipés, chômage partiel Michelin (pneus poids lourds, 730 salariés) a mis en place congés, fermeture annuelle pendant deux semaines, RTT anticipée ou encore cinq jours de chômage partiel. (Ouest-France)

MICHELIN (Joué-Les-Tours) : usine fermée 15 jours Michelin va fermer son usine deux semaines. 1300 salariés sont concernés. (Les Echos)

MICHELIN (Blanzy) : 6 à 9 j de chômage partiel L’usine Michelin de Blanzy (Saône-et-Loire), qui emploie 1.600 salariés, va connaître fin décembre une période de chômage partiel de 6 à 9 jours. Source : AFP

MICHEL THIERRY (Laroque) Ce sous-traitant fabrique des tissus et des housses pour sièges auto. Le chiffre d’affaires s’est effondré de 30%. Des congés forcés ont été décrétés : la direction a demandé de solder congés et RTT. Des mesures de chômage partiel ne sont pas exclues. (La Dépêche)

MONTUPET (Laigneville) : 4 semaines chômées

NTN (Le Mans) : 800 salariés au chômage technique Le japonais NTN, fournisseur de Renault, va placer 800 salariés au chômage technique après s’être séparé de 250 intérimaires. Source : Le Figaro. Actualisation 25 Novembre : «C’est la galère», avoue le patron de l’usine (Ouest-France)

NTN (Crézancy) : la fonderie au chômage La fonderie qui alimente le site du Mans va également être fermée quasiment tout le mois de décembre. (Le Figaro)

OXFORD (Douai) : 45 journées chômées d’ici mars  La direction va demander de recourir au chômage partiel en décembre, janvier, février et mars, 45 jours chômés au total. 530 des 600 salariés de ce sous-traitant automobile sont concernés. Source : La Voix du Nord

TEAM PLASTIQUE (Chateaubriant) : Des mesures de chômage technique (67 salariés, thermoformage pour le tourisme et l’aéronautique) vont être prises chez Team Plastique courant décembre. 90 % du personnel est concerné, pour une durée de quatre à six jours. (Ouest-France)

PLASTIC OMNIUM (St Romain) : chômage technique L’usine Plastic Ominum fabrique des pièces moulées en plastique notamment des pare-chocs compte pour principal client le site Renault de Sandouville où 1.150 emplois vont être supprimés. Pour s’adapter, la direction de Plastic Omnium qui emploie 240 salariés à Saint-Romain a supprimé deux jours de travail par semaine jusqu’à la fin 2008.Source : AFP Actualisation 20/11 : selon nos informations, la direction devrait annoncer plusieurs dizaines de licenciements le 9 décembre. La rumeur d’une fermeture du site circule dans le groupe.

PSA Mulhouse : 18 jours d’arrêt total ou partiel 10 jours chômés entre octobre et décembre. Actualisation 27/11 : L’usine PSA de Mulhouse sera fermée entre le 15 décembre et le 2 janvier. (ZoneBourse)

PSA Poissy : congés forcés La direction de l’usine Peugeot de Poissy (7000 salariés) a annoncé le 1er novembre huit jours de chômage partiel entraînant, avec la cinquième semaine de congés payés, une fermeture du site pour le pont du 11 novembre, puis du 15 décembre au 6 janvier. Depuis le 6 octobre, déjà, les chaînes tournaient au ralenti, et les contrats de 700 intérimaires n’avaient pas été reconduits.Source : Le Parisien Actualisation 25 novembre : La direction a revu ses prévisions de production à la baisse. L’usine sera fermée du 9 décembre au 6 janvier, de même que le 28 novembre et le 1er décembre. (Le Parisien)

PSA Sochaux : 13 jours chômés à l’usine Peugeot sur octobre et novembre. Actualisation 02/12 : l’usine ferme 18 jours du 8 décembre au 6 janvier. (La Tribune)

SUITE PAGE 4

Suite de la page 3)

Source Mediapart

PRECIPLAST (Ste-Savine) : chômage partiel Sous-traitant de rang 2 (fournisseur des sous-traitants des grandes marques automobiles), cette usine de 126 salariés a annoncé (pour l’instant) 1 jour de chômage partiel par semaine. Source : Est-Eclair

PTMC : 12 jours de chômage technique. Peugeot Motocycles, filiale de PSA, a programmé 12 jours de chômage technique partiel dans son usine de Mandeure (Doubs), qui emploie 850 salariés, en raison d’une baisse des commandes de scooters, a-t-on appris mardi de source syndicale. Les arrêts de travail d’ici à la fin de l’année concerneront le personnel de production, à l’exclusion des cadres et de la maintenance. Source : Le Point

RENAULT Sandouville : 50% de la production, chômage technique généralisé Une équipe sur deux ne travaille pas jusqu’à la fin de l’année. 1000 emplois vont être supprimés. La production de Laguna, Espace et Vel Satis est en chute libre.

RENAULT  Cléon : RTT obligatoires  La centaine d’intérimaires ne seront pas reconduits à la fin de l’année. Les 4500 CDI se verront proposer 15, 25 ou 30 jours de RTT obligatoire d’ici la fin de l’année. Source : L’Usine Nouvelle. Selon la CFDT l’activité a décliné de 40% au dernier trimestre 2008.

RENAULT Flins : nouveaux arrêts de travail  Le constructeur automobile Renault a annoncé qu’il arrêterait la production entre le 20 novembre et le 3 décembre sur le site de Flins en raison de la dégradation du marché automobile. Source : Dépêche.

RENAULT Le Mans : chômage partiel Le site est au chômage partiel pour deux semaines depuis le 24 octobre.

RENAULT Douai : fermeture de l’usine pendant un mois Le site qui produit la Scénic sera femé du 11 décembre au 6 janvier (pour l’équipe n°1, l’équipe n°2 chômera elle une semaine de plus). Au total, le site aura fermé 88 jours en 2008 Source : CFDT, Mediapart

RENAULT ACI (Le Mans) : chômage partiel ACI-Renault (Auto Châssis International),au Mans, 2 900 à 3 000 salariés, fabrique les châssis des Megane, Laguna ou encore Kangoo. La direction a fait prendre des congés à ses salariés. Et elle a commencé à recourir à du chômage partiel pour une partie de l’effectif : quatre jours entre le 20 et le 28 novembre. (Ouest-France)

RENAULT TRUCKS (Blainville, Bourg-en-Bresse, Lyon) : chômage technique en vue La direction de ce fabricant de cabines de camion (filiale de Renault) a annoncé un plan de réduction de la production le 19  novembre : 90 jours de chômage partiel sur les sites de Lyon, Bourg-en-Bresse et de Blainville-sur-Orne. Cette décision va toucher environ 5 000 salariés des trois usines. Source:  AP, via NouvelObs

RENAULT SPORTS (Dieppe) : chômage technique et menaces sur le site L’usine Alpine (370 salariés) fabrique les versions sport de la Mégane et de la Clio. Depuis septembre, le chômage technique est récurrent, les intérimaires ont été remerciés. Mi-novembre, la direction a indiqué que la nouvelle Twingo RS sera finalement produite en Slovénie. La question de la survie de l’usine est posée, d’après la CGT.  Source : Mediapart, CGT, L’Usine Nouvelle.

RENAULT (Cleon) : arrêt de production Les chaînes sont au ralenti dans l’usine de Cléon qui fabrique moteurs et boîtes de vitesse. Retrouvez notre reportage à Renault Cléon, au coeur de la nouvelle crise sociale.

RENAULT (Sandouville) 1000 postes vont être supprimés, à cause des  ventes dramatiques de la Laguna. De nombreux employés sont au chômage partiel depuis plusieurs semaines.

RENAULT STA (Ruitz) : site fermé un mois STA Ruitz (boites automatiques, filiale commune de Renault et de Peugeot) ne produira rien entre le 5 décembre et le 5 janvier. La date exacte d reprise en janvier n’est toujours pas connue. Source, CFDT Renault, La Voix du Nord

RENAULT SOVAB : 17 jours de chômage technique d’ici la fin de l’année Cette filiale de Renault qui produit des utilitaires va fermer 17 jours d’ici la fin de l’année. Source : CFDT Renault

RHODIA (Valence) : La production sera arrêtée entre le 10 décembre et le 5 janvier, les 150 salariés sont mis au chômage partiel. (Dauphiné)

SAM (Decazeville) Chômage partiel chez ce sous-traitant automobile qui fabrique des carters et des culasses (La Dépêche)

SEALYNX (Charleval) : chômage technique en novembre et en décembre Crise de la filière automobile oblige, l’usine Sealynx Automotive, spécialisée dans la fabrication de joints pour l’automobile (vitres…), est fermée pour trois semaines en novembre et le sera deux semaines en décembre. Elle emploie 750 salariés. Source : L’Usine Nouvelle.

SANDEN (Tinteniac) : 50 intérimaires en moins, chômage partiel  Le groupe japonais Sanden a annoncé la fermeture de son usine de Tinténiac (Ille-et-Vilaine) pendant une durée de 19 jours, du 18 décembre au 5 janvier. Le site de PSA Rennes, où vient d’être annoncé un important plan de réduction des effectifs, absorbe 40 % de la production de Tinténiac. Sur les 843 salariés que compte le site, plus de 300 vont se retrouver au chômage partiel pendant la période de Noël. D’autre part, la direction a annoncé la réduction de ses effectifs. Près de 50 ouvriers ne verront pas leur contrat intérimaire renouvelé. (L’Usine Nouvelle) Actualisation 4/12 : La direction avait initialement prévu (le 25 novembre dernier) 9 jours de chômage, elle en rajoute 7 autres sur janvier, février et mars. L’ensemble des contrats d’intérimaires sont stoppés. (Usine Nouvelle)

SEVELNORD : baisse des cadences  Le constructeur de monospaces et d’utilitaires, filiale de PSA et de Fiat, (4000 salariés, la plus grosse entreprise du Valenciennois) cesse sa production 11 jours d’ici décembre. Actualisation : 26/11 – La direction a confirmé les sept jours «non travaillés» de décembre (du 13 au 23), ainsi que le vendredi 30 janvier, qui avaient été annoncés courant octobre. Mais elle a également annoncé quatre autres journées «chômées» pour le début de l’année 2009 : du 5 au 7 janvier et le 29 janvier. (LaVoixEco)

ST-GOBAIN SEKURIT (Thourotte) : chômage forcé  Deux des fours de la filiale vitrage automobile de Saint-Gobain (verre Sékurit pour Renault, PSA…) ont été fermés début novembre (deux semaines) et seront à nouveau arrêtés fin décembre et début janvier (3 semaines) Source : Le Parisien Oise.

SEPRO (La Roche-sur-Yon) : chômage partiel en décembre Sepro (250 salariés), qui fabrique des robots pour l’injection plastique à La Roche, annonce le recours au chômage partiel en décembre « à raison d’un à deux jours par semaine maximum », indique son directeur des ressources humaines. Travaillant à 75 % pour les équipementiers auto, Sepro a vu ses commandes baisser de moitié depuis octobre. (Ouest-France)

SCANIA (Angers) : un mois de fermeture Le fabricant de poids-lourds suédois (640 salariés à Angers) va fermer un mois entre le 19 décembre et le 12 janvier pour ne pas produire à perte. En octobre, 63 camions étaient produits chaque jour. Contre 46 actuellement. Une centaine d’intérimaires ont été remerciés. Info signalée par un abonné de Mediapart.

SOL.PLASTIQUES (Lannion-Perros) : chômage partiel Cette usine de 73 salariés qui travaille pour l’automobile fonctionne avec des équipes réduites le lundi et ferme chaque vendredi depuis fin octobre. (Ouest-France)

SOCAT (Beauregard) : chômage partiel L’usine qui travaille pour l’automobile a vu son carnet de commande chuter. Des mesures de chômage partiel ont été décidées. « Le pire reste à venir » affirme le patron.

SONAS (Beaucourt) : 25 jours de chômage 25 jours de chômage partiel chez ce sous-traitant automobile. Le groupe a été placé en liquidation judiciaire. (LePays.fr)

SONAS (Bessines) : Sonas (216 salariés) est en redressement judiciaire. Lesite multiplie les journées de chômage partiel. (La Montagne)

SONAS (La Souterraine) : Les journées de chômage partiel s’accumulent depuis octobre (La Montagne). Sonas emploie 385 salariés à la Souterraine.

TRELLEBORG (Carquefou) L’équipementier automobile est engagé dans un plan de suppression de 400 emplois depuis avril. Du chômage partiel a été décrété.

TIMAC (Saint-Malo) : deux semaines de fermeture Les deux usines de fertilisants agricoles du groupe Roulier tournent à 50% de leur capacité habituelle, en raison de la chute des commandes. A partir du 19 décembre, elles fermeront pendant deux semaines Près de 200 salariés sont concernés, ils pourraient être mis au chômage partiel en janvier. (Ouest-France) 

TIMKEN (Maromme) : 14 jours de chômage partiel  Les 240 salariés de Timken France, l’entreprise spécialisée dans le roulement pour l’industrie automobile, vont subir des jours de chômage partiel – 6 jours en novembre, 8 jours en décembre -. Les salariés perdent entre 11 et 13% de salaire. Il n’y a plus d’intérimaires. Source : La Nouvelle République. Actualisation 02/12 : les syndicats (CFDT en tête) souhaitent négocier une modulation du temps de travail sur deux ans pour faire face à la faible activité début 2009.

TOYAL (Accous) Chômage technique prévu jusqu’en janvier pour les 135 salariés de l’usine Toyal (poudres pour peintures automobiles). Source : L’Usine Nouvelle

TOYOTA (Onnaing) : 3 semaines de chômage partiel La production de la Yaris est réduite. Deux semaines de chômage partiel en décembre et une en mars ont été décrétées. (Les Echos)

TECUMSEH (Cessieu) : Plus de 350 employés de l’entreprise Tecumseh devraient être touchés par des mesures de chômage partiel, principalement sur le site de Cessieu. Dix-huit jours ont déjà été programmés Source : Le Dauphiné Libéré

VALEO VISION (Angers) : Valeo Vision, qui emploie un millier de salariés à Angers (production d’optiques), subit l’arrêt de production de l’usine PSA de Rennes, du 5 décembre au 6 janvier. Valeo ferme durant deux semaines pendant les fêtes ; certaines chaînes seront arrêtées jusqu’à quatre semaines en décembre. (Ouest-France)

VALEO (La Suze) : chômage technique Trois semaines de chômage technique en décembre. (La Croix)

VALEO (Châtellerault) : chômage partiel…La direction a annoncé des mesures de chômage partiel pour la fin de l’année 2008 et le début de l’année prochaine. Ainsi, jusqu’au 12 décembre prochain, tous les vendredis seront obligatoirement chômés pour les salariés de l’équipementier automobile. Et à partir du 15 décembre jusqu’à la fin de l’année, l’usine sera purement et simplement fermée. (La Nouvelle République)

VALEO (Caen) : 15 jours de chômage partiel d’ici janvier 10 jours de chômage partiel en novembre et au moins 5 en janvier. En décembre, les 515 salariés subiront des pertes de salaire (entre 175 et 250 euros pour un opérateur) (La Tribune)

VALEO (L’Isle d’Abeau) :  Le recours au chômage partiel est généralisé depuis plusieurs semaines (Miroir Social)

VALEO (Abbeville) : Alors que le site abbevillois de Valéo sort à peine d’un plan social, les salariés viennent d’apprendre que les 380 ouvriers seront en chômage partiel en décembre. Les salariés craignent un plan social en 2009. (Le Courrier Picard)

VALEO (Laval) Valéo Laval ferme du 16 décembre au 5 janvier. Du chômage partiel est déjà prévu en janvier. (Ouest-France)

 VALEO (Mazamet) : congés forcés

WAGON (Gerardmer) : Alerte d’un internaute : Wagon Automotive va mettre ses 300 salariés en congé forcé de début décembre a janvier.

TECHNI LIN (Valliquerville) : recherche repreneur ce spécialiste des matériaux composites à base de fibres naturelles (36 salariés) notamment pour l’industrie automobile, cherche un repreneur. Plusieurs repreneurs sérieusement intéressés se sont présentés, mais la crise les a refroidis. (L’Usine Nouvelle)

GDE (Rocquencourt) : 140 salariés va supprimer 130 postes en France

Pour suivre les informations en direct  MEDIAPART .FR : LA CARTE DE LA CRISE SOCIALE:

http://maps.google.com/maps/ms?ie=UTF8&hl=fr&t=p&oe=UTF8&msa=0&msid=106468196104779563781.00045a2a5e1c2cf69d5d4&z=6

Publié dans Faits et méfaits du sarkozysme, insecurite, Politique, Sarkozy un an de folie, Société | 1 Commentaire »

 

Yüzyıla Ağıt |
St Maximin la Ste Baume que... |
inspecteurjjc |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Erratum
| Pascal-Eric LALMY
| Association pour une Meille...