• Accueil
  • > Recherche : segolene royal en guadeloupe

Résultats de votre recherche

Ségolène Royal aux Antilles : l’engagement pour les jeunes.‏

Posté par goalexandre le 26 février 2011

Lettre d'information de Ségolène Royal

Pour adhérer et faire un don à Désirs d’avenir, cliquez ici

 

Chers amis de Désirs d’avenir ,

Aujourd’hui s’achève le déplacement de travail de Ségolène Royal aux Antilles , avec une dernière étape à Pointe à Pitre. Accompagnée du maire de la ville Jacques Bangou, elle a d’abord rencontré des associations de quartiers  qui oeuvrent pour l’insertion des jeunes, à travers notamment le service civique. Puis elle a participé à une table ronde dans le secteur sud est de la ville avec l’association « Gasse » qui lutte contre l’illétrisme et la prostitution des adolescents qui ne cesse de progresser . Dans ces quartiers le taux de chômage des 18-25 ans avoisine les 60%.


Ségolène Royal a échangé avec les habitants qui ont décidé de se prendre en main, avec l’aide de la mairie. Elle a également rencontré une association de jeunes musiciens, qui a créé un studio d’enregistrement, véritable source culturelle dans un des quartiers les plus défavorisés de Pointe à Pitre. Dans ce studio , la création est libre mais les règles de vie commune sont très strictes. Grâce à ce cadre accepté par les jeunes, les  artistes peuvent s’exprimer pleinement dans un respect mutuel.


Mais si Pointe à Pitre souffre et se bat, avec un sentiment profond d’abandon de l’Etat, y compris sur le plan des moyens de sécurité, la ville est en profonde mutation voire en renaissance grâce à un plan de rénovation urbaine, le plus important du territoire national : 430 millions d’euros de travaux sur les 8 prochaines années dans une ville où 80% de la population est éligible au logement social.


L’un des moyens de donner un espoir à cette jeunesse est le service civique. Bernard Lesterlin, député de l’Allier et spécialiste du service civique , qui accompagnait Ségolène Royal dans ce déplacement, a proposé de renforcer les coopérations entre la ville de Pointe à Pitre, la Région Guadeloupe et l’agence nationale du service civique.


Une matinée riche en dialogue , en écoute et en propositions .


Lors de cette dernière journée de visite, Ségolène Royal a rappelé que l’engagement contre le chomage des jeunes devait être une grande cause nationale et mobiliser toutes les énergies,  celles de l’Etat, des collectivités locales  ainsi que les entreprises qui ont une responsabilité en la matière.


La veille, à Basse Terre, capitale administrative de la Guadeloupe, Ségolène Royal a signé avec Victorin Lurel, le Président de la Région Guadeloupe deux conventions  l’une sur l’excellence environnementale, l’autre sur l’emploi des jeunes

Les deux Régions sont en effet touchées par un taux de chômage des jeunes de 18 à 25 ans très élevé : + 50% en Guadeloupe, 27% en Poitou-Charentes. Chacune des deux Régions a mis en place de son côté un plan de lutte contre le chômage des jeunes.

 

Vous trouverez ci dessous les deux conventions et les décisions de parenariat qui ont été prises.

Durant tout ce déplacement de travail à la Martinique et à la Guadeloupe, Ségolène Royal a rappelé qu’il existe un espoir pour la France qui subit, et se bat, qu’elle soit métropolitaine ou ultramarine, malgré les promesses non tenues. Car comme l’a déclaré la Présidente de Désirs d’Avenir à plusieurs reprises, que ce soit lors d’une rencontre conviviale  avec les habitants de la cité du Crane, au Lamentin en Guadeloupe ou aux jeunes rencontrés à la Trinité en Martinique, « la politique, c’est avant tout de tenir ses promesses »

Amicalement.

L’équipe de Ségolène Royal

Le Pacte pour l’emploi des jeunes signée entre les Régions Poitou-Charentes et Guadeloupe


1 )Les actions en faveur de l’emploi


a) aide à la création de groupements d’employeurs pour permettre le développement d’emploi à temps partagé pour les jeunes ;échange d’expériences sur les contrats tremplin pour l’emploi pour améliorer les dispositifs de création d’emploi;
b) échange d’expériences sur l’application et l’évaluation des clauses sociales introduites dans les marchés publics passés par les deux collectivités, en vue de favoriser l’accès à l’emploi des publics défavorisés, et en particulier les jeunes.
c) aide à la création d’entreprises grâce au bourses Désirs d’entreprendre


2) Les actions en faveur de l’apprentissage et de la formation en alternance


a) présentation du dispositif « engagement première chance » de la Région Poitou-Charentes, aux acteurs institutionnels et associatifs de Guadeloupe en charge de l’insertion sociale et professionnelle des jeunes;
b) présentation des dispositifs en faveur de l’apprentissage – et en particulier la Plateforme pour l’Emploi et le Développement de l’Alternance en Guadeloupe (PEDAG) – de la Région Guadeloupe, aux acteurs institutionnels et associatifs de Poitou-Charentes en charge de l’insertion sociale et professionnelle des jeunes;
c) accueil réciproque de jeunes sur des actions de formation par apprentissage: la Région Poitou-Charentes a en effet plus de 14 450 apprentis du niveau CAP au niveau ingénieur, et la Guadeloupe en compte déjà 1 710 ;
d) accueil réciproque de jeunes dans des actions de formation qualifiantes financées dans le cadre du Service Public Régional de Formation de Poitou-Charentes et de l’Etablissement Public de Formation de Guadeloupe.


3. les actions en faveur de l’insertion sociale, par la culture, le sport, et l’engagement citoyen

a) accueil réciproque de jeunes dans le cadre de missions de service civique
b) accueil de jeunes « artistes en herbe » guadeloupéens lors de la « Créateuf des lycéens » de Poitou-Charentes et accueil de jeunes « artistes en herbe » charentais lors du festival des arts urbains, le « Hip Hop Sessions » de Guadeloupe ;
c) organisation des « journées des jeunes champions de Guadeloupe et de Poitou-Charentes » au travers de compétitions sportives.

La convention signée entre les régions Poitou-Charente et Guadeloupe pour l’excellence environnementale

1) Mettre en œuvre la mutation économique, sociale et solidaire de l’économie.


Les Régions vont travailler ensemble pour accompagner les entreprises à se positionner favorablement sur le marché de la croissance verte et contribuer à l’amélioration des performances globales.


Ensemble, elles vont :


a) mutualiser les expériences et les outils en matière de design, d’éco-conception, d’éco-procédés et d’écoproduits;
b) favoriser les transferts d’expériences en matière de sensibilisation à la responsabilité sociale et environnementale des entreprises ;
c) mutualiser les expériences pour le développement de SCOP ou de SCIC ;
d) mutualiser les outils en matière d’écologie industrielle.

2) Travailler à l’excellence énergétique

La réduction des consommations d’énergie est une des priorités des politiques énergétiques régionales afin de préserver le climat dans le cadre des objectifs fixés par l’Union Européenne de réduire les émissions de gaz à effet de serre de 20%, améliorer l’efficacité énergétique de 20 % et produire 20 % d’énergies renouvelables à l’horizon 2020.

Les deux Régions s’engagent à :

a) développer les échanges en matière de recherche et de technologie dans le domaine des énergies renouvelables : solaire thermique, photovoltaïque, la biomasse, la géothermie, les écocarburants, l’éolien, les énergies marines, le stockage de l’énergie ; et de la maîtrise de l’énergie : le, l’isolation, le rafraichissement naturel, les réseaux intelligents ;
b) développer la co-labellisation des projets innovants par leurs pôles de compétitivité ;
c) échanger sur les politiques de soutien à l’efficacité énergétique des bâtiments ainsi que sur le développement des éco-quartiers.

3) Faire émerger une politique de filières innovantes durables

Les filières liées à la mobilité propre, aux éco-carburants, à l’agriculture et au tourisme durable sont porteuses d’enjeux pour les deux régions.
Ensemble, elles décident de:

a) développer un modèle économique durable pour la diffusion territoriale du véhicule électrique et de la mobilité propre tenant compte des spécificités de chaque territoire ;
b) favoriser les transferts de technologie notamment ceux concernant les éco-carburants en mobilisant leurs ressources respectives (notamment la SAEML Valagro pour Poitou-Charentes) ;
c) lancer des appels à projets concertés afin de faire travailler ensemble des centres de recherche, des structures de transfert de technologie et des entreprises afin de faire émerger des projets structurants en matière d’éco-produits et d’éco-procédés;

4) Renforcer une politique en faveur de la protection, de la gestion responsable de l’eau
et de la biodiversité

Les deux régions sont riches d’une grande diversité de milieux et d’espèces malheureusement fragilisés par l’érosion, le réchauffement climatique, les pollutions directes et indirectes, etc. Il convient de tout faire pour préserver les milieux à forte valeur patrimoniale et les espèces emblématiques mais aussi la nature ordinaire.

Venez rejoindre Désirs d’avenir, cliquez ici

Pour faire un don à Désirs d’avenir, cliquez ici

Faites circuler à tous vos amis

Publié dans conseil municipal, Elles et ils chantent la Liberte, Europe, Intelligences collectives socialistes, International, Local, LOGEMENT, Municipales 2008 Saint-Denis, Politique, Ségolène Présidente en 2012 | Pas de Commentaires »

Ségolène Royal en Martinique : des rencontres de travail riches en enseignements et en décisions‏

Posté par goalexandre le 25 février 2011

 

Lettre d'information de Ségolène Royal

Pour adhérer et faire un don à Désirs d’avenir, cliquez ici

 

 

Chers amis de Désirs d’Avenir,


Le déplacement de Ségolène Royal et de sa délégation s’est achevé à la Martinique et a commencé à la Guadeloupe.


Ségolène Royal a rendu visite lundi 21 février aux parents de Thierry Dole, jeune ingénieur retenu en otage au Niger depuis septembre 2010. Elle leur a exprimé toute sa solidarité et ses voeux d’espoir d’une issue heureuse et rapide.


Mardi 22 Février , Ségolène Royal a eu le plaisir de rencontrer longuement à son domicile, sur les hauteurs de Fort de France , le Docteur Pierre Aliker, « frère d’âme » d’Aimé Césaire. A 104 ans, le Docteur Aliker n’a rien perdu de sa vision politique. Mèdecin, intellectuel , premier adjoint à la mairie de Fort de France pendant 56 ans, homme de tous les combats auprès de Césaire , il est aujourd’hui considéré comme un « sage » que tout le monde vient consulter régulièrement. Un sourire permanent aux lèvres et une grande bienveillance se dégagent du Docteur Aliker.


Il a évoqué avec Ségolène Royal le travail profond mené pendant prés de 60 ans, par Aimé Césaire et lui même pour redresser la ville et l’île. Pierre Aliker résume avec une pointe de malice, son engagement politique avec cette  simple phrase « Ah… la suite dans les idées , c’est quelque chose ».


Ségolène Royal s’est également recueillie sur la tombe d’Aimé Césaire au cimetière de Fort-de-France.


La délégation a participé à plusieurs réunions de travail sur la prévention des risques naturels avec notamment la visite du Poste de Commandement  opérationnel installé par le Conseil Général de la Martinique et que leur a fait visiter le Président Claude Lise.

Ce déplacement en Martinique a été extrêmement fructueux sur cette question de la prévention des risques de catastrophes naturelles. La Martinique possède en la matière une avance considérable sur la métropole.

A partir des nombreuses rencontres et réunions de travail effectuées, des décisions opérationnelles ont été prises :

La Région Poitou-Charentes signera plusieurs conventions pour la prévention des risques naturels, avec :

- Le Conseil Régional de Martinique. Serge Letchimi se rendra en Poitou-Charentes au début de l’été pour la signature de ce partenariat

- le Conseil Général de Martinique,

- l’Université Antilles-Guyane


Ces conventions porteront notamment sur :

 

A – la prévention des risques

1) la Création d’un kit de survie à destination des populations touchées

2) la création d’un poste de commandement sur la gestion des risques en Poitou-Charentes

3) la mise en commun de travaux de recherches et de collecte des données

4) la création d’une Université Populaire dédiée à la prévention des risques pour diffuser la culture du risque en Poitou-Charentes

Ces partenariats permettront également de mettre en place des actions de formation des agents publics à ce type de risques, de recueillir la mémoire des anciens grâce au travail de jeunes en service civique

 

B- Excellence environnementale

1) Mise en commun d’outils de soutien économique et financier (fonds d’investissement public)

2) Echange de brevets avec la Région Poitou-Charentes pour produire des agro-carburants et des éco-materiaux

3) Développement d’une filière « véhicules électriques » aux Antilles


Les rencontres et réunions de travail effectuées en Martinique :

 

Lundi 21 février :

- Réunion de travail au Conseil Régional sur la prévention des risques, l’excellence environnementale et l’emploi des jeunes

- Visite de travail du Parc Naturel Régional de Martinique sur la biodiversité

 

Mardi 22 février :

- Réunion de travail à la Mairie du François sur le thème de la prévention des risques à partir d’une expérience locale et concrète

- Réunion de travail avec le laboratoire de recherche CEREGNIA de l’Université Antilles-Guyane sur la prévention des risques

- Réunion de travail avec la Direction Régionale de l’Environnement de l’Aménagement et du Logement, sur la prévention des risques

- Visite du Poste de Commandement sur la prévention des risques du Conseil Général de Martinique

 

Mercredi 23 février :

- Réunion de travail à la mairie de la Trinité sur le thème de l’emploi des jeunes

- Rencontre avec des marins-pêcheurs de La Trinité

Ce déplacement de travail se poursuit actuellement en Guadeloupe où Ségolène Royal a signé avec Victorin Lurel, Président de la Région Guadeloupe, un pacte de confiance commun aux deux régions sur l’emploi des jeunes, et un partenariat sur l’excellence environnementale.

 


Très amicalement


L’équipe de Ségolène Royal

 

 



Venez rejoindre Désirs d’avenir, cliquez ici

Pour faire un don à Désirs d’avenir, cliquez ici

Faites circuler à tous vos amis

Publié dans conseil municipal, Democratie, Elles et ils chantent la Liberte, Europe, Intelligences collectives socialistes, International, Local, LOGEMENT, Politique, Ségolène Présidente en 2012, Société | Pas de Commentaires »

Programme de Ségolène Royal du 20 février au 11 mars‏ 2011

Posté par goalexandre le 19 février 2011

Lettre d'information de Ségolène Royal

Pour adhérer et faire un don à Désirs d’avenir, cliquez ici

 

20 au 25 février : Programme de travail de Ségolène Royal en Martinique et en Guadeloupe

Dans le cadre de son programme de travail à la rencontre des Français Ségolène Royal se déplacera : en Martinique du 20 au mercredi 23 et en Guadeloupe du 23 au vendredi 25 . De nombreux thèmes de travail sont au programme de cette visite, thèmes qui rejoignent aussi ses priorités de Présidente de Région.

- La prévention des risques de catastrophes naturelles : après la tempête Xynthia dans la Région Poitou-Charentes et ses conséquences dramatiques , un échange avait été prévu sur la manière dont les départements ultra-marins anticipent les risques. Elle sera accompagnée d’élus du littoral de Charente-Maritime et de techniciens de la prévention des risques.

- Un volet économique et social avec notamment l’emploi des jeunes, la situation des familles et la visite de quartiers en rénovation urbaine

- La croissance verte et l’excellence environnementale en Guadeloupe, notamment autour de la filière solaire et de l’agriculture. Un partenariat sera conclu entre les Régions Guadeloupe et Poitou-Charentes

Ségolène Royal effectuera également à cette occasion des rencontres avec les acteurs politiques, économiques et associatifs de la Martinique et de la Guadeloupe.

 

Vendredi 4 mars, Loire-Atlantique : Réunion de travail et visite de terrain sur le handicap et la dépendance.

Samedi 5 mars, Deux-Sèvres : Campagne des cantonales en Région Poitou-Charentes.

Lundi 7 mars, Paris : Université Populaire de Désirs d’Avenir sur la valeur travail.

Jeudi 10 et Vendredi 11 mars : Campagne des cantonales en Région Poitou-Charentes

Pour faire un don à Désirs d’avenir, cliquez ici

Faites circuler à tous vos amis

Publié dans Elles et ils chantent la Liberte, Europe, Intelligences collectives socialistes, International, Local, LOGEMENT, Municipales 2008 Saint-Denis, Politique, Ségolène Présidente en 2012, Société | Pas de Commentaires »

Merci à Ségolène pour…Magnifique d’avoir fait cette forme de bilan qui  » clou le bec  » à ceux qui ont la mémoire sélective !

Posté par goalexandre le 10 mai 2009

 bonsoir a tous et a toutes

20825uneroyalcherche.jpg

 

Magnifique d’avoir fait cette forme de bilan qui  » clou le bec  » à ceux

qui ont la mémoire sélective !

 

Merci à Ségolène pour…

 

Par Lucide Radical le 10/05/2009

1992: Merci Ségolène pour la loi pour le recyclage des déchets. Merci pour la campagne contre le bruit dans les transports et les bâtiments publics.

1997-2000: Merci Ségolène pour l’interdiction des punitions collectives, le zéro de comportement ou encore le bizutage.

Merci pour le développement des ateliers de travail dans les ZEP (zones d’éducation prioritaire). Merci pour les crédits donnés, à l’école, pour des heures de soutien.

Juin 1998: Merci pour la défense des enfants victimes de violence; merci pour la loi de relative à la prévention et à la répression des infractions sexuelles ainsi qu’à la protection des mineurs. Merci pour le numéro SOS Violences. Merci pour la campagne contre les enfants victimes de racket.

Merci pour la revalorisation du rôle des infirmières scolaires. Merci pour la pilule du lendemain dans les lycées.

Merci pour la défense de la famille: merci pour les « entretiens Brancion » où chaque jeudi des sociologues, philosophes ou juristes viennent réfléchir et débattre.

Merci pour ces débats au cours desquels se pense l’élaboration de la réforme de l’accouchement sous X (désormais l’enfant devenu majeur, peut demander, sous certaines conditions, à connaître ses origines).

Merci pour cette exigence de conciliation entre vie familiale et vie professionnelle: merci pour les 20 000 places de plus dans les crèches et pour le congé paternité.

Merci pour le combat contre la pornographie et la violence sexuelle à la télévision.

Merci pour le développement des aménagements des transports en commun afin de faciliter leur accès aux personnes handicapées.

Merci pour le plan Handiscol. Désormais, il est plus facile de scolariser des enfants handicapés dans des écoles classiques ou adaptées.
~~~~~~~~~~

2004: merci pour votre élection dans une région qui semblait acquise à la droite. (Ségolène Royal met un point d’honneur de ne demander de l’aide extérieure à personne si ce n’est à François Hollande. Elle a même refusé de rencontrer Laurent Fabius et Dominique Strauss-Kahn venus dans la région soutenir les candidats socialistes. Elle veut parvenir seule à la victoire.)

Ségolène Royal veut changer le paysage politique jusqu’alors gouverné par des notables et affirme qu’« un élu est là pour servir, pas pour se servir ».

Merci pour votre programme essentiellement centré sur le travail : faciliter l’accès au premier emploi pour les jeunes, résorber le chômage des femmes et des plus de 50 ans, installer de jeunes agriculteurs dans la région. Merci pour les crédits importants pour l’apprentissage et la formation. « Les bourses de la découverte » est donnée aux jeunes qui effectuent des stages à l’étranger dans le cadre de leurs études.

Merci pour la gratuité des livres scolaires…

et d’avoir utilisé la taxe sur les permis de conduire pour financer le permis des jeunes titulaires d’un CAP.

Merci pour la création d’ une charte qui engage les entreprises ayant bénéficier d’aides à ne pas délocaliser ni à licencier. Objectif: développer l’emploi dans sa région et cet accord a permis la création d’emplois. Merci pour les « bourses tremplins » permettant la création d’environ 200 entreprises.

Depuis 2006: merci pour les « forums participatifs » pour réfléchir avec les citoyens du Poitou-Charentes aux solutions à mettre en place.

Toutes ces mesures prises au niveau régional, peuvent être généralisées au niveau national, pour tout le pays, pour toute la France.

2006: merci pour l’espoir qui s’est levé avec les primaires pour la présidentielle de 2007. Merci pour ces débats démocratiques, si absents à droite.

( Le premier débat concerne les propositions économiques et sociales. Ségolène Royal souhaite en outre revenir sur la réforme des 35 heures et montre ainsi son indépendance vis-à-vis du programme socialiste. Le deuxième débat concerne les sujets de société et la conception du pouvoir. Ségolène Royal se distingue encore une fois en montrant l’intérêt de « la démocratie participative ». Selon elle, les citoyens sont les mieux placés pour parler politique et surtout proposer des initiatives et des réformes. En ce qui concerne les jeunes délinquants, elle propose un encadrement militaire dans des camps humanistes. Enfin, elle met un point d’honneur sur « les fondamentaux de la famille : protection, éducation, amour, transmission des interdits » et l’éducation qui « est la base de tout ». Le troisième débat enfin aborde les questions internationales. Ségolène Royal souhaite mettre en oeuvre les « lycées Kyoto » promouvant l’écologie. Il s’agirait de construire des lycées sans utiliser des énergies fossiles dans le but de réduire les gaz à effet de serre. Le premier d’entre eux ouvrira ses portes en septembre 2009 à Poitiers. En ce qui concerne le développement de l’Europe, il s’agit de lutter contre le chômage et de développer la recherche. Elle souhaite mettre en oeuvre une politique qui permettrait le retour des deux cents mille chercheurs partis à l’étranger faute de financements.
source: politique.net)

2007: merci pour cette première historique, qui est d’avoir vu enfin une femme accéder au second tour de l’élection présidentielle.

2008-2009: merci pour ce combat qui continue, votre pugnacité, l’atypisme de votre manière de faire de la politique et qui déroute les « éléphants » de gauche, du centre et de droite.

Merci pour vos voyages et vos réflexions que vous avez partagés avec nous sur les Etats-Unis depuis l’élection de Barack Obama, sur le Forum Social de Bélhem, sur votre présence en Guadeloupe et votre soutien aux travailleurs et à Elie Domota (dont un portrait a été effectué dans le dernier numéro du Nouvel Observateur), pour votre soutien aux salariés d’Heuliez et , plus généralement, à tous les salariés qui subissent les effets d’une crise qui, par ailleurs, semble profitable pour d’autres.

Merci pour ce remarquable discours de Dakar d’avril 2009, et qui rétablit un climat d’apaisement entre le monde occidental et l’Afrique, qui contient un « pardon » historique mais aussi des propositions audacieuses(http://www.lepost.fr/article/2009/05/08/1527923_segolene-royal-a-dakar-l…) .

Merci pour votre engagement dans la croissance verte, pour la création des UPC (Universités populaires et participatives de la connaissance), pour la fête de la Fraternité, pour ce magnifique livre « Femme debout » dans lequel j’ai trouvé une liberté de ton déconcertante, une lucidité à toute épreuve et un humour savoureux .

Et enfin, histoire de prendre mon pied en lisant les commentaires que j’imagine déjà (mais qui de ce fait, peut-être, seront absents, mais peu importe), merci pour ce grand discours que vous avez effectué au Congrès de Reims, ce congrès pourtant pathétique dans son déroulement et son issue… (c’est vrai que vous n’étiez pas très à l’aise au départ, mais quelle force par la suite!)

” Il est grand temps de rallumer les étoiles” Apollinaire.

Publié dans conseil municipal, Democratie, Elles et ils chantent la Liberte, Europe, Intelligences collectives socialistes, International, LOGEMENT, Municipales 2008 Saint-Denis, Politique, Ségolène Présidente en 2012, Société | Pas de Commentaires »

la Fraternité en débat. Notre Première Université Populaire

Posté par jeanluke le 1 mai 2009

bandonl2.jpg

Notre première université populaire : la fraternité en débat Chères amies, chers amis, Notre première université populaire sur le thème de la fraternité, autour de Régis Debray et de nombreux intellectuels, a été un très vif succès.

Pendant quatre heures, nous avons écouté, appris et débattu.

Conformément à l’idéal de démocratie participative, je veux mettre l’excellence intellectuelle  et universitaire à la portée de tous. C’est pourquoi les universités populaires seront toutes consultables sur internet.Les prochaines sont déjà programmées, comme je l’ai rappelé hier en conclusion de notre travaux. Voici les thèmes et les dates : 

  • 18 mai : Quel avenir pour les relations Afrique-Europe ? (dans la continuité du discours prononcé à Dakar, avec de grands intellectuels africains) 
  • 13 juin : Débat sur la crise économique, sociale et financière, autour de Philippe Aghion, professeur d’Economie à Harvard. Nous ferons venir face à des économistes de haut niveau, des chefs d’entreprise de PME afin de confronter l’intérêt économique avec ce que vivent au quotidien les chefs d’entreprise et leurs salariés. 
  • 20 juin : Débat sur la démocratie participative, l’engagement et les valeurs. 
  • 28 juin : Débat sur la culture, piloté par Pierre Bergé. 
  • 2ème week-end de septembre : Fête de la Fraternité, à Montpellier. 


Et, en région Poitou-Charentes :
 

  • 29 mai : 5ème rencontre Europe-Amérique Latine, autour du réseau de démocratie participative. Théme : démocratie participative et Internet. A Poitiers. 
  • 1, 2 et 3 octobre : avec Edgar Morin, Université populaire sur les politiques de civilisation et les sept défis de l’avenir (Economie, Sociale, Politique, Education, Environnement, Pensée et Ethique). A Poitiers. 

Voir la vidéo de l’intervention de Ségolène Royal, hier, en cliquant sur l’image ci-dessous. 


 

A la veille du 1er mai, le lien entre l’actualité et le thème de la fraternité est évident, alors que les Français ont tellement soif de respect, de justice et d’efficacité dans l’action publique.Demain, je serai à Niort, aux cotés des salariés de la Région Poitou-Charentes qui se battent pour leur avenir, et particulièrement ceux d’Heuliez, qui attendent toujours de l’Etat la concrétisation des annonces faites pour permettre la production de véhicules électriques, ce qui pourrait non seulement sauver l’entreprise mais aussi donner un avenir à l’industrie automobile française. Il y a de la part du pouvoir une inertie incompréhensible au moment où on nous annonce que la Chine serait sur le point de produire la voiture électrique grand public (voir l’article des Echos d’hier, 29 avril) et où les Etats-Unis viennent de décider d’y consacrer 2,5 milliards de dollars.

Espérons que, partout, la mobilisation des salariés obligera le gouvernement à changer de politique.

Nous devons également soutenir le combat des salariés des Outre Mers, et en particulier ceux de Guadeloupe. Car comme me le confirmait Elie Domota, il y a quelques jours, aussi incroyable et irresponsable que cela puisse paraître de la part du gouvernement, la prime de 200 euros, qui a fait l’objet de la signature d’un accord, n’est toujours pas versée aux salariés. Pas même la part de l’Etat. Là encore, cette inertie est coupable. Elle nourrit l’exaspération qui risque de déboucher à nouveau sur des conflits sociaux plus graves.

Nous devons toujours nous rappeler à chaque événement, et en particulier lors de cette Fête du travail du 1er mai, comment nous nous inscrivons dans l’histoire. Il n’est jamais inutile de rappeler les grands événements qui nous ont précédés. Ils montrent que le progrès social a rarement été donné aux salariés mais qu’ils l’ont souvent obtenu grâce à un rapport de forces exigeant plus d’égalité. Pour mémoire, voici d’où vient cette date du 1er mai et quelle a été son histoire :

1884 : Le congrès des syndicats américains se donne deux ans pour obtenir la journée de 8 heures. Leur action débute le 1er mai.

1er mai 1886 : La pression syndicale permet à 200 000 travailleurs américains d’obtenir la journée de 8 heures. Mais beaucoup de patrons résistent. 340 000 travailleurs sont en grève dans tout le pays. Le 3 mai, une manifestation fait trois morts chez les grévistes.

20 juillet 1889 : La deuxième Internationale socialiste décide de faire de chaque 1er mai une grande journée de manifestations pour la journée de 8 heures.

1er mai 1890 : Célébration concomitante dans plusieurs pays. En France, les manifestants arborent le « triangle rouge » symbolisant la division de la journée en trois parts égales : travail, sommeil, loisirs.

1er mai 1891 : A Fourmies, cité industrielle textile de 15 000 habitants, en majorité ouvriers. Un appel à la grève est lancé, qui réclame la journée de 8 heures et la hausse des salaires. La manifestation devait être festive et pacifique. Les mots d’ordre sont : « C’est les 8 heures qu’il nous faut » et « C’est nos frères qu’il nous faut » (frères : fraternité…). Sous l’impulsion des patrons, le maire demande des renforts armés (compagnies d’infanteries). A 18h15, 150 à 200 manifestants font face à 300 soldats équipés du nouveau fusil Lebel. Les cailloux volent, les soldats tirent. 9 morts et au moins 35 blessés. Clémenceau rend hommage au « 4ème Etat qui s’est soulevé » et dénonce l’attitude des forces de l’ordre (même si, en 1906, il mobilisera la troupe contre les manifestations ouvrières…).
Après le drame de Fourmies, le 1er mai s’enracine dans la tradition des luttes ouvrières européennes.

1er mai 1936
: Deux jours avant le deuxième tour des élections législatives qui verront la victoire du Front Populaire.1947 : Le 1er mai devient jour chômé et payé pour tous les salariés sans conditions.

1948 : Officialisation de la dénomination « Fête du travail ».

Pour conclure, voici le témoignage révolté – relevé dans le Nouvel Observateur – d’Edouard Martin, représentant syndical CFDT d’Arcelor Mittal, entreprise emblématique du mépris subi par les ouvriers. Il y décrit un dialogue social déplorable, l’avidité des actionnaires et la parole politique non tenue, celle du Président de la République, bref, le gâchis lamentable d’un potentiel industriel :

« Comment ne pas en vouloir à ces dirigeants ‘’esclaves ‘’ de la finance, des fonds de pension, de la bourse ou autres banquiers mais qui font porter les chaînes à leurs salariés ?(…) La situation de la Maison France continue de se détériorer à grande vitesse (…) Les salariés abusés, écoeurés et morts d’inquiétude continuent de ‘’siffler’’ cette bien mauvaise partie. Oui, ils sifflent mais ce ne sont que des sifflets. Attention au jour où ils décideront de se mettre à… ‘’cracher’’ ».

signaturesegolene.jpg 

Ségolène Royal 

Publié dans | Pas de Commentaires »

Crise Guadeloupe : des ministres « pourtant grassement payés » (Ségolène Royal)

Posté par goalexandre le 24 février 2009

h201433963123539775521.jpg

lien  audio sur france info  ecoutez segolene

 http://www.franceinfo.fr/spip.php?article257196&theme=81&sous_theme=188

Crise Guadeloupe : des ministres « pourtant grassement payés » (Ségolène Royal)

 

« pourtant grassement payés » (Ségolène

 Royal)

Raphaëlle Duchemin – 08:55

#optionsWeb{ background-position:0 0 } *>#optionsWeb{ background-position:350px 0 } *+html #optionsWeb{ background-position:0 0 }

  • -->Toujours en Guadeloupe, décriée par l’UMP, Ségolène Royal contre-attaque après la reprise des négociations, en stigmatisant l’absence de ministres, pourtant « grassement payés », pour s’occuper de la crise.

    Ségolène Royal répondait ce matin à Raphaëlle Duchemin.  (8’32″)
     

    Ségolène Royal ne peut pas « être accusée de mettre de l’huile sur le feu« . La preuve, « je suis ici et je constate que les négociations ont repris« .

    La présidente de la région Poitou-Charente juge « très positive » cette reprise des pourparlers mais note qu’elle doit être attribuée aux entrepreneurs et élus locaux.

    Selon elle, « la posture de blocage du Medef n’est pas tenable » et l’absence de l’Etat, notamment aux obsèques du syndicaliste abattu mercredi dernier dans les manifestations qui ont dégénéré, « a profondément meurtri » la population.

    Ségolène Royal appelle l’Etat à exiger « la vérité sur les prix (…) et à remettre de l’ordre » sur des situations de monopoles et d’ententes qui ne seraient pas tolérées en métropole. « L’Etat, a-t-elle ajouté, en a le pouvoir, contrairement à ce que le gouvernement affirme« .

    L’élue PS poursuivit en fustigeant l’absence de ministres sur place, « pourtant grassement payés » pour s’occuper de ces problèmes. «  Le rôle du gouvernement c’est d’être là, les ministres sont payés pour ça, ils sont même grassement payés pour ça. Je vous rappelle que depuis que Nicolas Sarkozy est élu, les ministres ont vu leur salaire augmenter de 150%. Ils sont payés pour faire le travail, pour être là quand il y a des problèmes « , a déclaré Ségolène Royal, présente depuis plusieurs jours en Guadeloupe.

    Commentant la réunion de ce soir du bureau national du PS, elle a confirmé les rumeurs selon lesquelles une douzaine de ses proches entreraient dans la direction du parti. « J’ai encouragé mes amis à rentrer« .

    Conservant « sa liberté d’expression« , Ségolène Royal aborde sereinement son destin au sein du PS. « Je me suis moi-même proposée pour prendre un poste à la direction du parti. Si on me le donne c’est bien, si on ne me le donne pas c’est bien aussi« , a-t-elle conclut.

    Publié dans Democratie, Elles et ils chantent la Liberte, Europe, Intelligences collectives socialistes, Local, LOGEMENT, Politique, Société | 3 Commentaires »

    Déclaration de JP Mignard sur la Guadeloupe

    Posté par jeanluke le 23 février 2009

    bandonl2.jpg

    Chères amies, chers amis, La présence de Ségolène Royal aux obsèques de Jacques Bino, syndicaliste tué lors des affrontements récents à la Guadeloupe, revêt une évidente et importante signification.

    Lors des élections de 2007 la Guadeloupe lui avait réservé son appui. Elle fait à son tour un geste en direction des  Guadeloupéens dans ces heures difficiles, en se rendant sur place à l’invitation du maire de Pointe-à-Pitre. C’était bien le moins.

    Ségolène Royal a parlé  de paix, de dialogue, de réconciliation et de justice. C’est ce qui a manqué à la Guadeloupe.

    Il faut être quand même un esprit obtus pour ne pas saluer la présence d’une personnalité politique nationale de premier plan, venue de la métropole en Guadeloupe, accueillie sur place avec une telle  bienveillance. Signe que ce n’est pas la sécession que les Guadeloupéens souhaitent mais l’égalité dans la République. Le voyage de Ségolène Royal est un trait d’union.

    Les Guadeloupéens ont droit à une existence digne. Ils le crient depuis  des semaines.

    Et nous ne pouvons que nous reconnaître dans leur mouvement.

    Jean Pierre Mignard,
    Président de Désirs d’avenir

    Publié dans | Pas de Commentaires »

    Guadeloupe: Royal demande à Fillon de venir et au patronat de « lâcher » les 200 euros

    Posté par jeanluke le 23 février 2009

    Ségolène Royal a demandé dimanche à François Fillon d’assister aux négociations sociales en Guadeloupe et au patronat de « lâcher » dès lundi 200 euros d’augmentation des salaires comme le réclame le LKP, mettant en garde contre un risque de « révolution ».

    « Si M. (Yves) Jégo », le secrétaire d’Etat à l’Outre-mer, « est déconsidéré, peut-être que M. Fillon peut venir. Les Guadeloupéens apprécieraient sa présence pour les négociations » qui reprennent lundi matin, a-t-elle dit à l’issue d’une rencontre avec le leader du LKP, Elie Domota, qui ne s’est cependant pas affiché à se côtés.

    Dans le cas contraire, le gouvernement jouerait selon elle une « stratégie de pourrissement » ou serait sous la « pression du Medef ». « Ceux qui nous gouvernent et qui sont enfermés dans leurs palais dorés, il faudrait qu’ils viennent ici ».

    « Je serais en responsabilité, je puis vous assurer qu’il y aurait un ministre en permanence nuit et jour pour accompagner les négociations », a-t-elle assuré estimant que dans « aucune autre région » française les choses se seraient « passées » de cette manière.

    « Aujourd’hui, on a atteint un seuil extrêmement critique, un seuil limite », a-t-elle mis en garde tout en réfutant « être venue mettre de l’huile sur le feu ».

    « Ce qui manque c’est le geste des gros patrons qui se sont enrichis pendant des années sur le système néo-colonial », a affirmé l’ex-candidate à la présidentielle de 2007, ciblant « deux gros patrons qui contrôlent la quasi-totalité des importations et de la grande distribution » mais sans vouloir les nommer.

    « Il faut que ces grands patrons fassent un signe et donnent les 200 euros dès lundi matin » à la reprise des négociations, a-t-elle ajouté. « Si lundi les grands patrons ne lâchent pas les 200 euros, si lundi l’Etat ne fait pas le geste d’accompagner les petites entreprises pour qu’elles puissent faire la même chose, alors ils seront responsables de ce qui arrive ».

    « Le Medef est sur une position de blocage systématique, il faut que ça cesse », a déploré Mme Royal, en demandant aussi aux médias de jouer un rôle de « médiateurs ».

    « Dans certaines familles, on n’arrive même plus à manger. Quand des parents n’arrivent plus à donner à manger à leurs enfants, en général ça va mal finir. Souvenons-nous de la Révolution française », a également dit la présidente de Poitou-Charentes.

    Quant aux « attaques de récupération politicienne » venant de l’UMP, elle les a qualifiées d’ »injurieuses » pour la mémoire de Jacques Bino, le syndicaliste tué. Elle a assisté dimanche après-midi à ses obsèques.

    Publié dans | Pas de Commentaires »

    Lubin (MEDEF Guadeloupe): Que Mme Royal « se casse »!

    Posté par jeanluke le 23 février 2009

    Jean-Luc Lubin, secrétaire général du Medef Guadeloupe, a estimé dimanche que l’ancienne candidate à l’élection présidentielle Ségolène Royal « est très très mal placée pour venir mettre de l’huile sur le feu » en Guadeloupe et lui a recommandé de « se casser ».

    « Dans la situation actuelle, Mme Royal est très très mal placée pour venir mettre de l’huile sur le feu, aujourd’hui on a besoin de sérénité dans ce pays et non pas de politiciens arrivistes, qui viennent nous donner des leçons » et « nous dire ce qui est bon, ce qui n’est pas bon », a déclaré M. Lubin à l’AFP.

    « Maintenant çà commence à suffire cette affaire là, maintenant si elle n’a rien à dire, qu’elle se casse, çà commence à bien faire cette affaire là », a ajouté le responsable patronal.

    « On n’a rien vu en Guadeloupe, donc qu’ils viennent pas nous raconter des histoires », a ajouté M. Lubin à l’égard des responsables politiques, affirmant à propos de Mme Royal qu’ »elle sera mieux en Poitou Charente qu’en Guadeloupe ».

    Mme Royal, arrivée samedi en Guadeloupe, a demandé dimanche aux grands patrons d’accorder 200 euros d’augmentation aux salariés ainsi qu’aux PME avec l’aide de l’Etat, alors que les négociations entre le patronat et le collectif LKP doivent reprendre lundi.

    « Ce qui manque c’est le geste des gros patrons qui se sont enrichis pendant des années sur le système néo-colonial », a affirmé Mme Royal, ciblant « deux gros patrons qui contrôlent la quasi-totalité des importations et de la grande distribution » mais sans vouloir les nommer.

    « Il faut que ces grands patrons fassent un signe et donnent les 200 euros dès lundi matin » à la reprise des négociations, a-t-elle ajouté.

    « Aujourd’hui, on a atteint un seuil extrêmement critique, un seuil limite », a-t-elle mis en garde tout en réfutant « être venue mettre de l’huile sur le feu ».

    Publié dans | Pas de Commentaires »

    La Guadeloupe rend hommage, en présence de Mme Royal, au syndicaliste tué

    Posté par jeanluke le 23 février 2009

    A la veille de la reprise des négociations sociales, la Guadeloupe se recueille dimanche pour les obsèques du syndicaliste CGT-Guadeloupe (CGT-G), en présence de Ségolène Royal, accusée de « récupération » par l’UMP.

    Une cérémonie religieuse pour Jacques Bino, tué par balle dans la nuit de mardi à mercredi, a lieu à 15h00 locales (20h00 à Paris) à Petit Canal, à une trentaine de kilomètres de Pointe-à-Pitre, dans un stade prévu pour accueillir 800 personnes. Sur France Info, sa soeur a appelé « au calme ».

    Samedi déjà, des centaines de Guadeloupéens anonymes et des célébrités politiques -dont Olivier Besancenot, le leader du Nouveau parti anticapitaliste, et l’altermondialiste José Bové- ont défilé devant le cercueil ouvert du syndicaliste, exposé au Palais de la mutualité, quartier général du collectif LKP depuis le début du mouvement, au centre de Pointe-à-Pitre.

    Arrivée samedi après-midi « en amie des peuples antillais et guyanais », Ségolène Royal doit rester trois jours sur place « pour marquer la présence de toutes celles et ceux qui veulent que la justice soit là, pour que la paix revienne ». « Il faut que l’Etat reprenne toute sa place pour apporter des solutions », a-t-elle dit.

    Venue à titre personnel, l’ancienne candidate PS à la présidentielle de 2007 assistera aux obsèques de M. Bino.

    Sa présence a été dénoncée par la fédération UMP de Guadeloupe qui l’a accusée de « récupération politicienne ». « Ce n’est pas en s’en prenant à une leader de l’opposition que le gouvernement éludera ses responsabilités dans la non-résolution de la crise », a rétorqué la députée PS Delphine Batho, proche de Mme Royal.

    Au cours du week-end, après un mois de grève générale, la vie quotidienne a commencé à reprendre un cours plus normal sur l’île antillaise avec le dégagement des rues et barrages, dans une atmosphère parfois tendue, et la réouverture de certains commerces.

    Les négociations entre le Collectif contre l’exploitation (LKP), le patronat et l’Etat, suspendues vendredi soir, reprendront lundi à 11h00 locales (16h00 à Paris).

    « On est encore loin d’un accord », a prévenu le leader du LKP, Elie Domota, dans un entretien au Journal du Dimanche, estimant que Nicolas Sarkozy « entend mais ne répond pas parce qu’il a peur que la contestation sociale ne gagne la France ».

    Toutefois, à la question « la grève peut-elle s’achever cette semaine ? », il s’est montré assez ouvert en lançant: « on va essayer, on va voir ».

    La présidente du Medef Laurence Parisot s’est montrée très réservée en estimant dimanche sur Europe 1 que les négociations étaient « encore très complexes » et que les dernières nouvelles montraient que « nous ne sommes pas si près d’un accord que ça ».

    Déplorant le « blocage » du patronat, le porte-parole du PS, Benoît Hamon (PS) a déclaré sur Radio J qu’il fallait « répondre aux revendications des Guadeloupéens » et « décoloniser économiquement la Guadeloupe ».

    De l’avis de nombreux observateurs, le retour à la normale sur l’île prendra du temps.

    Affaibli politiquement par la crise, le secrétaire d’Etat à l’Outre-mer, Yves Jégo, qui se voit désormais en « ambassadeur de la Guadeloupe », a déclaré au JDD que sa démission n’était « pas à l’ordre du jour ».

    La Martinique voisine est entrée dans son 18e jour de grève générale dimanche. RFO-Martinique ne diffuse plus aucun programme de radio et de télévision depuis samedi après-midi.

    Publié dans | Pas de Commentaires »

    12
     

    Yüzyıla Ağıt |
    St Maximin la Ste Baume que... |
    inspecteurjjc |
    Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Erratum
    | Pascal-Eric LALMY
    | Association pour une Meille...